Le premier jeu du studio Modern Storyteller propose de se plonger 2000 ans dans le passé pour découvrir le mystère qui entoure une curieuse cité romaine, frappée par une terrifiante malédiction.

Développé par une toute petite équipe de trois passionnés, The Forgotten City était à l’origine un mod de Skyrim qui est devenu avec le temps un véritable jeu à part entière. Bien qu’il s’agisse d’un mod, The Forgotten City parvient à prendre ses distances avec son paternel. Il hérite certes de son moteur graphique et de la vue à la première personne, mais la comparaison s’arrête là. Car Forgotten City n’est pas un jeu de rôle. Il s’agit d’un jeu d’enquête qui vous place dans la peau d’un aventurier amnésique qui se réveille sur la rive du Tibre, en Italie, et se retrouve embarqué malgré lui pour une incroyable aventure à la découverte d’une vieille cité romaine enfuie sous terre.

Si le moteur graphique de Skyrim a vieilli, The Forgotten City ne s’en sort pas si mal, techniquement.

Sur fond de boucle temporelle et de voyage dans le temps, le joueur partira à la découverte d’une vieille cité romaine qui est victime d’une terrible malédiction. Le moindre crime commis en ses murs conduit à la mort de tous ses habitants. Une règle d’or y régit les rapports entre tous les habitants. Pas de meurtre, pas de vol, pas de suicide, ou tout le monde y passe. Le responsable des lieux, un magistrat romain qui voit en vous le sauveur de la petite bourgade, vous confie alors la mission de tenter de découvrir quel habitant de la ville entend la condamner à son triste sort… Car parmi eux sa cache un citoyen prêt à commettre l’irréparable.

Malgré ses apparences de jeu de rôle, The Forgotten City se présente donc comme un jeu d’enquête. Le joueur se promène librement dans les différents quartiers de la ville oubliée pour interroger les citoyens les uns après les autres. En interagissant avec eux, il apprendra à les connaître, se verra confier de petites quêtes annexes et sera amené à faire des choix moraux qui le conduiront parfois à commettre l’irréparable. Dans ce cas de figure, les statues d’or de la ville prendront vie et massacreront tous les habitants les uns après les autres… Vous aurez alors une seule et unique chance de fuir vers le portail qui vous ramènera au tout début de l’aventure, à travers une faille temporelle.

Attendez-vous à de nombreux dialogues!

Tout l’intérêt du jeu repose sur ces failles temporelles qui vous permettent de progresser petit à petit dans l’aventure et sur vos interactions avec les citoyens. Le joueur sera amené à faire de nombreux choix dans l’aventure, qui le conduiront à quatre fins différentes. The Forgotten City offre ainsi plusieurs approches à chaque situation. Pour une seule et même quête, vous pourrez choisir de venir en aide à un PNJ, de profiter de sa crédulité ou de commettre l’irréparable… Chaque action aura toutefois des conséquences, jusqu’à la prochaine faille temporelle.

S’il s’agit d’un jeu d’enquête, The Forgotten City ne se montre toutefois jamais réellement frustrant ni difficile. Les développeurs parviennent également à tenir le joueur scotché à son siège avec une intrigue passionnante, des personnages bien développés, des dialogues très bien écrits et un très bon rythme. Seule petite ombre au tableau peut être : les quelques séquences d’action où vous devrez utiliser un arc à flèches ou un révolver manquent réellement d’intensité. Les contrôles sont mous et on n’éprouve pas vraiment de sensations dans les combats. Ceux-ci apportent toutefois un peu de diversité dans le gameplay.

L’univers du jeu a vraiment beaucoup de charme.

The Forgotten City brille avant tout pour la richesse de son scénario et de son univers, plein de charme. Sachez-le toutefois avant de vous lancer dans l’aventure, le jeu n’est pas bien longue. Comptez 5 à 7 heures environ pour finir l’aventure. A 29,99€, ça fait tout de même un peu cher l’heure de jeu. D’autant plus que la première heure fait littéralement office de tutoriel.

Côté technique, il ne faut pas non plus s’attendre à une claque. Le moteur graphique de Skyrim a vieilli, les visuels sont datés, les animations aussi, mais le charme opère toujours, en grande partie grâce aux jolis panoramas du jeu et son univers très mystérieux. Le plus gros reproche à adresser concerne toutefois les expressions faciales, parfois si drôles qu’on a beaucoup de mal de prendre au sérieux nos interlocuteurs. Au niveau de la bande son, rien à signaler. Les doublages en anglais sont plutôt bons, et traduits en français sous la forme de sous-titres. Les musiques immergent correctement le joueur mais n’ont malheureusement rien de vraiment marquant.

Vous l’aurez compris, The Forgotten City est un jeu qui s’adresse avant tout aux amateurs d’enquêtes policières qu’aux amateurs de jeux de rôle.

Conclusion

Développé par une toute petite équipe de trois passionnés, The Forgotten City est un passionnant jeu d’enquête narratif qui nous plonge 2.000 ans dans le passé, à la découverte d’une mystérieuse cité victime d’une terrible malédiction. Se jouant entièrement à la première personne, le titre propose un récit passionnant, qui nous est distillé progressivement à travers de nombreux dialogues brillamment écrits. Tout l’intérêt du titre repose sur son scénario et les nombreux choix de dialogues avec les habitants de la ville. Bien qu’il soit à l’origine un mod de Skyrim, The Forgotten City ne partage que son moteur graphique et sa vue à la première personne avec le jeu de Bethesda Softworks. Il ne faut donc pas s’attendre à une aventure épique, bien que quelques séquences d’action soient au programme. Techniquement, le jeu est loin d’être à la hauteur des standards actuels. Mais certains de ses panoramas valent le détour. L’aventure n’est également pas bien longue. Comptez entre 5 et 7 heures pour en faire le tour. 

The Forgotten City

7.2

Gameplay

6.5/10

Contenu

8.0/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

7.0/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Un scénario prenant et une excellente écriture
  • Les nombreux choix de dialogues / choix scénaristiques
  • L'ambiance soignée
  • Des personnages intéressants à suivre
  • Quelques jolis panoramas, malgré tout

Les - :

  • Le moteur graphique de Skyrim a un peu vieilli
  • Les séquences d'action, très molles
  • Les expressions faciales