Réédition d’un titre culte de la Nintendo 64 et de la Dreamcast, Shadow Man Remastered entend bien honorer le succès de son aîné. La tâche s’annonce malheureusement ardue …

Tout joueur possède une liste de jeux chers à son cœur, qui ont bercé ses premiers émois dans le secteur vidéoludique. Shadow Man fait probablement partie de cette liste pour de nombreux gamers. Sorti en 1999 sur Nintendo 64, Dreamcast et PlayStation, Shadow Man parvint à convaincre presse et public grâce à son ambiance atypique et un gameplay fortement inspiré d’une autre pointure du genre, à savoir Tomb Raider.

Habitué dans la réédition de titres cultes, le studio Nightdive s’est logiquement attaqué à ce classique souvent méconnu des années 90. Meilleure résolution, plus de fluidité et contenu supplémentaire sont au programme, tandis que le cœur même du jeu reste intact, et ce, afin de fournir l’expérience la plus similaire possible à celle procurée 22 ans plus tôt. Un choix qui est, somme toute, contestable, surtout si l’on prend en compte l’évolution des standards en matière de level et de game design. C’est un fait : Shadow Man a vieilli, et plutôt mal…

Il y a 20 ans de cela, Shadow Man fut encensé pour ses nombreuses qualités, et notamment en terme de gameplay. Le titre se rapprochait énormément d’un certain Tomb Raider à travers sa maniabilité tandis que les nombreux mouvements et animations que possédait le personnage étaient de très bonne facture. Mais ça, c’était il y a 20 ans. Les premières aventures de Lara Croft ont énormément vieilli et, par conséquent, Shadow Man également.

Si vous ne le saviez pas, Shadow Man est un jeu d’action-aventure dans la plus pure tradition de ce qui se faisait dans les années 1990. Vous explorez des niveaux labyrinthiques à la recherche de collectibles en tout genre sans jamais savoir vers où vous vous dirigez, pourquoi vous le faites ou comment vous y prendre. En effet, les jeux de l’époque ne s’étaient pas encore imprégnés de la mode des mini-cartes et les tutoriels se faisaient principalement dans le livret papier plutôt qu’à l’écran. Autant de lacunes qui font que Shadow Man est presque injouable aujourd’hui.

La modélisation, la jouabilité et l’expérience de jeu restent très ancrées dans les années 1990, pour le meilleur et (surtout) pour le pire.

On va pester à de très nombreuses reprises face à un gameplay resté coincé en 1999. Les déplacements de Mike LeRoi sont d’une rigidité à toute épreuve. Si courir face à vous ne pose aucun problème (et encore), on regrettera très vite les fois où il faut faire marche arrière, avec de légers sauts, ou les déplacements en diagonale, qui ralentissent toujours autant. De plus, les déplacements dans l’eau bloquent automatiquement les orientations, tandis qu’il est impossible de tourner la caméra lorsque le personnage est accroché à une corniche.

Toujours semblable à Tomb Raider, Shadow Man vous demandera à de nombreuses reprises de sauter de “plateforme” en “plateforme” pour progresser dans les niveaux. Mais comme son illustre modèle, la précision est de mise et nombreuses seront les fois où vous louperez le coche et mourrez. C’est particulièrement éreintant, surtout lorsque l’on sait que vous allez être ramené à un checkpoint très éloigné du lieu de votre mort. Certes les développeurs ont ajouté un système de sauvegarde au sein du titre, mais nous n’allons quand même pas sauvegarder à chaque fois avant de sauter.

En ce qui concerne le cœur du jeu, à savoir sa trame principale, on reste sur ce qui était proposé 20 ans plus tôt. Le titre nous proposait une aventure à boucler en une petite vingtaine d’heures dans sa totalité, soit une très belle proposition pour l’époque. On garde ici la même durée de vie, à laquelle les développeurs ont eu la malice d’ajouter des scènes originellement supprimées. En effet, en farfouillant dans les codes et fichiers du titre, le studio Nightdive s’est aperçu que trois niveaux avaient finalement été retirés du montage final.

Qu’à cela ne tienne, ces trois niveaux ont finalement été intégrés à cette version Director’s Cut de Shadow Man, et ce n’est pas pour nous déplaire. Parmi ces “nouveaux” niveaux, on retrouve une salle d’expérimentation intégrée à l’asile, Salvage Yard dans le désert du Mojave ainsi que Summer Camp, en Floride. Trois parties de niveaux venus agrémenter la durée de vie, mais qui contiennent également leurs propres âmes noires, à retrouver ici-et-là.

Comptez toujours une vingtaine d’heures pour boucler l’aventure.

L’un des points sur lesquels Shadow Man a le plus changé avec ce remaster, c’est incontestablement son aspect visuel. Enfin, on va plutôt parler ici de remise au goût du jour sans bouleverser le tout, puisque le titre ne change pas d’un iota d’un point de vue de sa modélisation. On garde les mêmes éléments 3D, très anguleux et peu esthétiques, identiques à ceux proposés en 1999. Le résultat faisait mouche autrefois, mais n’est clairement plus d’actualité et accuse sérieusement le poids des années.

