Dorothée Boulanger a été mise en examen hier à Paris pour « complicité de diffamation publique » et « complicité d’injures publiques », pour avoir traité sur Facebook le docteur Delajoux de « pauvre nul », suite aux ennuis de santé de Johnny Hallyday.

Le juge d’instruction n’a pas retenu le motif le plus grave, « menace de délits », car « les faits n’ont pu être établis », selon son avocat commis d’office, Me David Minson. Dorothée Boulanger a comparu devant un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Paris, et elle attend d’ici un an sa convocation au procès, où elle risque une amende. Elle sera défendue par un autre avocat, qui s’est emparé de ce dossier devenu médiatique.

Ch.V., à Paris.

1 COMMENTAIRE

  1. Et que fait-on de la liberté d’expression? Franchement marre de l’apologie de la pensée unique dans cette société sourde … et bientôt muette.

  2. L’arnaque Facebook : Pour moi, c’est très simple, Facebook est exclu, vu le faux climat de “clubs privés” qu’il entretient, alors qu’en réalité il sert à d’autres personnes pour ne pas respecter le droit à la libre expression. Après tout, en privé, on a le droit de dire “n’importe quoi”; mais Facebook, ce n’est pas privé … ou plutôt, avec Facebook, vous étes en fait privé …. de liberté !

  3. Il ne faut pas confondre liberté d’expression et droit absolu à dire n’importe quoi. En l’occurrence les propos qu’on lui reproche (les conseils de “se retourner dans la rue quand il marche”) ressemblent assez fort à des menaces de violence, et si mon voisin m’avait hurlé de tels propos, il serait lui aussi devant les tribunaux à l’heure qu’il est. On ne doit pas faire sur le web ce qu’on ne ferait pas dans la “vraie vie”. Et être fan de Johnny n’excuse rien du tout. Quand un fan d’un dieu quelconque fait sauter une bombe, le monde entier s’offusque, pourtant la démarche mentale est identique et porte un nom : le fanatisme.

  4. Elle a été mies en examen pour avoir traité Delajoux de “pauvre nul”, et non pas pour l’avoir menacé.

    Ma fille de cinq ans m’a dit la semaine dernière que j’étais “nul au jeu de l’oie” sous prétexte qu’elle gagne tout le temps. Au début, j’ai ri. Au vu de l’actualité, je pense à présent la traîner devant les tribunaux.

    Hier, j’ai dit à ma femme qu’elle “devrait se dépêcher, sinon on va être en retard”. A présent, je crains qu’elle ne me traîne devant les tribunaux.

    Lorsque nous sommes rentrés en fin de soirée, notre chien ne nous a pas fait la fête, comme à son habitude. Nous avons décidé de le traîner devant les tribunaux.

    Je vous préviens, si quelqu’un me fait un commentaire déplacé par rapport à mon commentaire, je le traîne devant les tribunaux.

    • Cher Dom je ne ferai aucun commentaire déplacé par écrit car ainsi vous n’aurez que votre parole pour prouver mes dires. Dans tous les exemples que vous citez, il n’y a aucune preuve écrite de ce que avancez. Dans le cas de Dorothée, ses propos ont été tenu sur un site internet, relayés dans le monde francophone et bien entendu imprimés par la personne concernée. Il y a une différence entre des paroles et des écrits au niveau judiciaire. EN vous souhaitant une bonne journée.

  5. facebook est un piège à zozos, naïfs en tous genres, qui s’expriment librement, croyant accomplir des actions héroïques ; certains outre leur identité y ajoutent leur photo… Miss Boulanger a dérapé, qu’elle paie ; Johnny ne mérite pas un tel déploiement de fanatisme.

  6. c’est n’importe quoi cette mode procédurière grandissante ! Il va falloir sérieusement augmenter les impôts pour payer tous ces juges (etc..) chargés de ces affaires minables. Et pendant ce temps, le président français insulte sans probléme, mais poursuit au tribunal ceux qui font de même avec lui. Honte à tous ceux si peu capable de mettre leur égo de côté et de se remettre en question. Ce sont sans doutes les mêmes qui petits disaient “maîtresse, il m’a tiré la langue!”.

  7. Des magistrats, des avocats, brefs tout le tremblement, nos impôts en somme pour “pauvre nul”. Oui ! c est comme ça aujourd hui, par contre, un “pauvre con” lancé par une sommité : pas de conséquence.
    Liberté, égalité, fraternité. J ai tant voulu croire en ces mots !

  8. tous le monde a le droit de s’exprimer
    mais maintenant quand sa concerne certaine personne il faut dire ce qu’on pense,et ceux qui sont pas avec Dorothée
    il on rien compris

  9. il y a pas de menace de mots insultant on dit les tribunaux surcharger
    je comprend maintenant
    qu’on classe les affaires comme celle ci sans suite c’est pas 1affaire graves et qu’on juges les affaires vraiment importante
    ce qui serai plus logique

  10. qu’a t’ont fait a Nicolas Sarkozy quand il a dit a un citoyen casse toi pauvre con au salon de l’agriculture.y aurait il deux justice NON !!!!!!!!!!!