Crédits : Unsplash

Pourquoi les drones sont interdits en Antarctique

Avez-vous remarqué qu’il n’existe pas de clichés aériens de l’Antarctique pris par des vacanciers ? Voici pourquoi.

Aucun pays ne peut affirmer posséder réellement l’Antarctique. Ainsi, comme cette zone n’appartient à personne, les voyageurs qui s’y rendent n’ont besoin, ni de visa, ni de passeport. Par contre, une autorisation est nécessaire et ils ne pourront pas emporter leur drone avec eux. Explications.

Retour en 1959, lorsque douze pays ont signé le Traité sur l’Antarctique. Ce dernier a pour mission de garantir que cette zone, à laquelle il octroie le statut de “réserve naturelle protégée”, ne sera utilisée qu’à des fins pacifiques et scientifiques. Aujourd’hui, on compte cinquante-quatre pays signataires de ce traité, qui expirera en 2048. Vous l’aurez compris, l’Arctique est une zone très protégée et très réglementée. Toute activité susceptible d’avoir un impact sur l’état actuel de l’environnement se soumet à des règles strictes.

Des risques environnementaux à évaluer

L’IAATO (International Association of Antarctic Tour Operators) et l’AECO (Association of cruise operators) estiment que l’utilisation de drones dans un environnement tel que l’Antarctique peut présenter des risques pour la sécurité humaine, pour l’environnement et pour les espèces. Risques encore mal connus. “Le vol de drones est une activité relativement nouvelle et, bien qu’il y ait des situations où ils peuvent être utiles (par exemple, la science, la reconnaissance des glaces pour la navigation des navires, l’éducation, y compris la réalisation de films documentaires), il reste encore beaucoup de questions à résoudre en termes d’impact potentiel sur l’environnement”, explique l’IAATO.

Par exemple, les deux organisations craignent que des pilotes ne perdent leur appareil en mer et ne la polluent, ou que des animaux sauvages s’étouffent en avalant des engins noyés. C’est ainsi que les drones sont interdits de vol dans cette zone depuis 2019. À noter que les drones professionnels qui possèdent une autorisation, peuvent, eux, survoler l’Arctique.

Une future mise à jour

L’IAATO devrait réexaminer cette interdiction dans les mois à venir. L’occasion pour les organisations de prendre en compte d’éventuelles évolutions technologiques. Mis à part cette règle, utiliser un drone dans un environnement aussi froid et aussi venteux pourrait altérer les capacités des engins.

L‘organisation considère que “l’idée n’est pas d’interdire purement et simplement les drones, mais de concevoir un cadre politique pragmatique qui permettra une utilisation sûre et respectueuse de l’environnement dans des circonstances contrôlées”.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.