Test – Bravely Default II : le tour par tour à ses sommets

La série de Square Enix “Bravely Default” revient pour la première fois depuis 2015 pour un tout nouvel épisode, cette fois indépendant des précédents.

À la base conçu comme étant une suite spirituelle de Final Fantasy: The 4 Heroes of Light, le succès du premier épisode sorti alors sur Nintendo 3DS a transformé Bravely Default en une tout autre franchise qui continue malgré tout de s’inspirer de Final Fantasy sur bien des aspects. Bravely Default II est un tout nouvel épisode n’ayant que peu de liens scénaristiques avec ses prédécesseurs. Le jeu reste cependant un JRPG fortement inspiré par les titres du genre sorti lors de l’époque de la SNES, puisque le projet est toujours chapeauté par la Team Asano, les mêmes derrière Octopath Traveler en 2018.

Bravely Default II conte l’histoire de quatre personnages qui s’allient pour partir à la recherche de cristaux élémentaires censés empêcher une calamité qui porte le nom de “l’Abîme de nuit”. Cette équipe est composée de Seth, un marin; de Gloria, la princesse d’un royaume alors détruit; de Elvis, un mage qui recherche des pierres nommées “astérisque”; ainsi que de Adèle, une mercenaire à la recherche de sa sœur. Ce groupe de personnages va arpenter le monde pour retrouver les cristaux et empêcher cette catastrophe d’arriver. Un scénario qui démarre de manière simple et classique mais qui se complexifie au fil du jeu. De nombreuses quêtes annexes sont également proposées, certaines sont assez intéressantes en développant les personnages principaux.

Le titre est plutôt convaincant visuellement, et ce grâce à sa direction artistique mélangeant 2D et 3D qui fonctionne surprenamment bien. Il n’échappe cependant pas à quelques petits soucis techniques comme de l’aliasing, ce qui se voit particulièrement sur une télévision. La mise en scène est également assez pauvre, les vraies cinématiques sont peu nombreuses et le reste sera raconté avec une présentation très statique. Bravely Default II bénéficie cependant d’une très bonne bande-son composée par Revo, l’artiste japonais qui avait déjà travaillé sur le premier jeu de la licence.

Les villes sont de grandes illustrations en 2D.

La série est particulièrement connue pour son gameplay au tour par tour reprenant le système de “jobs” instauré dans Final Fantasy III et amélioré par Final Fantasy V. Dans l’univers de Bravely Default, les astérisques sont des objets donnant la capacité à son porteur d’utiliser un job particulier. Tout au long de l’aventure, nous affrontons les porteurs des astérisques et, une fois vaincu, obtenons donc la possibilité d’utiliser le job en question. Les jobs peuvent être équipés à n’importe lequel de nos quatre héros et remplissent des rôles différents en combat. Outre les traditionnels mages blancs et mages noirs qui permettent l’utilisation de magies curatives et offensives respectivement, le titre propose toute une panoplie de rôles différents. Le Défenseur est un chevalier qui va attirer l’attention des ennemis, le Moine possède des compétences qui frappent fort, le Barde augmentera les statistiques de l’équipe en chantant…

De très nombreuses possibilités sont alors offertes et débloquées progressivement au cours du jeu puisqu’il faudra non seulement débloquer les astérisques mais en plus, monter le niveau du job pour débloquer les nombreuses compétences qui lui sont propres. Certaines compétences sont utilisables en combat, tandis que d’autres sont passives et peuvent être équipées pour créer d’autres effets. Un système qui se révèle encore plus profond lorsque l’on prend en compte la possibilité d’assigner un job secondaire à nos personnages pour en garder les capacités. Il est alors important d’expérimenter en essayant des combinaisons différentes pour trouver votre style de jeu.

Le système de combat est riche et profond.

Mais le système de combat est également agrémenté d’un système de PB ainsi que le fameux système de Brave et de Default. Default permet au personnage de ne rien faire pendant un tour pour gagner un PB, tandis que Brave permet de consommer un PB pour que le personnage en question puisse faire une action en plus durant son tour (avec une limite de trois PB utilisables, et donc de maximum quatre actions durant le même tour). D’autres paramètres sont à prendre en compte comme les faiblesses des ennemis ou encore le fait qu’ils peuvent, eux aussi, prendre avantage du système de Brave et de Default. Avec tout cela, le système de combat se révèle riche, tactique et addictif.

Si son gameplay est excellent, la difficulté du titre s’avère plutôt élevée, et ce même en difficulté “normal”. Un aspect qui rappelle son inspiration old-school et ce n’est pas la seule puisque de nombreuses mécaniques rappellent fortement les JRPG d’une époque passée. Il sera parfois nécessaire de prendre le temps de gagner de l’expérience pour pouvoir affronter les boss à armes égales.

Plus de combats aléatoires cette fois, les ennemis apparaissent directement dans les environnements.

Pourtant Bravely Default II se situe, comme ses prédécesseurs, dans cette sphère du JRPG old-school mais pour autant assez moderne sur de nombreux aspects. Le titre n’hésite pas à montrer beaucoup de praticité avec, par exemple, de nombreux paramètres disponibles pour augmenter la vitesse des combats ou encore la possibilité de soigner complètement son équipe avec un raccourci, au lieu de naviguer dans plusieurs sous-menus. Ce nouvel épisode abandonne également les combats aléatoires pour un système où nous voyons les ennemis dans la world map et les donjons.

L’entièreté de l’aventure est doublée en japonais et en anglais, des voix qui vous accompagneront durant les nombreuses heures de jeu nécessaires pour terminer l’histoire. Du contenu post-game est également de la partie, de quoi assurer une très belle durée de vie.

Conclusion

Après six années sans nouvelles, Bravely Default est de retour avec un nouvel épisode contant les aventures de quatre nouveaux héros à la recherche des cristaux élémentaires. Bravely Default II est un épisode indépendant des autres jeux de la licence qui en reprend tout de même les bases. On y retrouve son style graphique mélangeant 2D et 3D de manière efficace malgré quelques petits soucis visuels. L’artiste japonais Revo marque son retour à la composition et offre une excellente bande-son pour ce titre. Le gameplay au tour par tour utilisant le système de jobs emprunté à Final Fantasy V reste sensiblement le même que dans les précédents opus, la formule fonctionne encore et toujours. Ajouté aux systèmes de Brave et de Default, le gameplay se révèle très riche, stratégique et prenant. Tout comme les précédents épisodes, Bravely Default II est un JRPG maîtrisé, s’inspirant grandement des titres old-school du genre tout en s’efforçant de moderniser un peu la formule. Le jeu propose un challenge relevé et un contenu généreux. Une formule qui fonctionne à merveille. 

Bravely Default II

Gameplay 9.0/10
Contenu 8.5/10
Graphismes 7.0/10
Bande son 7.5/10
Finition 8.0/10
8.0

On aime :

Le système de combat profond et intelligent

Un scénario et des personnages sympathiques à suivre

Une longue aventure et du contenu post-game

Une très bonne bande-son

Le charme old-school avec des touches de modernité

On aime moins :

Quelques soucis visuels

Le charme old-school qui ne plaira pas à tout le monde

Passer du temps à monter les niveaux de nos personnages est parfois nécessaire