Nous évoquerons dès lors le renouvellement technique plutôt que la refonte visuelle pour ce “nouveau” Shadow Man. Afin de garder un matériau le plus brut et le plus fidèle possible à l’original, les développeurs ont en effet fait le pari osé de ne pas toucher aux modélisations et de proposer un titre en adéquation avec les technologies actuelles. Nous avons dès lors droit à un titre qui supporte désormais la 4K, en lieu et place de l’ancienne résolution propre aux Nintendo 64 et PlayStation 1. Un ajout bienvenu, surtout lorsqu’il est couplé aux 240Hz que le titre exhibe fièrement. Il s’agit évidemment d’ajouts de taille, qui n’arrivent pas seuls : antialiasing, HDR et ombres portées dynamiques sont autant de fonctionnalités permettant de légèrement rajeunir le titre.

Le titre s’affiche désormais fièrement en 4K à 240 FPS, un sacré bond en avant.

Ainsi, on sera agréablement surpris par la meilleure netteté des textures, mais aussi par un éclairage global bien plus abouti, profond mais surtout réaliste. On arpente parfois des couloirs rendus plus sombres, qui ne sont évidemment pas pour nous déplaire compte tenu de l’ambiance globale du titre. Celui-ci paraît plus malsain et sombre que jamais, aidé par une bande-son du tonnerre. Techniquement par contre, on ne va pas vous mentir, ça a mal vieilli, et si le remaster affine les textures, le travail reste léger. Il ne faut pas s’attendre ici à un remake complet du titre, qui aurait pourtant davantage séduit les masses que ce remaster qui s’adresse finalement quasi-uniquement aux fans de l’originaL.

Côté bande son, pas de grosse surprise non plus. La bande sonore de Shadow Man avait séduit en sont temps par ses qualités. On a ici droit à des mélodies remasterisées, mais également à de toutes nouvelles musiques et bruitages dans les nouveaux niveaux. De plus, le titre bénéficiait déjà d’un doublage et de dialogues de très bonne facture, que ce soit en VO ou en VF. Les développeurs de chez Nightdive n’y ont très logiquement pas touché, pour notre plus grand bonheur. Il ne faut en revanche pas en attendre trop : la synchronisation labiale n’est pas au programme.

Enfin, difficile de mentionner un remaster sans parler de sa finition. Les titres des années 1990 n’avaient pas la possibilité qu’ont les jeux d’aujourd’hui de bénéficier d’une multitude de patchs venant résoudre les quelques bugs. On déplorait alors de nombreux bugs dans le titre original, que ce soit d’un point de vue du gameplay ou de l’IA. Le constat n’a étrangement pas changé, avec des ennemis toujours trop faciles et peu intelligents. D’autres bugs sont malheureusement toujours présents, comme des bugs de collision ou visuels, avec parfois des éléments invisibles venant déranger votre progression.

Conclusion

Shadow Man Remastered est de ces titres qui diviseront. Si on recommande le jeu aux fans de l’original pour sa fidélité et ses contenus coupés qui ont été rajoutés (notamment, 3 niveaux complets), ce remaster reste léger et définitivement ancré dans le passé. Les nouveaux joueurs auront beaucoup de mal de s’immerger dans l’univers sombre et pourtant séduisant de ShadowMan, la faute à son gameplay rigide, ses décors labyrinthiques et ses mécanismes de jeu d’il y a plus de 20 ans. Marchant sur les traces d’un Tomb Raider, Shadow Man est resté ancré dans le passé. A ce titre, difficile de le recommander à quelqu’un qui n’avait jamais mis la main sur l’original. D’autant plus que techniquement aussi, le jeu a très mal vieilli, avec des graphismes en 3D minimalistes. Les modélisations ont certes été lissées et le studio Nightdive a revu l’éclairage du titre, mais le travail de remasterisation reste léger. Il ne faut pas s’attendre ici à un remake. Avec son ambiance sombre et son univers décalé, Shadow Man reste toutefois un titre qui mérite le détour pour les amateurs de curiosités vidéoludiques. 

Shadow Man Remastered

4.9

Gameplay

3.5/10

Contenu

6.0/10

Graphismes

3.5/10

Bande son

7.0/10

Finition

4.5/10

Les + :

  • Du 240 FPS en 4K
  • Retour des scènes censurées dans l'original
  • Une aventure toujours aussi longue

Les - :

  • Des contrôles qui ont mal vieilli et qui ne sont pas expliqués
  • Une maniabilité frustrante
  • La caméra, catastrophique
  • Un level design qui n'a pas évolué, trop labyrinthique
  • Un remaster pauvre, et qui manque de finition