Avec plus 32 saisons à son actif, la série Les Simpson, diffusée depuis près de trente ans, est sans nul doute le dessin animé le plus populaire au monde. Et si son univers et ses personnages à la peau jaune sont connus de tous, certains éléments de son histoire sont encore aujourd’hui méconnus du grand public, mais aussi des fans de la série. 

Des prénoms inspirés de la famille Groening

Le créateur de la série, Matt Groening, s’est inspiré de sa propre famille pour nommer les membres de la famille Simpson. Les personnages d’Homer J. Simpson et de Marge Bouvier Simpson tiennent en effet leur prénom des parents de Matt, Homer Groening et Margaret Wiggum. Pour ce qui est des enfants Simpson, Matt Groening s’est inspiré du prénom de ses soeurs pour Lisa et Maggie, à savoir Lisa et Margeret Groening. Quant à sa dernière soeur, Patty, c’est l’une des soeurs de Marge qui en a hérité. Et pour Bart ? Le créateur de la série s’est là aussi inspiré de sa propre vie et du surnom qu’on lui donnait lorsqu’il était enfant, “Brat” qui signifie “morveux”.

Inspiré de la vie de Matt Groening

L’inspiration de Matt Groening de ce qu’il connaissait ne s’est pas arrêtée là. Sa propre enfance heureuse qu’il a passé dans une banlieue américaine tranquille, aux côtés de ses parents et de ses 3 sœurs lui a en effet servi de cadre pour développer le quotidien de la famille Simpson. Les quelques ennuis qu’il a eu à l’école lui ont également inspiré gags et mésaventures pour Bart, à l’image de cette séquence dans l’introduction du cartoon, où l’on peut voir le personnage écrire au tableau des méfaits qu’il ne reproduira plus. Matt Groening était souvent grondé par ses professeurs et faisait ainsi l’objet de nombreuses punitions.

Un journaliste obsédé par les comics

Avec un père dessinateur et cinéaste, Matt Groening a baigné depuis sa plus tendre enfance dans les cartoons. Il a d’ailleurs commencé très jeune à en dessiner, mais quand il a fallu choisir des études, il s’est dirigé vers des études de journalisme. Une fois diplômé, il a enchaîné les petits boulots de rédaction, avant de rejoindre le Los Angeles Reader en tant que directeur de diffusion. C’est là qu’il fera véritablement ses premiers pas en tant que dessinateur puisqu’il est parvenu à convaincre ses supérieurs de publier son cartoon dans le journal, Life in Hell. Ce premier comic met en scène une famille de lapins anthropomorphiques. Matt Groening y aborde avec humour plusieurs thématiques (sexe, travail, mort, angoisse, etc.). Cette BD a rencontré un joli succès, si bien que son créateur en a imaginé d’autres. Certaines ont d’ailleurs continué d’être publiées en parallèle des Simpson. On retrouve d’ailleurs dans Life in Hell les origines du design des Simpson. Plusieurs références ont été calées dans certaines épisodes de la série, avec notamment un passage ou un scan des cheveux de Marge révèle la présence d’oreilles de lapin dans ses cheveux.

Deux ans avant de se transformer en un véritable show

À l’origine, la série Les Simpson n’avait pas pour objectif d’être un show à part entière. Le producteur James L.Brooks avait en effet demandé en 1987 à Groening d’imaginer un dessin animé pour servir d’interlude entre les sketchs pour l’émission The Tracey Ullman Show. Ne souhaitant pas perdre les droits d’auteurs de Life in Hell, Groening a rapidement griffonné et imaginé les Simpson avant son rendez-vous avec le producteur. Contrairement au Tracey Ullman Show, le dessin animé a rencontré un immense succès auprès du public, si bien que le producteur décida d’exploiter la famille des Simpson et d’en faire une série à part entière. Le projet mettra deux ans à se concrétiser.

Groening a chapeauté le thème de la série

Le créateur de Simpson a participé à la création du thème originale de la série puisqu’il a soumis plusieurs bandes originales de films populaires au compositeur Danny Elfman pour qu’il crée la musique des Simpson. L’homme a dû ainsi jongler entre la partition orchestrale du film Juliet of the Spirits de Frederico Fellini, un morceau tiré de Mad Men de Juan García Esquivel et le thème d’une publicité pour des rasoirs mettant en vedette Frank Zappa et Linda Ronstadt. Seules les oreilles aguerries pourront retrouver des similitudes entre ces œuvres, mais il faudra pour cela écouter le thème des deux premières saisons des Simpson. Le générique de la série a en effet été remixé dès la saison 3.

Une couleur de peau spéciale

Les habitants de Springfield arborent une couleur de peau des plus atypiques, le jaune. Une couleur qui n’a pas été choisie au hasard par les producteurs et le dessinateur du dessin animé Matt Groening. Le jaune est en effet une couleur plutôt criarde qui attire l’œil et c’est d’ailleurs pour cela que les personnages des Simpson ont la peau jaune. En optant pour cette couleur, Matt Groening voulait attirer le regard des spectateurs lorsqu’ils zappaient de chaîne à la télévision.

Bart aurait dû être le héros

Si le dessin animé se concentre sur l’ensemble de la famille Simpson, le personnage du père, Home Simpson, est sans doute le plus important de la série. Au fil des épisodes, il est devenu l’image du dessin animé, mais à l’origine cela ne devait pas être le cas. Au début de la série, c’était plutôt Bart qui était au cœur de l’attention. L’enfant terrible des Simpson était d’ailleurs le plus représenté sur les objets dérivés, mais au fil des saisons, Homer a pris de plus en plus de place. Un tournant attribué au scénariste Conan O’Brien. Matt Groening avait précisé dans une interview que mettre le père idiot au centre de la série leur permettait de créer davantage de situations comiques.

Un épisode demande en moyenne 6 mois pour être produit

Au fil des saisons et des épisodes, l’équipe créative des Simpson s’est enrichie. Aujourd’hui, elle compte une dizaine d’auteurs au stade initial de la production. Au cours du processus de création, les scénarii évoluent au fur et à mesure de l’animation ce qui rallonge évidemment le processus de création. Chaque épisode prend en moyenne 6 mois à être réalisé. C’est d’ailleurs pourquoi la série ne commente jamais l’actualité chaude.

Les gags du canapé ont une longueur variable pour une bonne raison

Les fans de la série auront surement remarqué que la scène du canapé présente au début de chaque épisode est d’une durée variable. La raison à cela est simple, en fonction de la durée des épisodes, les scénaristes adaptent la longueur du gag pour avoir une durée globale plus ou moins équivalente à chaque fois. Ainsi, si un épisode est un peu plus court qu’un autre, les scénaristes ajoutent un gag plus long. Inversément, si l’épisode est sensiblement plus long, la séquence est beaucoup plus rapide. Les variations peuvent de quelques fractions de seconde à plus d’une dizaine de secondes.

La Fox n’a aucun droit de regard sur la série

Au moment de la création du concept de la série, James L.Brooks a réussi à obtenir de la Fox que cette dernière ne puisse avoir aucun droit de regard sur la série. C’est pourquoi Les Simpson se montrent parfois très critiques envers des célébrités, des personnalités politiques ou des faits de société, voire même avec la Fox. Une particularité pratiquement unique dans le monde des médias aux Etats-Unis. De façon générale, les chaines américaines ont en effet tendance à contrôler le contenu des séries qui sont produites pour leurs audiences, avec un alignement tacite sur la ligne éditoriale de la chaine.