Sur les différents sites d’information, la vidéo a fait un « buzz » : Laurette Onkelinx (PS) pointant le majeur, dimanche, en direction d’Etienne Schouppe (CD&V) sur le plateau de Controverse (RTL-TVI). Un geste involontaire qui suscite plus de clics que de déclics.

Un « buzz » en l’occurrence, qu’est-ce ? Littéralement, un « bruit », un « bourdonnement ». Mais le mot, en réalité, désigne une « information » (au sens très, trop, large du terme) qui trouve un énorme écho médiatique et/parce qu’elle suscite l’intérêt d’un grand nombre d’internautes. Est-ce l’afflux qui justifie la diffusion ou la diffusion qui crée la curiosité ? L’énigme vaut celle de la poule et de l’œuf.

Bref, le « buzz » est un bruit qui trouve un écho. En acoustique, pour que cela soit possible, il faut rencontrer une autre condition : le silence, le vide. Le vide de sons. Le vide de sens. Car cette séquence vidéo qui recueille des dizaines de milliers de suffrages, intéresse en raison d’un geste involontaire, au mieux un acte manqué, sans aucune portée politique. Et pourtant, les médias la répercutent sous prétexte que « ça intéresse les gens », nombre de visites sur le site à l’appui. Optant pour la facilité, ils détournent les regards de l’essentiel pour les focaliser sur l’accessoire.

Car, parmi les milliers d’internautes, qui se souvient, sans retourner voir la séquence, de ce qu’a dit Onkelinx ?

« Quand le doigt montre la lune, le sot regarde le doigt » (Confucius). Sans cataloguer ainsi tous ces curieux, on s’interroge : que révèlent ces clics sur le lien entre politiques, médias et citoyens ? Poser la question, c’est presque demander la lune. Mais si quelqu’un connaît la réponse, qu’il lève le doigt.

Pascal Lorent