Après un Generation Zero peu convaincant, le studio Systemic Reaction nous revient avec un projet beaucoup plus ambitieux qui marche sur les traces d’un Left-4-Dead.

Vous vous souvenez sans doute de Generation Zero, ce curieux FPS coopératif futuriste dans lequel une petite escouade de survivants affrontaient de gigantesques robots dans les décors pittoresques de la Scandinavie. Séduisant par son concept, Generation Zero n’était pas vraiment parvenu à convaincre, la faute à un gameplay sans saveur, un rythme mou et une difficulté rebutante pour les joueurs qui souhaitaient le parcourir en solo. Le studio suédois a appris de ses erreurs et nous revient aujourd’hui avec un second projet bien plus abouti.

Certaines créatures sont titanesques.

Dans le fond, pourtant, difficile de ne pas voir des similitudes dans les deux projets. Tout comme Generation Zero, Second Extinction est un FPS coopératif. Il se joue en monde ouvert. Y jouer seul représente un sacré défi, et le studio nous propose une fois de plus d’affronter de gigantesques créatures de différentes classes. Exit les robots toutefois et place aux dinosaures cette fois. S’il s’inscrit dans la continuité de Generation Zero, Second Extinction prend une direction différente puisque le titre s’inspire davantage de Left-4-Dead dans sa construction.

Second Extinction est un jeu beaucoup plus nerveux que Generation Zero. Les affrontements y sont nombreux, la prise en main est plus technique aussi. Si le titre est jouable en solo, il est préférable d’y jouer entre amis, à trois. Les joueurs pourront se partager les rôles en incarnant différents personnages, aux aptitudes et à l’équipement uniques. Par cette approche, Second Extinction rappelle parfois Apex Legends. Dans son gameplay aussi d’ailleurs, tant par la nervosité des combats que par sa large palette de commandes. Car malgré les apparences, on ne se contente pas tout le temps de vider son chargeur dans Second Extinction. Il faudra aussi régulièrement se soigner, activer son pouvoir spécial (soigner ses alliés), une compétence secondaire (comme poser une barricade par exemple), demander un drop de munitions en plein combat, se ravitailler dans différents points stratégiques,… Le gameplay est beaucoup plus technique qu’il n’y paraît.

Le bestiaire est assez varié.

Second Extinction a très clairement été pensé pour être un titre coopératif. La narration est minimaliste. Les missions ont toutefois été structurées de sorte à garder l’attention des joueurs, avec des objectifs variés qui changent en plein cours de partie. De par sa construction en open-world, Second Extinction parvient également à surprendre avec encore là des idées très riches, piochées à gauche et à droite, des nombreuses missions secondaires qui permettront de récupérer des crédits additionnels à l’expérience acquise qui permettra de débloquer des capacités du personnage, en passant par la personnalisation de l’armement et du look des personnages.

Dans l’ensemble, les mécanismes de jeu sont bien huilés. Les missions se bouclent entre 30 et 50 minutes. Le jeu en compte une demi-douzaine, ce qui n’est pas énorme, mais la rejouabilité est bonne car le jeu est vraiment fun et surtout son univers ne cesse d’évoluer. Comprenez par là que vous ne rencontrerez pas toujours les mêmes ennemis aux mêmes endroits et que la difficulté évoluera selon le moment et le lieu où vous jouez.

Il est important d’utiliser les compétences complémentaires de chaque personnage.

Pad en main, les sensations sont bonnes. On sent que les développeurs ont appris de leurs erreurs, et cela fait plaisir à voir tellement le gap entre Generation Zero et Second Extinction est énorme. La seconde création de Systemic Reaction est un fast-FPS très fun, nerveux et technique, qui se présente comme un excellent défouloir. L’ambiance du titre est également soignée puisque durant plusieurs minutes, on peut arpenter la carte sans rencontrer aucun ennemi pour ensuite être surpris par une attaque éclair. On ne sait jamais non plus sur quel type d’ennemi on va tomber. Le bestiaire du jeu est assez varié même si l’on retrouve principalement des raptors. Ceux-ci vous attaqueront systématiquement en groupe, mais leur groupe est généralement composé de plusieurs unités différentes, des cracheurs d’acide aux raptors lourds en passant par les hurleurs qui appelleront des renforts avec des cris stridents. Il ne sera pas rare de devoir affronter des groupes de plusieurs dizaines de créatures se ruant vers vous. Les combats contre les Tyrannosaurus, Triceratops et autres géants sur le champ de bataille font partie des moments forts du jeu. Chacune de ces créatures a ses faiblesses et ses forces sur le champ de bataille. Le T-Rex est sans aucun doute l’ennemi le plus redoutable, mais aussi le plus effrayant du jeu. Pour l’éliminer, il faudra concentrer ses tirs sur son cou. Inversément, pour éliminer certains ennemis, le joueur devra opter pour une approche plus explosives, en utilisant par exemple des grenades pour retourner un adversaire et parvenir à tirer sur son point faible…

