Lost Words: Beyond the Page était passé totalement inaperçu à sa sortie en raison de son exclusivité temporaire sur la plate-forme de cloud-gaming Stadia. Un an après sa sortie sur la console virtuelle de Google, le titre édité par Modus Games débarque sur PC et consoles. 

A moins d’y avoir joué sur Stadia, vous étiez sans doute vous aussi passé complètement à côté de Lost Words: Beyond the Page, le premier jeu du petit studio Sketchbook Games, repéré très tôt par l’éditeur Modus Games, friand des titres aux univers fantaisistes. Un an après être sorti sur Stadia, le jeu débarque sur PC, Switch, PS4 et Xbox One… sans que sa réputation ne l’ait devancé.

Chaque chapitre démarre avec un petit jeu de plates-formes en 2D, dans lequel le joueur pourra parfois définir certains éléments du scénario.

Et pourtant, s’il ne marquera pas les esprits, Lost Words: Beyond the Page est plutôt une bonne surprise. Ce petit jeu indépendant prend la forme d’un jeu de plates-formes en 2D. Contrairement à un Mario ou un Sonic, le titre ne repose toutefois pas ses mécanismes sur les compétences du jouer mais sur la narration. L’histoire nous est narrée au fur et à mesure que l’on progresse et chaque phrase s’affiche à l’écran, sous la forme de mots, posés sur le papier. Rien de plus normal en soi puisque Lost Words nous narre le récit imaginé par une petite fille qui traverse les étapes d’un deuil. Un récit qui prend place dans un univers fantastique qui n’est bien sûr qu’un fantasme d’enfant qui nous présente son état d’esprit à travers les différentes étapes du deuil.

On notera d’ailleurs qu’au début de chaque chapitre, le joueur devra se livrer à un petit jeu en faisant progresser son personnage sur les phrases qui s’affichent sur une page de papier vierge. Des séquences de jeu qui plantent les décors et permettent de faire la jonction entre le monde réel et le monde fantastique imaginé par la petite fille que l’on incarne. Les mécanismes de jeu sont à ce titre très bien pensés et on ne peut qu’applaudir le travail du petit studio, qui a su se montrer très imaginatif au niveau de la présentation, avec des visuels superbes et même de la personnalisation de l’histoire. Le concept devrait séduire aussi bien les petits que les grands.

Certains panoramas sont à couper le souffle.

D’un point de vue narratif, Lost Words: Beyond the page est une très belle réussite. La mise en scène soignée du jeu, les doublages de qualité, la très bonne bande son du jeu y sont sans doute pour beaucoup. Le titre nous transporte dans un univers féérique qui se veut un reflet du monde réel. L’histoire est intéressante et surtout suffisamment bien écrite pour convenir tant aux adultes qu’aux plus jeunes.

D’un point de vue ludique, le titre a un peu plus de mal à séduire avec son gameplay minimaliste. Lost Words est plus un jeu narratif qu’un jeu de plates-formes à proprement parler. Le jeu est très simple, relativement court (comptez 3 petites heures pour en voir le bout) et les mécanismes sont assez répétitifs. On se contentera la plupart du temps d’avancer dans un niveau en suivant le récit, et à utiliser l’un ou l’autre de ses pouvoirs pour résoudre de petites énigmes guère très compliquées. Grâce à son livre des mots, elle pourra recréer un pont qui s’est écroulé, soulever des caisses ou une plate-forme pour progresser dans l’aventure. Le concept est séduisant, mais les mécanismes ont tendance à trop se reposer sur cette feature très limitée. On regrette clairement que les développeurs n’aient pas été plus imaginatifs en terme de level-design et n’aient pas imaginé des défis un peu plus compliqués. Ceci étant dit, très clairement, le jeu s’adresse à la base à un public très jeune.

Esthétiquement, le jeu est simple, mais efficace.

Malgré ses petits défauts, Lost Words parvient toutefois à séduire le joueur avec son récit poignant, sa narration soignée et son univers plein de charme. La direction artistique du jeu est superbe, le jeu déborde d’idées brillantes et esthétiquement, le titre est plutôt joli malgré son minimalisme. Clairement, Lost Words a l’allure d’un jeu mobile à petit budget, mais en soi, cela n’est guère très dérangeant.

Le gameplay du jeu reste dans l’ensemble minimaliste.

Beyond the Page aura sans doute du mal à trouver son public. Le jeu sort dans l’anonymat le plus complet à une période relativement chargée en sorties. Les amateurs de titres indépendants pourraient toutefois lui trouver un certain charme. Artistiquement, Lost Words n’est pas sans rappeler des œuvres brillantes comme l’excellent Limbo. Les jeunes parents ont également là un joli outil didactique pour éduquer les plus petits au deuil. L’approche a en tout cas le mérite d’être intelligente.

Conclusion

Lost Words: Beyond the Page est un fantastique conte pour éduquer les plus petits au deuil. Créatif dans sa façon de narrer une histoire, le jeu de Sketchbook Games joue avec les codes du genre. Il s’inspire brillamment des classiques du jeu indépendant tout en amenant de nombreuses idées très originales. Le titre se veut toutefois plus narratif que ludique, avec son gameplay minimaliste et répétitif. Les idées sont brillantes, mais limitées et le level design en tire souvent très mal parti. Lost Words: Beyond the Page n’en reste pas moins une expérience narrative sophistiquée, qui plaira tant aux plus grands qu’aux plus petits. Attention toutefois, le conte fantaisiste se boucle très rapidement. Profitez donc au maximum de ce très joli voyage! 

Lost Words: Beyond the Page

6.9

Gameplay

6.5/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

6.0/10

Bande son

8.0/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Une très jolie direction artistique
  • La narration, parfaitement maîtrisée
  • Plein de très bonnes idées
  • Une bande son pleine de charme
  • Un prix très doux (14,99€)

Les - :

  • Un gameplay minimaliste
  • Des commandes très approximatives
  • La réalisation minimaliste
  • Une histoire très courte et une faible rejouabilité