Crédits : OpenAI

Dall-E, l’Intelligence Artistique qui fait le buzz

Le laboratoire d’intelligence artificielle OpenAI, à l’origine du générateur d’images Dall-E, supprime sa liste d’attente et met sa création en libre-service.

Dall-E est désormais accessible à tous. L’intelligence artificielle (IA) issue du laboratoire OpenAI, fondé par un groupe d’investisseurs dont fait partie Elon Musk, est devenu l’un des générateurs d’images les plus populaires du monde. Si son usage était jusqu’ici très limité, avec une poignée de privilégiés et une liste d’attente tristement longue, OpenAI a annoncé, sur son site internet, mettre un terme à cette exclusivité et libérer l’accès au grand public.

Une IA-rtiste en herbe

Lancée en janvier 2021, l’IA génératrice d’images fonctionne sur une base très simple. Il suffit de lui décrire une scène, ou un personnage, et Dall-E se charge d’engendrer un visuel aussi fidèle que possible. Récemment, OpenAI a même ajouté une nouvelle fonctionnalité. Fournissez vous-même l’image et l’intelligence artificielle imagine ce qu’il y a en dehors du cadre.

L’utilisation de Dall-E est tout ce qu’il y a de plus proche d’un modèle gratuit. La seule condition obligatoire ? Se créer un compte dans lequel les intentions d’usage doivent être mentionnées. Une fois l’identifiant en mains, 50 crédits sont alloués et 15 de plus le sont à chaque début de mois. Le générateur d’images nécessitant un seul crédit par utilisation, il y a donc peu de chances de tomber à sec.

Populaire et…dangereux ?

Depuis ses débuts, la pépite du laboratoire OpenAI compte plus d’un million d’utilisateurs. Loin d’être inactifs, les adeptes de la plateforme ne laissent aucun répit à Dall-E, qui produit en moyenne plus de deux millions d’images par jour.

Conscients des risques et des possibilités d’abus, les créateurs de Dall-E ont publié un communiqué sur leur site : « Au cours des derniers mois, nous avons rendu nos filtres plus robustes pour rejeter les tentatives de génération de contenu sexuel, violent et autre qui enfreignent notre politique de contenu, et pour créer de nouvelles techniques de détection et de réponse permettant d’arrêter les abus ». Reste à voir si les filtres en question sont suffisamment efficaces, mais l’IA devrait continuer à s’améliorer dans la sélection des œuvres. Pour le moment, Dall-E est, en effet, toujours en phase bêta.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.