Après un Zombie Army Trilogy très séduisant, mais au concept limité, Rebellion offre une suite improbable à son jeu de tir coopératif. L’occasion de se replonger dans l’univers de série B de la franchise… 

A la base pensé comme un “produit dérivé” de la série des Sniper Elite, Zombie Army est parvenu à se forger sa propre identité. Le précédent volet de la franchise avait même remporté un joli succès sur consoles et PC… Suffisant pour que le studio de développement Rebellion lance le développement d’une suite avec un budget plus confortable…

Et, bonne surprise, on reprend le scénario exactement là où on l’avait lâché dans Zombie Army Trilogy. Les Nazis ont perdu la guerre et Adolph Hitler, conscient de l’effondrement de son empire, choisit de déchainer les forces du mal sur les Alliés. Ses hommes tombés sur le champ de bataille se relèvent et repartent au combat sous la forme de zombies.

Le cadre post-apocalyptique est bien représenté.

Le cadre post-apocalyptique est posé. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le studio Rebellion a laissé libre cours à son imagination, livrant une vision totalement décomplexée de l’un des plus grands conflits du 20e siècle. Piochant allègrement dans les clichés et archétypes de la série B, la campagne flirte avec l’horreur tout en apportant une certaine dose d’absurde. Un mélange qui donne naissance à des situations plus rocambolesques les unes plus que les autres. Délirant dans son scénario, le jeu manque toutefois le coche narratif, avec un scénario qui reste malheureusement très simple et qui n’est qu’un prétexte à nous faire affronter des ennemis toujours plus titanesques. Très clairement, plus d’effort aurait pu être mis à ce niveau, quitte à sombrer dans la série B totalement décalée.

La campagne est jouable en solo ou en coop’ jusqu’à 4 joueurs ce qui permet d’apporter un peu plus de fun. Fort heureusement, on trouve assez facilement des camarades de jeu. Massacrer des hordes de zombies est quand même plus amusant à plusieurs, même si cela enlève aussi un peu de l’excitation. À quatre, on arrive assez facilement à bout des morts-vivants. Beaucoup plus facilement en tout cas que seul.

Un TPS plus fun que précis

Le bestiaire et les différentes armes sont nombreux et diversifiés.

Spin-off de Sniper Elite, les jeux Zombie Army sont donc des shooters dans lesquels le sniper occupe une jolie place, même si l’attirail de fusils, pistolets, mitraillettes et autres grenades est bien fourni. Linéaire, le jeu propose de vider une succession de zones de zombies et autres monstruosités. Face aux ennemis, il faudra faire preuve de patience et de persévérance. Une seule balle bien logée n’est généralement pas suffisante pour le mettre au sol. Un bout coup de shotgun dans la figure ou une grenade bien placée fera souvent beaucoup plus d’effet…

Le joueur sera tantôt confronté à des vagues d’assaut, tantôt à des défenses de zones ou encore à la résolution de divers objectifs. Que ça soit dans l’un ou l’autre contexte, on ne peut s’empêcher d’éprouver un certain sentiment de redondance.  Zombie Army 4 souffre à ce niveau du même défaut que son ainé. Fort heureusement, Zombie Army 4 nous surprend avec son bestiaire de morts-vivants ; du simple revenant au zombie-suicidaire – un concept étonnant -, en passant par les géants en armure et les zombies vomissant de l’acide. Il y a ici beaucoup plus de diversité que dans le précédent volet.

En plus des vagues impressionnantes de morts-vivants, notre résistant – on a le choix parmi plusieurs personnages – devra également faire attention à ses munitions qui fondent comme neige au soleil face aux nombreux ennemis. Il lui faudra donc explorer les alentours pour recharger ses armes et se soigner, ainsi que collecter des pièces à collectionner.

Le jeu propose aux joueurs de personnaliser et d’améliorer ses armes et son personnage, à la manière d’un RPG. Un aspect qui apporte un peu plus de substance au jeu, notamment pour ce qui est des attaques spéciales des armes.

Le joueur doit massacrer les hordes de morts-vivants afin d’attendre des objectifs clés.

Par rapport au précédent volet, Dead Army gagne quelques passages plus drôles, à l’image de la fête foraine, où l’objectif est évidemment d’éliminer les zombies attachés sur des cibles en prenant soin d’éviter les mannequins-civils, mais aussi des combats de boss plus nerveux.

