Si Avengers Endgame a fait exploser le box-office, tous les films de superhéros ne remportent pas un succès monstrueux. Certains ont même fait perdre beaucoup d’argents à plusieurs studios de production. Retour sur les plus gros fiascos de la dernière décennie. 

Hellboy (2019)

Résultats au box-office : 44 millions de dollars
Budget de production : 50 millions de dollars

Pourtant pas fondamentalement mauvais – les fans du comics y verraient même une adaptation fidèle à l’oeuvre d’origine, par rapport aux deux adaptations de Del Torro -, Hellboy a été un énorme échec au box-office, avec moins de 44 millions de dollars de recettes au box-office international. Malgré le budget serré du film (à peine 50 millions de dollars), Lionsgate aura perdu beaucoup d’argent avec ce projet.

Les raisons de l’échec sont multiples. Tout d’abord, il y a le fait qu’il est complètement déconnecté des deux précédents films de Del Torro. Lionsgate a choisi de repartir de zéro et perdu tous les fans des deux premiers films. Ensuite, il y a les critiques de la presse très négatives. Et puis, surtout, le timing est très mauvais. Hellboy affronte sur le ring deux autres films de superhéros : Captain Marvel, qui remporte à ce moment un énorme succès, et Shazam, qui vient tout juste de sortir dans les salles. Conséquence directe de ces mauvaises performances : la trilogie annoncée par le réalisateur Mike Mignola est annulée. Le film n’aura jamais de suite.

Jonah Hex (2010)

Résultats au box-office : 10 millions de dollars
Budget de production : 47 millions de dollars

Avec son tout petit budget, son joli casting (Josh Brolin, John Malkovich et Megan Fox), son scénario très sombre et son cadra radicalement différent des autres films de superhéros, Jonax Hex avait tout pour cartonner au box-office. Atrocement mauvais, le film sera descendu par la critique à sa sortie, à un tel point que la plupart des salles de cinéma choisiront de zapper sa sortie. Le résultat est sans appel : le film ne rapporte que 10 malheureux millions de dollars au box office américain, à peine quelques dizaines de milliers de dollars à l’international. La plupart des cinémas choisissent de le retirer de leur programmation dès sa première semaine d’exploitation.

Green Lantern (2011)

Résultats au box-office : 219 millions de dollars
Budget de production : 200 millions de dollars

Parmi les projets réputés inadaptables à Hollywood, Green Lantern figurait tout en haut de la liste des projets d’adaptation les plus improbables. Le personnage du DCU aura pourtant droit à son propre film en 2011. Avec un budget de 200 millions de dollars – comparable à celui d’un Aquaman ou d’une grosse production de Marvel, Green Lantern avait tout pour réussir : un réalisateur talentueux (Martin Cambell, alias Monsieur Casino Royale), un premier rôle séduisant (Ryan Reynolds), et un scénario signé par l’un des meilleurs scénaristes hollywoodiens, ayant notamment travaillé sur le reboot de Blade Runner. Le film recevra toutefois des critiques très négatives à sa sortie pour ses images de synthèse médiocres, ses coloris flashy et son ton beaucoup trop sérieux. Green Lantern aurait très clairement dû être un beaucoup plus petit projet, avec un ton plus délirant, un peu à la façon d’un Gardiens de la Galaxie. Car c’est un fait, le personnage fait partie des préférés des amoureux des comics.

A sa sortie, le film enregistre de très mauvaises performances. Le personnage, qui était censé apparaître dans d’autres productions DC, tire immédiatement sa révérence. Quelques années plus tard, Ryan Reynolds ne s’en est toujours pas remis. Il déconseille d’ailleurs ouvertement à ses fans de regarder le film.

Les Quatre Fantastiques (2015)

Résultats au box-office : 167 millions de dollars
Budget de production : 120 millions de dollars

Difficile de parler de flop au box-office sans évoquer Les Quatre Fantastiques, cuvée 2015, qui ferait presque passer le film de 2005 pour un chef d’oeuvre. Atrocement mauvais, le film est aujourd’hui considéré comme un cas d’étude unique. Son réalisateur, Josh Trank, était sorti de nulle part. Le succès inattendu de Chronicle au box-office l’avait catapulté parmi le gratin d’Hollywood. Fox l’a recruté pour un projet de reboot des Quatre Fantastiques. Le jeune homme de 26 ans se voit alors attribuer un budget de 120 millions de dollars pour un blockbuster. Le réalisateur est une bombe à retardement. Il est persuadé que les fans du comics veulent sa peau. Il dort blotti contre une arme pendant tout le tournage. Ses chiens détruisent complètement l’habitation louée pendant le tournage. Les coups de gueule se multiplient avec le casting et la production. Le résultat est très en deçà de l’attente du studio, qui tente de récupérer les morceaux en rafistolant le montage, mais le mal est fait. Les Quatre Fantastiques est sombre, la direction artistique fait éclater de rire les téléspectateurs. Le film récolte des notes catastrophiques. S’il parvient à décrocher 167 millions de recettes, il fait trois fois moins bien que son ancêtre. En comptant toutes les dépenses du studio, la Fox aurait perdu près de 100 millions de dollars dans ce projet.

