Le Black Friday aura lieu le vendredi 27 novembre, mais les promotions, elles, ont déjà démarré.

Aujourd’hui, le Black Friday est devenu un rendez-vous shopping incontournable. Chaque année, la fièvre acheteuse touche de plus en plus de personnes durant le « vendredi noir » et cette année, elle devrait être particulièrement importante en ligne, en raison du confinement. Si les commerçants affichent des promotions folles, ce n’est pas pour autant qu’il faut perdre la tête. Les consommateurs conservent leurs droits lorsqu’ils achètent en ligne, et ce, même durant le Black Friday.

Droit de rétractation

Vous avez cédé à la fièvre acheteuse et avez acheté des articles dont vous n’avez aucune utilité ? Rassurez-vous, le droit de rétractation s’applique également en ligne du moment où vous avez effectué votre achat auprès d’un vendeur situé dans l’Union européenne. Vous pouvez également vous rétracter si le produit ne correspond pas à vos attentes ou que celui-ci est défectueux.

À partir du moment où vous avez pris possession du bien, vous disposez d’un droit de rétractation de 14 jours pour annuler votre achat.

Attention tout de même, les frais de renvoi ne sont pas toujours offerts. Vous pourriez donc vous retrouver à payer pour renvoyer votre commande et être remboursé. C’est pourquoi il faut garder la tête froide lorsque vous achetez en ligne et ne pas vous laisser avoir par les offres du moment.

Une garantie de 2 ans

Que ça soit pour un produit acheté dans une boutique physique ou sur la toile, la garantie légale de 2 ans s’applique du moment que l’achat a été fait auprès d’un vendeur de l’Union européenne. Ce dernier est tenu de prendre en charge les réparations, remplacement ou remboursement de votre achat dans le cas où celui-ci n’est pas conforme à sa description, présente un défaut ou ne fonctionne pas.

De plus, cette garantie légale s’applique même lorsque le vendeur n’en fait pas mention. À noter qu’en cas de souci, vous devrez vous tourner vers le vendeur final et non vers le fabricant du produit.

Si le vendeur ne fait par partie de l’Union européenne, vous pourrez toujours tenter de vous arranger avec lui pour trouver une solution à votre problème. S’il est bon commerçant, il pourrait faire un geste et/ou remplacer votre achat.

Litige avec le vendeur

Les arnaques en ligne sont nombreuses et certains commerçants n’hésitent pas à surfer sur la fièvre acheteuse des consommateurs pour leur refourguer des produits non conformes à leur description ou ne fonctionnant tout simplement pas. Pire encore, la commande peut ne jamais arriver ou des frais non indiqués peuvent être facturés au client. Les mauvaises surprises peuvent en effet être nombreuses, mais rassurez-vous, il existe des solutions de recours.

Si vous avez fait un achat auprès d’un vendeur situé en Belgique, vous pouvez prendre contact avec lui pour trouver une solution à l’amiable. Si ce n’est pas possible, vous pourrez alors vous tourner vers le Service de médiation pour le consommateur. Il fera office d’intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur et essayera de trouver une solution avec ce dernier.

À noter qu’une URL terminant par « .be » ne signifie pas que le vendeur est situé en Belgique. Un point à prendre en compte durant vos achats et surtout, en cas de litige.

Si le vendeur n’est pas situé en Belgique, mais bien dans l’Union européenne, vous pourrez vous tourner vers le Centre européen des Consommateurs pour trouver une solution à votre problème.

Enfin, s’il est établi en dehors de l’UE, vous ne disposerez malheureusement d’aucune des protections offertes au consommateur par la règlementation européenne, comme le souligne le SPF Économie. Vous devrez donc compter uniquement sur la bonne volonté du vendeur.