Deliverect, la technologie pour sauver les restaurateurs

Pendant la pandémie, la livraison de plats commandés en ligne a augmenté de 79 % des commandes en ligne. Une évolution que la foodtech Deliverect a vécue avec une augmentation de 750% des commandes traitées par rapport à 2020. Jérôme Laredo, co-fondateur de la scale-up raconte l’effet de la pandémie sur le secteur. 

La technologie au service de l’Horeca

Au premier trimestre 2021, en pleine pandémie, l’industrie de livraison de nourriture a doublé son taux de croissance prévu à l’échelle mondiale. Le secteur de l’Horeca a dû s’adapter rapidement à ce changement de modèle économique. Mission acceptée pour la gantoise Deliverect.

La création de Deliverect en 2018 est le fruit “d’un constat partagé par de nombreux restaurateurs” indique Jérôme Laredo, co-fondateur de l’entreprise. Créatrice de logiciel, la société espère faciliter la vie des restaurateurs, affaiblis par la crise. Le principe est simple : proposer un support aux restaurants qui souhaitent se développer sur les plateformes de livraison à domicile et actualiser leur site web en conséquence. 

Basé à Gand, Deliverect est un acteur de la foodtech, un secteur en pleine expansion. La foodtech regroupe toutes les initiatives numériques, technologiques et entrepreneuriales innovantes en lien avec l’alimentation. 

Sauver son restaurant de la crise grâce à Deliverect

Jérôme Laredo raconte que le coronavirus a magnifié le besoin des restaurateurs d’être actifs sur les plateformes de livraisons. “Cela a donné un élan supplémentaire à notre développement, mais surtout, nous avons permis d’aider les restaurateurs à lancer leur service de commande en ligne ou à emporter” explique le co-fondateur. L’entreprise gantoise créé des logiciels dédiés au monde de l’Horeca. En s’imposant au cœur de la transformation digitale du secteur de l’Horeca, Deliverect espère aider les restaurateurs à s’ajuster au climat actuel. 

La plupart des restaurants restés ouverts pendant la pandémie ont fait appel aux plateformes de livraison en ligne. “Tout le monde s’y est mis” se souvient le co-fondateur. Et les chiffres témoignent de ce virage numérique. Il y a un an, Deliverect avait traité 5 millions de commandes depuis sa création. Aujourd’hui, la scale-up a multiplié ce chiffre par dix avec 60 millions de commandes comptabilisées. 

“On ajoute près de 1000 restaurants par mois sur notre plateforme” 

Améliorer l’aspect opérationnel du métier de restaurateur 

Jérôme Laredo se souvient qu’il y a quelques années, de nombreux restaurateurs commençaient à vouloir proposer un service de commande en ligne. Beaucoup se sont donc retrouvés avec une “multitude de tablettes tactiles et plusieurs flux de commandes à gérer”. Deliverect s’est donc lancé le défi d’accompagner le secteur de l’Horeca dans sa transformation digitale. 

“Un des pires scénarios qui peut arriver en plein rush, c’est de se retrouver avec une liste de clients qui ont commandé un produit en rupture de stock”

Il y a trois ans, l’équipe a développé une technologie pour aider les restaurateurs à agréger leur flux de commandes, à s’assurer qu’elles s’enregistrent toutes dans leur système de caisse et qu’elles sont bien transmises en cuisine. Avec Deliverect, un établissement peut gérer son menu disponible en ligne sur les différentes plateformes de livraison. “Le tout à partir de la même plateforme”, précise Jérôme Laredo. Gestion des menus centralisée, actualisation en temps réel des produits disponibles, commandes et paiements en ligne… L’ensemble des tâches opérationnelles numériques est géré par Deliverect. 

En bref, le service souhaite alléger les restaurateurs de nombreuses tâches manuelles, “souvent à l’origine d’erreur dans la gestion des commandes” regrette Jérôme Laredo. 

Aider les petits comme les grands

Avec la crise du coronavirus, les restaurants spécialisés dans le service à table ont été obligés de développer des produits plus adaptés à la livraison à domicile. “Ils n’étaient pas forcément prêts à faire cette transition et Deliverect leur a donné les moyens de se développer en ligne et de survivre” explique Jérôme Laredo. Pendant la pandémie, la scale-up a été un support pour réaliser une transition numérique, vitale pour certains restaurants. Petits ou grands.

“Nous voulons aider les restaurateurs à ne pas s’encombrer avec des problématiques technologiques”

L’arrivée des technologies cloud a contribué à la démocratisation de la technologie. À sa création, Deliverect faisait un focus les petits restaurateurs. Depuis, la scale-up a ouvert ses services aux chaines comme KFC. Pour les petits restaurateurs ou les grandes chaines de distribution, la technologie Deliverect est identique. “La technologie n’est plus réservée aux grands” se réjouit le co-fondateur.

Un besoin de développeurs

En avril dernier, la scale-up flamande, a finalisé une collecte de fonds de 54 millions d’euros. L’objectif ? “Prouver au monde qu’il est possible d’avoir un leader européen dans le secteur de la foodtech” affirme fièrement Jérôme Laredo. Pour atteindre ses objectifs de développement, l’entreprise propose en ce moment 200 postes. La moitié de cette offre s’adresse aux développeurs.