Certains smartphones Huawei ne recevront plus de mises à jour Android

Les licences temporaires de Huawei lui permettant d’assurer le suivi logiciel de ses smartphones sous Android ont pris fin.

En mai 2019, la méfiance des États-Unis à l’encontre de Huawei montait en grade avec la signature d’un décret interdisant aux entreprises américaines de collaborer avec la firme chinoise. Un décret qui a poussé Google à suspendre sa licence Android pour les appareils Huawei. Fort heureusement pour le constructeur chinois, la firme de Mountain View avait obtenu l’autorisation de proposer une licence temporaire à Huawei. Les smartphones Huawei pouvaient ainsi bénéficier des mises à jour Android. Malheureusement, aujourd’hui, cette licence temporaire a pris fin, le 13 août dernier pour être exact.

L’expiration de cette licence temporaire signifie que les appareils Huawei ne bénéficieront plus de l’ensemble des mises à jour d’Android. Une situation qui concerne autant les modèles de Huawei et que de Honor, filiale du constructeur chinois, sortis avant mai 2019, soit les Huawei P30, P20, Mate 20 que le Honor 10.

L’arrêt des mises à jour pur et simple ?

Que les propriétaires de smartphones Huawei se rassurent, leur appareil continuera de recevoir les mises à jour logicielles d’Android, mais uniquement pour la partie open source. Le système d’exploitation de Google est en effet disponible dans une version “ouverte”, mais “incomplète” d’Android. Huawei peut profiter de cette version sans être impacté par la restriction des États-Unis, mais cette version d’Android ne dispose pas des fameux Google Mobile Services.

Les smartphones les plus récents de Huawei tournent d’ailleurs uniquement sur la version open source de Google et ne bénéficient donc pas des services et apps Google, mais bien des mises à jour Android développées par Huawei.

À noter que la fin de la licence de Huawei ne signifie pas que les Google Mobile Services disparaîtront des smartphones, de même que pour le Play Store.

Des mises à jour plus tardives

Le porte-parole de Huawei Belgique, Jurgen Thysmans, nous a en effet précisé que les propriétaires de smartphones Huawei continueront de recevoir des mises à jour et des correctifs de sécurité, mais ces dernières seront proposées par l’entreprise chinoise et non directement par Google. Huawei se basera sur la force de la communauté open source et sur ses équipes internes pour proposer des correctifs à ces clients.

« Pour les téléphones avec Google Play installé prêt à l’emploi, toutes les applications téléchargées à partir de Google Play et d’autres applications Google continueront de recevoir des mises à jour », poursuit Jurgen Thysmans. Ces derniers « peuvent continuer à utiliser Google Play pour télécharger et mettre à jour des applications ». Il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter.

Le principal changement se situe en réalité au niveau de la distribution des mises à jour d’Android. Sous licence, elles étaient proposées 3 semaines à l’avance. Dorénavant, elles seront disponibles plus tard et via le système de mises à jour EMUI, la surcouche Android de Huawei, ce qui peut augmenter le risque d’exploitation des failles de sécurité entre le moment où Google propose le correctif et où celui-ci est disponible sur les smartphones Android.

Interrogé par le Washington Post, Huawei a indiqué qu’il étudiait de près la situation et son évolution. Quant à Google, la firme américaine a simplement confirmé que sa licence temporaire pour les appareils Huawei avait pris fin, sous-entendant que ses mises à jour ne seront plus proposées sur ces appareils. La situation ne semble pas encore tout à fait claire, ni pour Google ni pour Huawei. Ce dernier pourrait bénéficier d’une nouvelle licence temporaire si Washington autorisait Google à le faire, mais pour l’instant, rien n’est sûr.