L’objectif de la Chine est de fournir une connexion Internet à haut débit à sa population.

Les projets de constellations de satellites en orbite basse ne cessent de se multiplier. En plus du projet Starlink d’Elon Musk et de ses quelque 42.000 satellites, de celui d’Amazon avec ses 3.000 objets stellaires et des projets de plusieurs autres acteurs privés (OneWeb, Lynk, SatRevolution et Sphera), c’est au tour de la Chine de se lancer dans la compétition pour coloniser l’espace à coup de satellites.

L’objectif de la Chine est similaire à celui des autres acteurs et consiste à proposer une connexion Internet à haut débit à ses concitoyens. L’empire du Milieu souhaite en effet lancer le réseau « Guowang », soit un réseau national à haut débit. C’est pour cela qu’il travaille à lancer une mégaconstellation composée de 13.000 satellites – 12.922 pour être précis.

Si la Chine confirme le développement de son projet, on ne sait malheureusement pas grand-chose sur son agenda. Difficile de savoir quand les premiers satellites seront lancés et opérationnels, de même que la fenêtre de lancement du réseau Guowang en Chine. À l’heure actuelle, le pays se concentre sur la construction et l’exploitation des satellites.

Ce n’est pas la première fois que la Chine annonce vouloir mettre en place une mégaconstellation pour fournir une connexion haut débit à sa population. En 2018 déjà, le pays avait lancé deux projets similaires, Hongyan et Hongyun. Les satellites de ces deux projets de constellations seront intégrés au nouveau projet chinois. Ils subiront en effet des mises à jour majeures, afin d’être intégrés au projet Guowang.

À terme, cette mégaconstellation devrait offrir une couverture à l’ensemble du continent asiatique. Étant donné que les autres acteurs se concentrent sur l’Amérique, puis l’Europe, la Chine aura le champ libre pour déployer ses satellites en orbite basse au-dessus du continent asiatique, avec tout ce que cela entrainera en termes de moyens de pression géopolitique.