Test – Maquette : le puzzle-game qui joue avec les perspectives

“Offert” durant le mois de mars sur le Playstation Plus, Maquette bénéficie d’un très joli coup de projecteur. Un puzzle-game aux moyens limités, mais qui pourrait plaire à plus d’un joueur.

Si l’on vous parle de puzzle-game, quelques titres immanquables nous sautent automatiquement à l’esprit. On se rappellera par exemple de l’excellente franchise Portal ou du récent Superliminal, des titres dans lesquels l’espace relève d’une importance toute particulière. En effet, il faut y faire preuve d’ingéniosité et de malice pour résoudre les énigmes, en s’aidant de tout ce qui se présente à vous pour modifier la taille ou la nature des objets qui vous entourent.

C’est exactement sur ce même principe que fonctionne Maquette. Développé par les novices de Graceful Decay, le titre est une sorte de boîte à énigmes géante autour de laquelle gravite des principes d’architecture et une jolie histoire d’amour. Un savant mélange qui permet de faire du jeu une relativement bonne surprise, non sans défauts, mais très poétique et touchant.

En effet, c’est avant tout le scénario de Maquette qui nous transporte. Vous suivrez l’histoire d’amour que vivent Kenzie et Michael. Si celle-ci est relativement bateau et plutôt cucul, elle parvient étonnamment à nous transporter et à nous procurer joie dans les bons moments, et empathie dans les moments les plus durs de nos amis. Tournée autour de leur passion commune pour le dessin, que l’on ressentira tout au long de l’aventure, cette histoire d’amour se permet même à certains moments de nous surprendre.

Les énigmes proposées sont relativement bien ficelées. Ni trop compliquées, ni trop aisées, on s’en défait plutôt plaisamment.

Afin de progresser au sein de cette aventure, vous allez devoir résoudre une grande quantité d’énigmes, toutes plutôt bien ficelées les unes que les autres. En vous servant de la maquette de votre environnement se situant au milieu de la pièce, vous devrez agrandir ou rétrécir certains objets afin de progresser. Le concept est plutôt bien imaginé mais difficile à appréhender au début. Ce n’est qu’après quelques énigmes que l’on parvient sans mal à prendre en main le gameplay. Il faudra alors, pour progresser dans les niveaux, réfléchir sur plusieurs échelles et à quoi pourrait servir tel ou tel objet si sa taille venait à être décuplée ou diminuée.

On regrette toutefois que certaines mécaniques viennent gâcher l’expérience de jeu. Ainsi, les déplacements sont fastidieux, terriblement lents et mal conçus. On ne fera que, la plupart du temps, se déplacer d’un point A à un point B sans avoir la moindre possibilité d’accélérer. De plus, si vous êtes bloqués, n’espérez pas obtenir une quelconque aide. Seules les inscriptions sur les murs vous indiquent si vous êtes ou non sur le bon chemin. En pleine énigme, difficile toutefois de savoir si on est sur la bonne voie.

Si l’on prend un plaisir à résoudre les énigmes qui se dressent à nous, on était tout de même en droit d’attendre une aventure un poil plus longue. Comptez un peu plus de 4 heures pour terminer l’histoire en prenant votre temps. Le jeu est actuellement facturé à 15€, l’addition est donc assez salée si vous payez le prix plein.

Lorsque l’on parcourt les univers de Maquette, une chose nous saute aux yeux : la richesse de son environnement. Vous ne resterez pas toujours autour de la maquette du dôme, et aurez tantôt l’occasion de découvrir un cimetière lugubre, tantôt la possibilité de vous balader au sein d’un jardin féérique et magnifiquement coloré. L’ensemble fonctionne très bien, et chaque environnement est plaisant à découvrir, aidé par une direction artistique très réussie.

Sans être beau, Maquette propose un univers très réussi à la patte graphique très marquée, proche des dessins. On ne le comparera évidemment pas à des grosses productions où les graphismes sont réalistes et splendides, mais Maquette peut se vanter d’être relativement joli, surtout dans les environnements très colorés et plein de vies.

Maquette dispose d’un univers très charmant, à la fois réussi visuellement et coloré.

S’il est un point sur lequel on ne peut rien reprocher au titre, c’est sa bande son. Elle est parfaitement élaborée et nous transporte au long de notre aventure. Les différentes mélodies qui la composent sont tout simplement parfaites et idéalement adaptées à chaque situation. On aura ainsi droit à de la musique pop/rock dans les moments de joie, tandis que l’on passe à de la musique plus mélodieuse et douce dans les moments de tendresse. Toutefois, la bande originale ne fait pas à elle seule la réussite de Maquette. En effet, difficile de passer à côté d’un doublage parfaitement réussi. N’espérez pas de version française dans le titre, et c’est tant mieux. Le couple formé par Kenzie et Michael est interprété par Bryce Dallas Howard (Jurassic World, Spider-Man 3) et Seth Gabel (Arrow, American Horror Story). Le jeu d’acteurs est sans surprise très bon, mais également très touchant.

Malheureusement, Maquette ne peut bénéficier des moyens des grosses productions en ce qui concerne l’assurance qualité. C’est d’ailleurs très regrettable, puisque cela aura pu lui être bénéfique. En effet, le jeu de Graceful Decay pèche énormément dans sa finition, avec pléthore de bugs et de problèmes d’affichage. Les chutes de framerate sont omniprésentes, tandis que le clipping aurait pu être atténué. De son côté, les sous-titres français sont complètement ratés, surtout au début de l’aventure. On a d’ailleurs l’impression que les développeurs se sont servis d’un outil comme Google Translate, tant certaines traductions sont très hasardeuses, voire incompréhensibles.

Conclusion

Puzzle-game dans sa plus pure essence, Maquette se présente comme une très agréable surprise. Comme Superliminal, Maquette joue avec les perspectives et se joue surtout intégralement à la première personne. Les nombreuses énigmes que le joueur doit résoudre ne sont ni trop aisées ni trop compliquées, et l’on prend un réel plaisir à en chercher la solution. Malheureusement, on aurait pu en attendre plus de la production de Graceful Decay, puisque le titre se boucle en à peine 4 heures. Côté gameplay, le concept est séduisant mais les déplacements sont un vrai calvaire et les énigmes demanderont à être résolues d’une façon bien particulière. Il n’y pas ici de pluralité dans les approches En résolvant les énigmes, on découvre la touchante histoire d’amour entre Michael et Kenzie et on prend plaisir à découvrir l’évolution de leur relation grâce à une narration sublimée par un doublage parfait et une bande-son minutieusement élaborée. Dommage toutefois que Maquette pâtisse d’une finition aussi désastreuse : les bugs sont nombreux, le clipping est partout des chutes de framerate sont omniprésentes. La VF est également très approximative.

Maquette

Gameplay 6.5/10
Contenu 6.0/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 8.0/10
Finition 5.5/10
6.7

On aime :

Un univers coloré très charmant

Des puzzles plaisants à résoudre

Plutôt joli

Une bande-son très sympa, couplée à un doublage quasi parfait

Une histoire simple mais touchante

On aime moins :

Une traduction française complètement ratée

Les déplacements, un calvaire

Des bugs très nombreux

Un poil cher compte tenu de la durée de vie (15€ pour 4 heures)