Pour palier aux manques de nouvelles exclus sur sa console next-gen, Sony multiplie les remasters. L’énorme succès de Demon’s Souls a certainement joué dans le choix de la NiOh Collection, une exclu PlayStation qui s’offre, une fois n’est pas coutume, une sortie en simultané sur PC. 

S’ils n’ont jamais atteint le niveau d’excellence des Dark Souls, les deux NiOh n’en restent pas moins deux excellents Souls-like. Plus accessibles que leur modèle, les jeux de la Team Ninja n’en restent pas moins exigeants au niveau de leur prise en main. On retrouve tout ce qui a fait le succès de la formule avec des morts punitives, des combats contre des boss titanesques, un gameplay basé sur le contre et un univers médiéval-fantastique qui présente ici la caractéristique de nous emmener àa la découverte du Japon féodal. Les débutants auront comme toujours avec le genre beaucoup de mal au début, mais le titre se montre toutefois beaucoup plus accessible qu’un Sekiro par exemple.

Le gameplay de Nioh est très complet tant il y a de choses à prendre en compte. Au-delà de sa barre de vie, le joueur devra également gérer son niveau Ki, une sorte d’énergie ou d’endurance qui lui permet de frapper plus fort. Il faudra également gérer rapidement les différentes combinaisons de touches et les différentes postures.

La direction artistique du jeu est superbe.

Heureusement, les mécaniques de base sont faciles à prendre en main – coup léger et rapide, frappe lourde qui consomme beaucoup de Ki, esquive et garde – , les combos se révèlent plus complexes à intégrer. En effet, en fonction du type d’armes sélectionnées, les combinaisons de touches ne seront pas les mêmes et leur exécution change en fonction de la posture du personnage (basse, moyenne, haute). D’ailleurs, la puissance et la vitesse des coups varient en fonction de la posture adoptée. Nioh 2 demande un certain engagement de la part du joueur pour intégrer toutes ses subtilités.

Forcément, Nioh a pris quelques rides, tant esthétiquement qu’au niveau de sa prise en main, beaucoup plus rigide et moins complète que dans sa suite. On pourra d’ailleurs à ce titre reprocher un travail globalement très léger sur la remasterisation de ces deux volets. Esthétiquement, on ne voit presque pas la différence avec les épisodes originaux sur PS4. Le jeu gagne un mode 4K en 60 FPS et un mode 120 FPS en 1080p. Etonnamment, le jeu ne paraît pas si fluide que ça. Dans le cas de NiOh 2 par exemple, les décors ont la fâcheuse tendance à s’afficher avec un petit temps de latence. Les gains en fluidité sont également mineurs.

Niveau gameplay, les jeux sont exigeants, mais pas autant qu’un Sekiro.

On ne va pas vous le cacher, cette compilation remasterisée est beaucoup plus proche d’un simple portage sur next-gen que d’une refonte des deux épisodes originaux. Heureux sera d’ailleurs celui qui sera capable de voir les différences à l’oeil nu. Le principal atout de la compilation, c’est de réunir sur un même disque les deux jeux originaux et toutes leurs extensions (payantes). Le contenu est tout simplement gigantesque. Il faudra plusieurs dizaines d’heures pour voir le bout de cette aventure. Reste qu’au niveau du prix, la pilule a un peu de mal à passer à 79,99€.

La bonne nouvelle, c’est que les propriétaires de Nioh 2 ne devront pas repasser à la caisse. Un upgrade gratuit du jeu est disponible pour eux, avec un transfert des sauvegardes et le cross-play garanti. C’est suffisamment rare chez Sony pour être signalé. Pour le premier volet en revanche, il faudra obligatoirement repasser à la caisse.

NiOh 2 n’a pas trop mal vieilli techniquement.

Très clairement, cette compilation intéressera prioritairement les joueurs PC qui n’ont pas de PlayStation et pourront découvrir une saga emblématique, jusqu’alors restée exclusive à la console de Sony. Ce n’est pas une première, plusieurs autres exclus Playstation y ont eu droit, dont l’excellent Horizon Zero Dawn. Mais la nouvelle n’en reste pas moins réjouissante pour eux. Même au prix plein, le voyage mérite le détour. Sur PlayStation en revanche, il est beaucoup plus difficile de trancher. Pour les fans qui disposent déjà du second volet, l’upgrade gratuit permettra de bénéficier des améliorations sur PS5 sans débourser un seul euro. Pour les nouveaux venus, l’addition sera en revanche très salée. Au vu des nouveautés (assez pauvres), autant attendre calmement une baisse de prix ou se précipiter sur les versions originales et bénéficier de l’upgrade gratuit. Une chose est sûre : le potentiel de la PlayStation 5 n’est ici pas du tout exploité et c’est bien dommage au vu du prix de cette compilation.

Conclusion

Avare en nouveautés et en améliorations, cette intégrale remasterisée de la saga NiOh a toutefois le mérite d’ouvrir la série à de nouveaux horizons. Pour la première fois, les deux jeux de la Team Ninja sont portés sur PC. Sur PS5, les joueurs qui possèdent déjà NiOh 2 auront droit à un upgrade gratuit. Les raisons de craquer sont donc plutôt maigres pour eux. Le prix de vente de la compilation a de quoi refroidir. NiOh Collection est en effet vendu plein pot 79,99€. On a certes droit à l’intégrale : les deux excellents Souls-like et toutes leurs extensions, mais les améliorations sont si minimalistes qu’il est très difficile de voir une évolution à l’œil nu. Il faut bien l’avouer aussi, le premier NiOh n’a pas forcément bien vieilli. Tant qu’à faire, on aurait donc tendance à vous conseiller plutôt de récupérer les deux volets originaux et à y jouer sur votre nouvelle console. Vous ne verrez pas de grosse différence. 

NiOh Collection

7.2

Gameplay

8.0/10

Contenu

8.5/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

7.5/10

Finition

5.5/10

Les + :

  • Un contenu généreux (les 2 jeux + toutes leurs extensions)
  • Un gameplay solide, pour un excellent Souls-like
  • Le transfert de sauvegardes
  • L'upgrade gratuit pour les propriétaires de NiOh 2

Les - :

  • Le premier NiOh a très mal vieilli
  • Un lifting ultra-léger pour la PS5 et le PC
  • Un remaster globalement pauvre en nouveautés
  • NiOh 2 très mal optimisé
  • Un tarif très élevé (79,99€)