Test – Blightbound : un dungeon crawler redondant

Blightbound débarque sur PC et consoles après plusieurs mois d’early access. Le projet propose d’explorer des donjons avec d’autres joueurs en quête de loot.

Après douze mois d’accès anticipé, Blightbound arrive en version 1.0 sur PC, Playstation 4 et Xbox One. Le titre est développé par Ronimo Games, un studio indépendant néerlandais derrière quelques titres comme Awesomenauts ou la série Swords and Soldiers. Ces développeurs s’essayent cette fois au genre du Dungeon crawler avec une forte orientation vers le multijoueur.

Alors qu’un groupe de héros légendaires terrasse le Titan des ombres, une partie de ce dernier déverse la Peste-Brume sur le monde, une brume maléfique qui putréfie les êtres vivants. Des dizaines d’années plus tard, d’autres héros se dressent face à cette menace et explorent les lieux affectés à la recherche de survivants et d’artefacts d’une civilisation disparue. Entre leurs explorations, ceux-ci se reposent dans le refuge, un endroit situé sur de hautes montagnes qui n’est pas affecté par la brume. Le scénario est assez minimaliste et est très vite mis de côté pour se concentrer sur le gameplay.

Il est nécessaire de coopérer et de jouer son rôle convenablement pour terminer les donjons.

Le titre se déroule dans un univers de dark fantasy sombre et morbide. Celui-ci est très bien rendu par les décors et les effets de brume et de lumière qui les accompagnent, donnant une ambiance propre à chaque zone. Les personnages, boss et ennemis sont aussi visuellement très réussis et bien animés. La bande-son est malheureusement discrète malgré des thèmes sympathiques qui collent à l’ambiance générale.

Dans Blightbound, il est question d’explorer des donjons en formant une équipe de trois. Le jeu encourage fortement d’y jouer en multijoueur (avec des amis ou avec d’autres joueurs aléatoires) mais il est également possible d’être accompagné par des personnages contrôlés par des intelligences artificielles. Pour explorer les donjons, chacun des trois joueurs doit incarner un personnage qui possède l’une des trois classes disponibles. Les Guerriers sont des défenseurs qui attirent l’attention des ennemis. En encaissant des attaques avec leur bouclier, leurs prochains coups seront plus forts. Les Assassins sont des combattants vifs et qui infligent le plus de dégâts. Ceux-ci peuvent relâcher une attaque puissante tous les trois coups. Et finalement, les Mages supportent l’équipe en attaquant et en soignant leurs alliés, à condition d’avoir du mana en stock. Impossible donc de changer de formation, l’équipe doit strictement être composée des trois classes et les joueurs ont donc pour tâche de remplir leur rôle correctement. Pas de panique en cas d’exploration en solo, les IA se révèlent très compétentes.

Le titre peut parfois montrer une bonne dose de difficulté.

Une vingtaine de personnages différents sont déblocables au fil de l’aventure. Ceux-ci font tous partie d’une des trois classes décrites auparavant et gardent les mêmes spécificités manette en main. Ils ont toutefois des capacités passives différentes ainsi que deux compétences qui leur sont propres. Chacun d’entre eux possède également de l’équipement à gérer ainsi qu’un niveau qui, une fois augmenté, donne des points à répartir dans différentes statistiques. Les missions rapportent également de l’expérience pour le refuge qui débloque de nouvelles possibilités.

L’exploration se déroule comme dans un beat-them-up à l’ancienne. Les donjons ne sont pas conçus de manière très complexe, les différentes salles regorgent d’ennemis et parfois de petites énigmes qui donnent accès à de l’équipement et de l’argent. Si le gameplay est efficace manette en main, la lisibilité fait parfois défaut. Il n’est pas rare de perdre notre personnage de vue quand beaucoup d’ennemis sont à l’écran et font chacun apparaître de nombreux effets et attaques. Cette mêlée générale reste fun mais le titre n’hésite pas à faire preuve de difficulté, et c’est dans ces moments que le manque de visibilité peut devenir frustrant.

Les personnages et les ennemis sont visuellement très détaillés.

Blightbound possède une formule très simple puisque les donjons sont la seule activité disponible. Inutile de préciser que le titre souffre d’une certaine répétitivité. Même si utiliser les différentes classes va changer drastiquement notre approche du gameplay, de nombreux aspects sont tout de même réutilisés tels que certains décors, les ennemis et également les boss. Tout cela renforce encore plus un sentiment de répétition déjà présent dans le concept de base. Entre deux escales, nos personnages retournent au refuge. C’est à ce moment qu’il est possible d’organiser l’équipement et les statistiques des personnages. On peut également accéder à une forge ou encore consulter quelques extras comme un bestiaire ou y lire l’histoire des personnages que nous avons débloqués, à condition qu’ils aient monté de niveau.

Si la proposition reste intéressante, le titre souffre malheureusement de quelques bugs. Ils ne sont généralement pas très gênants mais il n’est pas rare d’avoir des petits problèmes d’affichage et de son, en particulier lorsqu’il se passe beaucoup de choses à l’écran. Les consoles d’ancienne génération ont également du mal à avoir un rendu constamment fluide lorsque de nombreux effets sont affichés. Les problèmes ne sont généralement pas trop dérangeants et ils pourraient être corrigés dans le futur puisque le titre ne s’arrêtera pas à sa version 1.0. De futures mises à jour incluant de nouveaux personnages jouables et améliorations sont déjà prévues.

Conclusion

Après une petite année passée en accès anticipé, Blightbound est tout récemment sorti dans sa version finale sur PC, Playstation 4 et Xbox One. Le nouveau titre de Ronimo Games nous propose de partir explorer des donjons à plusieurs dans cet action-RPG dungeon crawler. On y incarne différents personnages qui bravent les dangers causés par la Peste-Brume, un brouillard maléfique qui recouvre le monde et putréfie les êtres vivants, dans le but de trouver des survivants ou des reliques d’une civilisation disparue. Ce scénario assez minimaliste est accompagné de lore concernant les personnages jouables, mais le gameplay va occuper une part importante de l’expérience. Il est possible de débloquer une vingtaine de personnages faisant tous partie de l’une des trois classes du jeu, à savoir Guerrier, Assassin et Mage. Le titre étant axé coopération, il convient d’y jouer à plusieurs. Il faut alors s’adapter à son rôle pour que notre équipe puisse survivre dans des donjons parfois ardus. Son univers sombre est magnifiquement retranscrit à l’écran avec de très beaux décors et personnages, dommage que des soucis techniques viennent entacher la présentation du jeu. Mais son plus gros point faible vient plutôt de la répétitivité du titre. Celui-ci réutilise de nombreux éléments au cours des différentes parties, alors même que son concept est déjà, par nature, redondant.

Blightbound

Gameplay 7.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 6.5/10
7.1

On aime :

Une formule efficace

Trois classes distinctes qui changent notre manière de jouer

Une très bonne direction artistique

Beaucoup de personnages à débloquer et de donjons à explorer

On aime moins :

Des problèmes de lisibilité durant les combats

Un titre très répétitif

Des petits bugs et problèmes de framerate sur consoles