Les triceratops vous chargeront au premier coup d’oeil.

Avec ses mécanismes de jeu bien huilés, ses objectifs variés, son bestiaire très riche, ses combats intenses et sa jolie direction artistique, Second Extinction parvient donc à séduire même le plus blasé des joueurs avec une proposition pourtant très simple. Dans sa formule, le jeu de Systemic Reaction n’est ni plus ni moins qu’un Left-4-Dead dans lequel on aurait remplacé les zombies par des dinosaures… Et étonnamment, la formule fonctionne plutôt bien. Difficile toutefois de ne pas être déçu par le contenu très léger du titre à sa sortie… Une petite demi-douzaine de missions sont au programme seulement, sur une carte de taille très modeste, et qui manque cruellement de diversité dans ses environnements. On n’en doute pas toutefois, au vu du statut de “preview” du titre, Second Extinction ne cessera de s’enrichir en nouveaux contenus au cours des prochains mois, via de futures mises à jour.

Pour un titre disponible en early access, Second Extinction se révèle toutefois étonnamment abouti. Visuellement, le titre est très joli et d’une rare fluidité. On croisera bien l’un ou l’autre bug dans l’aventure, mais majoritairement, ceux-ci restent peu nombreux. Vous aurez toutefois peut-être la malchance de devoir recommencer une mission après avoir rencontré un bug bloquant la progression de l’équipe. On n’en doute pas non plus, ces problèmes seront sans doute réglés avec de futurs patchs.

Pour finir la mission, il faudra jouer en équipe.

S’il déçoit un peu par son contenu léger, Second Extinction n’en reste pas moins un titre prometteur au vu de son statut d’early access. La réalisation du titre est soignée, le jeu est fun, le concept séduisant et pad en main avec ses amis, on y passe vite quelques heures. Pour parvenir à convaincre sur la durée, les développeurs devront toutefois continuer à fournir de nouveaux contenus et écouter les retours des joueurs. Si c’est le cas, on tient peut-être là une très jolie alternative au déjà très attendu Back 4 Blood.

Conclusion

Après un Generation Zero décevant, les développeurs de Systemic Reaction nous livrent un nouveau FPS coopératif beaucoup plus abouti, qui parvient à séduire par la nervosité de ses affrontements et son concept unique. Marchant sur les traces d’un Left-4-Dead, Second Extinction vous proposent d’affronter des hordes de dinosaures entre amis. Le FPS coopératif de Systemic Reaction surprend par la richesse de son gameplay et de sa proposition. Quelque part à mi-chemin entre Apex Legends (pour son système de largage en début de partie, sa prise en main et ses personnages aux facultés uniques) et Left-4-Dead (pour son monde ouvert, son côté coopératif et ses classes d’ennemis), Second Extinction s’impose comme un excellent divertissement entre amis, qui ne pêche finalement que par son contenu un peu léger. La carte du jeu est de taille modeste, manque de diversité et on ne dénombre qu’une poignée de missions en tout. Dommage. Ceci étant dit, vu son statut d’early access, Second Extinction s’en sort plutôt bien et paraît même étonnamment abouti pour un titre qui n’est pas encore fini… Assurément, une très bonne surprise. 

Second Extinction

7

Gameplay

8.0/10

Contenu

6.0/10

Graphismes

7.5/10

Bande son

7.0/10

Finition

6.5/10

Les + :

  • Terriblement fun à plusieurs
  • Une réalisation soignée
  • Le feeling, arme en main
  • Des objectifs assez variés dans les missions
  • Vendu 25€ seulement, et intégré au Gamepass

Les - :

  • Quelques bugs, parfois très gênants
  • La taille relativement réduite de la carte
  • Un contenu assez léger à l'heure actuelle