Test – Neon White: Fast-FPS et Speedrun font bon ménage

Une petite équipe nommée Angel Matrix nous livre une première production de qualité. Neon White est un jeu de tir et de plate-forme à la première personne qui impressionne grâce à son game design et level design réussis.

Annapurna Interactive nous livre un nouveau titre de qualité, développé par une petite équipe inconnue du nom de Angel Matrix. Neon White est tout de même chapeauté par quelques noms au CV bien remplis, tel que Ben Esposito qui a fait du consulting ou directement travaillé sur le game design de plusieurs titres indépendants comme What Remains of Edith Finch ou encore Donut County. Neon White est cependant dans un style tout à fait différent de ces deux exemples, il s’agit d’un jeu d’action largement inspiré de la pratique du speedrun, disponible uniquement sur Switch et PC.

Les cartes permettent à la fois d’utiliser les armes qui les représentent, mais également un autre pouvoir.

Neon White se déroule au paradis où les « croyants », des êtres divins, font loi et obéissent à la parole de dieu. Ceux-ci invoquent alors un certain nombre de défunts, des criminels tombés en enfer auxquels ils offrent une deuxième chance en échange de leur participation à plusieurs missions. Celles-ci consistent à éliminer des démons à l’aide de différentes cartes qui représentent des armes. On incarne White, un pécheur ayant mystérieusement perdu la mémoire, qui va être forcé de se prêter à ce petit jeu. On y croisera d’autres personnages plus fous les uns que les autres, faisant parfois partie du passé de White, qui vont l’aider à recoller les morceaux de sa vie et à percer les mystères de la situation étrange dans laquelle ils se trouvent.

Le titre de Angel Matrix propose un savant mélange de jeu de tir à la première personne, de jeu de plate-forme et de « die and retry ». Nous parcourons tout un tas de niveaux relativement courts (ceux-ci se terminent en moins d’une minute dans la plupart des cas) qui demandent d’éliminer tous les ennemis et d’arriver au bout. Pour vaincre les démons, nous devons ramasser des cartes sur le chemin. Nous possédons la carte du Katana en toute circonstance, une carte permettant de faire des attaques peu puissantes au corps-à-corps, mais nous ramassons régulièrement des cartes d’armes à feu dans les niveaux. Pistolet, mitrailleuse, fusil à pompe et même lance-roquettes un peu plus tard, celles-ci offrent un nombre de munitions très limitées et il faut donc faire très attention à ce que l’on en fait.

Le scénario de Neon White est en fait très travaillé.

Ces cartes ont un autre pouvoir très pratique, celui de pouvoir les défausser (et donc de perdre l’arme et les munitions qui allaient avec) pour utiliser une autre habilité. Chaque type d’arme permet de faire une action différente, défausser une carte Pistolet permet de faire un saut supplémentaire, les cartes Fusil à pompe permettent de foncer dans la direction visée…

Une fois que l’on s’habitue aux contrôles un peu particuliers du jeu, les sensations arrivent très vite et le gameplay se révèle frénétique. La version Switch permet d’ailleurs d’utiliser le gyroscope pour viser plus précisément. On court dans les niveaux à toute vitesse et on enchaîne les actions les unes après les autres sans aucun mal. Le level design du titre est particulièrement efficace puisqu’on arrive à discerner les actions nécessaires sans même connaître le niveau grâce à ses codes couleurs, ses ennemis peu variés mais très reconnaissables ainsi que la construction des niveaux qui nous indique logiquement et subtilement par où passer. Il ne s’agit pas là d’un jeu de cartes où il est possible d’organiser son deck, non, chaque niveau nous fait repartir avec notre Katana uniquement et on trouve exactement les mêmes cartes aux mêmes endroits dans les niveaux. Il s’agit donc en réalité d’un jeu d’adresse où nos actions sont limitées.

Comme énoncé plus tôt, le titre est concrètement taillé pour la pratique du Speedrun, une discipline qui pousse à terminer un jeu vidéo le plus rapidement possible. Chaque niveau est chronométré et plus on les termine vite, plus on débloque des aides pour optimiser nos chemins sur ces mêmes niveaux. Plusieurs niveaux permettent d’ailleurs de trouver des chemins alternatifs grâce aux cartes que ceux-ci mettent à notre disposition. Il est d’ailleurs nécessaire d’obtenir un certain nombre de médailles d’or pour progresser dans le scénario. Cela ne représente pas un immense challenge, la médaille d’or n’étant pas le rang le plus élevé. Le titre se montre d’ailleurs très accueillant au début de l’aventure, malgré son inspiration “die and retry”, Neon White n’est pas bien difficile au début et se corse un peu plus vers la fin.

Les relations avec les autres personnages peuvent parfois amener vers des niveaux supplémentaires.

Neon White propose un style graphique minimaliste, avec des décors chatoyants, mais qui restent peu détaillés. Des détails dont les décors n’ont pas toujours besoin, on parcourt ces niveaux de manière frénétique et ces derniers sont particulièrement efficaces pour être identifiables en une fraction de secondes. Le titre s’en sort également très bien techniquement, la version Switch ne pose aucun problème, que ce soit sur une télévision ou en mode portable. La bande-son est composée de nombreux morceaux de musique électronique qui mettent dans l’ambiance, mais qui ne marquent pas outre mesure.

En dehors des missions, le titre propose un scénario sympathique, mais peut-être un peu trop bavard. Celui-ci ne manque pas d’humour et nous donne la liberté d’échanger avec plusieurs personnages. Les niveaux renferment d’ailleurs des cadeaux que l’on peut leur offrir pour avoir accès à d’autres scènes et quelques niveaux supplémentaires. En ligne droite, l’aventure prend une dizaine d’heures la première fois, mais demande un peu plus de temps pour voir tous les dialogues et obtenir les meilleurs scores possibles dans les stages. Son gameplay original et son level design impeccable font de ce Neon White un titre particulièrement agréable à jouer. Plus que son scénario, on retiendra surtout son gameplay qui offre de très bonnes sensations.

Conclusion

La première production du studio Angel Matrix est une franche réussite. Neon White mixe brillamment FPS et jeu de plate-forme. L’originalité du titre vient de l’utilisation de cartes représentant des armes pour vaincre des démons. Lors des phases de jeu, nous devons parcourir de courts niveaux à toute vitesse en utilisant les cartes que nous pouvons y trouver. Celles-ci servent d’armes mais peuvent être défaussées pour utiliser une habilité de déplacement. Ces mécaniques originales sont accompagnées par un level design impeccable qui rend le titre fun et addictif. Le jeu est présenté par une direction artistique efficace mais minimaliste qui ne plaira pas à tout le monde. Neon White se veut original et n’hésite pas à jouer avec les codes du genre, pour notre plus grand plaisir. Amateurs de speedrun, voici un jeu pour vous!

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Neon White

Gameplay 9.0/10
Contenu 8.5/10
Graphismes 7.0/10
Bande son 7.5/10
Finition 8.0/10
8.0

On aime :

Un gameplay original et jouissif

Des niveaux très bien conçus

Un scénario travaillé et sympathique

Taillé pour le speedrun

Une chouette bande-son

On aime moins :

Un style graphique qui ne plaira pas à tout le monde

Des scènes un peu trop bavardes