Crédit : Loic Venance / AFP

Cinéma : la Russie diffuse des films piratés dans les salles

Plusieurs studios hollywoodiens ont annoncé la suspension immédiate de leurs nouvelles sorties en Russie. Et pourtant, certains cinémas russes sont encore en mesure de projeter des films tels que The Batman sur grand écran. Explications.

L’invasion de l’Ukraine par Moscou a conduit les plus grands studios hollywoodiens à suspendre leurs activités en Russie. Ainsi, les derniers grands films produits par Sony, Disney, Paramount ou encore Warner Bros ne sont plus proposés dans les salles du pays.

En Russie, la production nationale n’étant pas suffisante, les cinémas sont encore très dépendants des films occidentaux. Suite au début de la guerre, selon l’Association russe des patrons de salles, 80 % des cinémas du pays seraient sur le point de mettre la clef sous la porte. L’association a d’ailleurs interpellé le gouvernement pour obtenir de l’aide.

“Nous exprimons notre inquiétude quant à la forte probabilité de liquidation de l’ensemble de l’industrie cinématographique du pays dans le contexte de l’introduction de sanctions à grande échelle et sans précédent par un certain nombre d’États contre la Fédération de Russie, y compris celles directement liées aux cinémas”, a averti l’Association.

C’est ainsi que certaines des 2.600 salles de cinéma du pays ont développé un système D, une solution de secours qu’ils espèrent provisoire.

Un plan B

Le site TorrentFreak a rapporté que, vers la mi-avril, des messages sur les réseaux sociaux populaires du pays indiquaient que plusieurs cinémas allaient diffuser les derniers gros blockbusters du moment en salle. À savoir, The Batman, Don’t Look Up, ou encore I’m Blushing. Mais, ne disposant pas des droits de diffusion, les séances ont utilisé des copies pirates avec des sous-titres russes.

Par exemple, le 21 avril, un événement spécial au centre d’art contemporain WIP de Moscou a présenté The Batman. Les billets coûtaient environ sept dollars. Étant donné le contexte et la surprise de certains, les organisateurs ont présenté la projection comme une performance artistique avec un commentaire artistique sur le départ d’Hollywood du marché russe. “La copie pirate – avec doublage russe – a été téléchargée sur un site torrent anonyme”, précise TorrentFreak.

Contourner les sanctions

Cette stratégie vise à contourner les sanctions émises suite à l’invasion russe. Mais les instigateurs ont aussi dû contourner la législation russe qui interdit le piratage, illégal en Russie. Pour éviter tout problème, les exploitants ont organisé les diffusions dans le cadre d’événements qualifiés de “privés”. Ainsi, les établissements ne diffusent pas The Batman mais louent plutôt leurs écrans à certaines entreprises.

Des actions que l’Association des exploitants de cinéma en Russie condamne. Elle s’exprime, “nous condamnons la pratique de projection illégale de films dans les cinémas russes et appelons toute la communauté cinématographique professionnelle à empêcher de telles pratiques”, rapporte l’AFP.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.