Test – Weird West : un action-RPG au western

Développé par des anciens d’Arkane (Prey, Deathloop, Dishonored), Weird West se présente comme un Action-RPG très original dans un western dystopique.

Nous en sommes en 2019. Deux employés cadres d’Arkane Studios quittent le groupe lyonnais pour créer leur propre studio indépendant, WolfEye, composé d’une vingtaine de développeurs. Très vite, les attentes se font nombreuses autour de leur première production, qui sera finalement présenté aux Game Awards 2019 : Weird West. Un action-RPG en vue TPS de 3/4 prenant place dans un western.

Un western, mais pas n’importe quel Grand Ouest. En effet, Weird West nous plonge dans un “ouest étrange”, dans lequel cow-boys, zombies et autres monstres s’affrontent. Cinq personnages sont proposés, chacun à l’histoire bien particulière et originale. Jane est la première protagoniste et doit traquer un gang de malfrats ayant tué son fils et kidnappé son mari. Les autres personnages sont tout aussi originaux et attachants, comme un Indien d’Amérique équipé d’un arc ou un cow-boy … à la tête de porc.

Visuellement, Weird West adopte le cel-shading, lui donnant cet aspect cartoon très réussi.

Le contexte planté, direction le cœur-même du jeu, son gameplay. Weird West se présente ainsi comme un action-RPG en immersive sim. Ce dernier terme signifie que le titre nous permet de nous immerger directement dans l’aventure avec certains choix persistants et qui se ressentent jusqu’au générique de fin du titre. Décimez une ville et elle restera vide, liez-vous d’amitié ou sauvez de pauvres inconnus et ils vous rendront la pareille à un moment plus périlleux de votre aventure. Dans les dialogues, de nombreux choix sont également à faire, que ce soit dans votre gestion des otages ou dans votre relation avec des PNJ.

Bien évidemment, le jeu présente des composantes d’action non-négligeables. Il nous plonge directement dans l’Ouest américain et nous propose donc de faire s’affronter divers gangs rivaux de cow-boy et … zombies. En bon shooter qu’il est, le titre requiert que l’on contrôle le viseur de l’arme avec le joystick droit et que l’on tire avec la gâchette arrière droit. Les mécaniques se prennent facilement en main quoiqu’un peu sensible au moindre mouvement lorsqu’il faut viser un ennemi ou un objet.

Tout au long de l’aventure, vous aurez à appréhender les différentes situations qui s’offrent à vous soit dans la discrétion, soit dans l’action pure et simple. La discrétion reste agréable à employer, en attaquant silencieusement les ennemis ou en les distrayant avec un objet jetable. Elle est toutefois plus difficile à adopter tant les ennemis sont souvent nombreux et difficiles à duper. De plus, l’IA n’est pas franchement réussie et voit des cadavres alors qu’ils sont super bien cachés, tandis qu’elle reste passive alors qu’on tue parfois un allié proche de seulement quelques mètres. Les phases d’action sont quant à elles plus bourrins, mais tout aussi jouissives, avec notamment de nombreuses armes à votre disposition avec une portée de tir souvent différente. Gare toutefois à vos munitions, car elles se font très rares.

Le titre adopte quelques éléments de RPG, avec la personnalisation et l’amélioration de nos cinq personnages.

D’autre part, Weird West intègre quelques mécaniques de jeu directement inspirées des plus grands RPG. Nos cinq protagonistes sont, au départ de l’aventure, plutôt fragiles et peu résistants aux attaques. Mais, au fur et à mesure de l’aventure, ils s’enhardissent et gagnent en résistance, grâce notamment à du matériel plus sophistiqué et des compétences de plus en plus puissantes. De plus, et c’est tant mieux, les évolutions d’un personnage se transmettent aux quatre autres, ce qui permet de conserver la progression acquise tout au long de l’aventure.

Dans Weird West, vous aurez à progresser sur une immense carte et de voyager de ville en ville, que ce soit à dos de cheval ou à pied. Le choix entre l’un et l’autre est primordial puisque vous risquez bien de tomber sur de mauvaises surprises si vous décidez de marcher. Acquérir un cheval est très onéreux et l’argent se fait rare dans le titre. Vous pouvez alors espérer en voler un, mais il s’échappera dès la première escale et vous deviendrez alors un brigand. Faites le trajet à pied, cela vous prendra non seulement plus de temps mais vous risquerez également de tomber sur une embuscade. En revanche, vous pourrez obtenir de nouvelles ressources et peut-être tomber sur une quête secondaire.

Question contenu, les développeurs de WolfEye ont été très généreux. Comptez une vingtaine d’heures si vous souhaitez terminer le jeu le plus rapidement possible et une dizaine supplémentaires au cas où vous voudriez faire les missions annexes et looter le plus possible. Pour 40€, l’addition passe relativement facilement et l’on ne se sent absolument pas arnaqué, loin de là, d’autant que le titre est disponible dans le Xbox Game Pass. Une belle affaire donc.

L’aventure nous emmène dans un western ravagé par les zombies et les monstres et dans lequel il faut affronter de nombreuses bandes rivales.

Visuellement, Weird West ne s’en tire pas trop mal, même si c’est davantage son univers et sa direction artistique que l’on retiendra. Le titre n’affiche en réalité par des visuels à s’en décoller la rétine mais peut se targuer d’être très immersif. Intégralement en cel-shading, comme dans les Borderlands, Weird West se pare d’un aspect cartoon qui match vraiment bien avec l’univers du jeu et son côté légèrement décalé. La narration et le narrateur sont plutôt réussis quoique pas impressionnants, tandis que les différentes mélodies sont habilement composées et agréables pour les oreilles.

Conclusion

Pour leur tout premier jeu, le studio WolfEye s’en sort extrêmement bien avec ce très original Weird West. Cet action-RPG en vue du dessus 3/4 en cel-shading nous plonge dans un western dystopique dans lequel cow-boys, bandits et zombies s’entretuent. Avec son excellente durée de vie (une vingtaine de d’heures), son gameplay solide et original (grâce aux pouvoirs du héros) et son univers tellement plaisant, Weird West parvient à tirer son épingle du jeu et à s’imposer comme un titre extrêmement plaisant à parcourir. Niveau ambiance, le titre se repose une direction artistique hors du commun et une bande originale très séduisante. Tout au long de l’aventure, vous incarnerez cinq protagonistes très différents et aurez de nombreux choix à faire qui façonneront votre histoire mais également l’univers. Avec de très ingénieux aspects de RPG pour l’amélioration des personnages Weird West nous permet également d’adopter plusieurs stratégies dans les missions (offensive, infiltration…). Si nous avions des reproches à faire au titre, ce serait avant tout au niveau de son IA, pas toujours maligne mais surtout surprenante en raison de bugs. Enfin, la vue en 3/4 n’est pas toujours idéale pour la visibilité. Qu’à cela ne tienne, voilà une très bonne surprise!

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Weird West

Gameplay 8.0/10
Contenu 8.5/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 8.0/10
Finition 7.0/10
7.8

On aime :

Une direction artistique très réussie

Une excellente durée de vie (20h)

Des choix qui ont une réelle influence sur la suite

Les multiples approches en combat

Cinq protagonistes variés et plaisants à contrôler

On aime moins :

Une IA qui mériterait quelques ajustements

Un angle de vue pas idéal pour la visibilité