Les jumeaux Winklevoss repartent à l'attaque de Facebook

Les frères Winklevoss lors de la première de "The social network", le 13 octobre 2010 à Paris. (Photo AFP)

Tyler et Cameron Winklevoss en veulent plus. Depuis 2004, les jumeaux affirment que Mark Zuckerberg leur a volé l’idée de Facebook. En 2008, un accord a été trouvé entre Facebook et les Winklevoss : une compensation de 65 millions de dollars, dont 45 millions en actions Facebook. Aujourd’hui, ils remettent en question cet accord.

Sur la BBC, leur avocat fait valoir que le deal conclu en 2008 fixait la valeur d’une action à 36 dollars, “or, Facebook n’a pas dit que dans le même temps, son conseil d’administration avait voté la valeur des actions, fixées à 9 dollars.” Les plaignants estiment qu’ils devraient donc avoir droit à quatre fois plus d’actions que ce qui leur a été octroyé.

Or, entre temps, la valeur de Facebook a fortement augmenté. Le réseau social est devenu un véritable mastodonte économique, sur le point d’entrer en bourse. Une information de taille. Or, la législation américaine dit que la dissimulation d’une information importante rend un accord caduc. Les Winklevoss comptent donc demander devant la cour d’appel de San Francisco l’annulation de l’accord de 2008.

Dans ce cas deux solutions : Facebook propose un arrangement à l’amiable pour éviter un procès public ou passage par la case tribunal.