X-Men : Dark Phoenix (2019)

Résultats au box-office : 252 millions de dollars
Budget de production : 200 millions de dollars

Le dernier volet de la franchise X-Men débarque dans un contexte assez particulier : Disney vient d’annoncer le rachat de la Fox, qui avait mis en chantier le projet, et n’a aucune intention de poursuivre la saga. Très tôt, la production évoque des tensions avec Marvel. La maison mère force la Fox à revoir ses plans en ce qui concerne le script du film. La franchise est en perte de vitesse également. Hugh Jackman, alias Wolverine, ne fait plus partie de l’équation. Quoi qu’il arrive, la Fox sait que son film ne rencontrera pas le même succès que ses ancêtres. Beaucoup de fans ont également quitté le navire car l’intrigue devenait trop complexe avec les multiples voyages dans le temps. Et puis à quoi bon aller voir un film dont l’histoire ne se poursuivra pas? L’audience sait qu’X-Men s’arrêtera inachevé.

S’il parvient à rapporter 252 millions de dollars, Dark Phoenix fait perdre de l’argent à la Fox lorsque l’on prend en compte le marketing. Les critiques ne sont pas très tendres avec le film non plus, même si l’avis est plutôt partagé entre les fans et le grand public.

Une chose est sûre : le résultat aurait pu être très différent si Disney avait soutenu le projet.

Justice League (2017)

Résultats au box-office : 657 millions de dollars
Budget de production : 300 millions de dollars

Avec un budget de 300 millions de dollars, un casting de folie, Justice League était censé être l’aboutissement du DCU, l’univers cinématographique de Warner Bros, en 2017. Le studio investit sans compter dans le marketing du film, car il y voit son “Avengers”, le film qui fera finalement décoller son univers cinématographique face à Marvel. Les précédentes productions DC ont correctement fonctionné, mais n’ont jamais dépassé le milliard de recettes. DC est loin derrière Marvel. Zack Snyder, l’architecte du DCU, veut aller trop vite. Il organise un team-up, une réunion de superhéros, sans les avoir proprement introduits auparavant. Le DCU n’a à l’époque pas encore beaucoup de fans. Et peu de gens connaissent la Justice League.

Le film parvient à récolter 657 millions de dollars au box-office, un résultat “honorable” diront certains. Sauf que le budget du film dépassait déjà les 300 millions et Warner a apparemment dépensé plus de 300 millions dans son marketing… La Justice League aurait ainsi fait perdre entre 50 et 100 millions de dollars à Warner Bros, qui espérait faire un carton au box-office, visant très clairement les 1,5 milliard de dollars.

Si l’échec de la Justice League est en partie attribué au départ de Snyder, dont la fille est décédée durant le tournage, et au montage chaotique de son remplaçant, Warner Bros comprend qu’il ne pourra jamais rattraper son rival. Il décide alors d’abandonner ses plans pour la suite… La suite? On la connait, Henry Cavill et Ben Affleck rangent leurs costumes au placard. Etonnamment, Wonder Woman et Aquaman remportent un plus gros succès au box-office après l’échec de la Justice League.

Birds of Prey (2020)

Résultats au box-office : 201 millions de dollars
Budget de production : 84 millions de dollars

Si Suicide Squad est un succès commercial avec ses 746 millions de recettes pour son petit budget de 175 millions de dollars, c’est surtout grâce au personnage d’Harley Quinn, incarné à l’écran par Margot Robbie, que le film cartonne, car le long-métrage reçoit des critiques très négatives de la presse comme du public.

L’effondrement du DCU conduit Warner Bros à se lancer dans de nouveaux projets plus originaux. C’est ainsi que naît Le Joker, qui remporte un succès inattendu au cinéma, avec plus d’un milliard de dollars de recettes. Un succès qui encourage Warner Bros à investir dans les plus petites productions. Birds of Prey reçoit son feu vert. Le film se concentre sur le personnage d’Harley Quinn, malgré son titre. Margot Robbie est au casting. Tout semble promettre Birds of Prey à un énorme succès. A sa sortie, c’est toutefois une cruelle désillusion pour Warner Bros, qui a confié le film à une jeune réalisatrice inconnue au bataillon. L’humour ne fonctionne pas. Le personnage est antipathique et surtout la promesse de team-up n’est pas du tout tenue. A un tel point que Warner Bros décide pour la première fois de son histoire de renommer le film alors qu’il est déjà sorti dans les salles. Exit “Birds of Prey” et place à “La formidable émancipation d’Harley Quinn”. Avec 200 petits millions de dollars, le film rentre tout juste dans ses frais.

Dredd (2012)

Résultats au box-office : 41 millions de dollars
Budget de production : 50 millions de dollars

Plutôt réussi, le reboot du Jude Dredd n’a malheureusement pas du tout rencontré le succès escompté au box-office. Selon les spécialistes du box-office, le film était en avance sur son temps. Tout d’abord, parce qu’il était l’une des premières adaptations de comics s’adressant exclusivement à un public adulte. Ensuite, parce qu’il n’avait aucun acteur de renommée à son casting. S’il était sorti après un Deadpool, Dredd aurait peut-être rencontré un joli succès… En 2012 toutefois, il s’est heurté à un mur. En particulier aux Etats-Unis, où il a été boudé par sa violence (seulement 12 millions de recettes!). Inutile de le préciser : les chances de voir un jour une suite se sont évaporées très rapidement. La franchise est désormais soigneusement rangée au placard.