Appel à une grève de la pompe

Des dizaines de milliers de Belges se disent prêt à faire la grève de la pompe. L’avenir.net relève qu’une page Facebook intitulée “STOP a la flambée du prix des carburants” invite à ne pas faire le plein entre le 15 et le 18 avril, soit ce week-end. En un jour, note L’avenir.net, le nombre de personnes qui affirment qu’elles ne feront pas le plein ce week-end est passé de 11.000 à 38.000 en moins de 24h. A l’heure d’écrire ce post, ils sont plus de 50.000. Un phénomène.

Avec quel impact ?

Cliquer “oui” sur Facebook n’engage à rien, évidemment. Difficile donc d’évaluer le nombre de personnes qui passeront à l’acte, ou plutôt, s’abstiendront de remplir leur réservoir. Le week-end s’annonce beau, on est au milieu des vacances de Pâques…

Mais l’on peut tirer un enseignement de cette mobilisation : le ras-le-bol quant aux prix élevés des carburants.

Le boycott de l’essence et du diesel peut-il faire baisser les prix par le simple jeu de l’offre et de la demande ? “Oui, la meilleure chose à faire c’est de consommer moins.  Mais l’impact à l’échelle belge serait minime. Il faudrait que l’ensemble des pays industrialisé se mette à consommer moins, pour voir un impact sur les prix”, explique Etienne De Callataÿ, économiste à la banque Degroof.

Pour lui, le prix du litre d’essence à 2 euros – horizon “inéluctable” selon le patron de Total – c’est “plausible et même souhaitable”. “Ça peut paraître contradictoire avec ma réponse précédente mais ce n’est qu’en ayant des prix élevés que nous consommerons mois. “

Sur Twitter, Didier a annoncé que le gouvernement allait activer le cliquet inversé dès ce vendredi.

Un mécanisme de contrôle des prix ne fait pas l’unanimité. Etienne De Callataÿ estime que ce cliquet inversé est une “mauvaise idée”. Pourquoi ? “Parce que ça fait en sorte que quand le prix du pétrole monte, l’État prend une partie à sa charge pour que la hausse soit limitée, donc le consommateur fait moins d’effort et la demande ne diminue pas…” Didier Reynders lui même avait relativisé son impact. “Il s’agit de freiner la hausse, il ne faut pas s’attendre à des baisses de prix à la pompe“, avait-il déclaré.

Pour que le mouvement de boycott ait un impact, il faudrait donc qu’il se mondialise. Via Facebook ?

Corentin Di Prima

@codip

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.