Le jeu conserve l’un des plus gros atouts de son prédécesseur :une Kill Cam qui permet de visualiser certains tirs au ralenti avec une magnifique illustration des balles qui éclatent cervelle, tibia et autres parties du corps des zombies. C’est plutôt amusant, même si on finit par vite s’en lasser. Car étrangement, les exécutions au sniper exigent peu de précision, ce qui est bien dommage pour un jeu de ce genre. En tirant quelques centimètres à côté de la tête d’un zombie, celle-ci explose souvent dans une gerbe de sang.

Enfin, on notera également la présence d’attaques spéciales. Il est ainsi possible de tuer plusieurs morts-vivants avec une seule balle tirée au sniper, de tirer des balles électriques une fois qu’on a récupéré assez de “morceaux de zombies” ou de massacrer plusieurs zombies au couteau tout en récupérant des points de vie.

Un univers post-apocalyptique qui manque de substance

Le cadre est bien représenté, mais cela manque tout de même un peu de cachet et de détails.

Le jeu prend vie dans un cadre post-apocalyptique et nous plonge dans diverses situations (marécages, usines désaffectées, villes en ruines) qui permettent de développer une ambiance très particulière. Pourtant Zombie Army 4 ne joue pas véritablement la carte de l’horreur ou du sordide, à partir du moment où on a l’habitude de voir des centaines de cadavres sur son passage. Si artistiquement, le jeu se défend bien, les graphismes du jeu manquent un peu de détails et surtout, Rebellio n’a clairement pas pris le temps d’insuffler de la vie dans son univers. Car c’est bien là le plus gros défaut du jeu : il manque cruellement de substance. Trop souvent, on a l’impression d’avancer en ligne droite en nettoyant les environnements des forces du mal. Les cinématiques sont peu nombreuses, les personnages secondaires aussi, et la progression du jeu fait que la redondance s’installe très vite. Il manque à Dead Army ce petit quelque chose qui distingue les jeux “sympas” des grands jeux, ce souffle de vie qui lui aurait donné une toute autre dimension. Car en l’état, difficile de faire l’impasse sur les défauts d’un jeu qui manque encore trop d’ambition.

Regrettable, d’autant plus que visuellement, le jeu est plutôt réussi et que l’ambiance sonore est également bien là. Le sound design est excellent et les bruitages glaçants de réalisme. Les doublages en anglais sont plutôt bons également mais on regrette clairement l’absence de doublages français – pas toujours évident en effet de suivre les sous-titres en pleine action.

Côté contenu, cela reste assez léger. La campagne n’est pas bien longue et il est peu probable que vous la refaisiez plusieurs fois. Il y a un mode Horde, très classique, qui propose de survivre le plus longtemps possible en affrontant des vagues d’ennemis de plus en plus costauds. En revanche, pas de PvP ni de mode de jeu alternatif. Et c’est finalement là que le bas blesse car ce Zombie Army 4 : Dead War aurait très clairement dû offrir bien davantage de contenu au prix auquel il est proposé (49,99€).

Conclusion

Après Zombie Army Trilogy, le studio de développement Rebellion nous livre une suite décomplexée, qui manque toutefois toujours de profondeur, tant dans son scénario, que dans sa mise en scène ou son level-design. Héritant des mêmes qualités et défauts que son ainé, Dead War n’en reste pas moins un TPS coopératif très efficace, avec son bestiaire varié, ses jolis décors et ses boss titanesques. Il n’en reste pas moins regrettable que les développeurs n’aient pas été plus ambitieux au niveau du level-design, souvent très fainéant – qui se résume la plupart du temps à une course aux checkpoints parsemée de zones à nettoyer. C’est d’autant plus dommage que graphiquement, Dead War se défend plutôt bien. Les idées qui faisaient mouches avec le premier volet sont également toujours là : de la kill cam aux compétences à améliorer et les habitués de la franchise ne devraient à ce titre pas être trop bousculés… La chasse aux zombies devrait – encore cette année – faire son petit effet, à condition de ne pas s’attendre au jeu de l’année… 

Zombie Army 4 : Dead War

6.6

Gameplay

6.5/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

6.5/10

Finition

6.5/10

Les + :

  • Un jeu entièrement pensé pour la coop'
  • Une jolie direction artistique
  • Une grosse série B, fun et décomplexée
  • Le mode horde, efficace

Les - :

  • Rapidement redondant
  • La précision des tirs
  • Trop cher (49,99€), au vu du contenu un peu léger
  • Pas de PvP