Sorti sur WiiU en 2016, Tokyo Mirage Sessions était parvenu à séduire les amateurs de JRPG avec quelques très bonnes idées. Le titre d’Atlus n’avait toutefois jamais eu droit aux honneurs d’une traduction en français. Nintendo revient à la charge sur Switch avec un portage qui permettra aux joueurs allergiques à la langue de Shakespeare de découvrir ce titre totalement atypique…

Rendons à César ce qui lui revient : la Switch aura eu le mérite de faire renaître de leurs cendres plusieurs franchises qui seraient sans doute restées six pieds sous terre si la petite dernière de Nintendo n’avait pas connu un aussi gros succès. Tokyo Mirage Sessions fait très certainement partie de ces jeux. Sorti en 2016 sur WiiU, le titre n’avait connu qu’un très petit succès sur l’archipel nippon…

Tokyo Mirage Sessions #FE Encore lorgne très souvent du côté de Persona…

Développé par Atlus, Tokyo Mirage Sessions est un JRPG qui marche sur les traces de Persona, Fire Emblem et surtout la série des Shin Megami Tensei. Il ne faudra toutefois pas s’attendre à un tactical-RPG pur et dur puisqu’Atlus a donné une direction très particulière à ce crossover improbable entre les franchises Persona et Fire Emblem. Inspiré du monde la JPOP, le jeu propose un univers totalement atypique, dans lequel une société de production d’idols – ces stars nipponnes de la chanson pop – lutte pour la survie de l’humanité en confrontant ses stars du disco à des armées maléfiques qui aspirent l’essence des habitants de Tokyo.

Inutile de le préciser : le jeu ne se prend pas du tout au sérieux et vise très clairement un marché de niche. Il faudra en effet nourrir un amour immodéré pour la JPOP pour accrocher au concept barré de Tokyo Mirage, d’autant plus que la bande son du jeu met bien sûr en avant un nombre impressionnant de morceaux qui ne plairont très certainement pas à tous les publics…

Visuellement, le jeu est assez pauvre.

A condition d’accrocher à l’univers et à la playlist JPOP, Tokyo Mirage Sessions est toutefois un jeu très agréable à parcourir. Côté gameplay, le jeu d’Atlus repose sur de solides bases puisqu’il s’inspire ni plus ni moins que des Shin Megami Tensei avec un système de combat au tour par tour. On retrouve ainsi un système d’affinités élémentaires, des combos automatisés et des combinaisons complexes qui encouragent à bien comprendre les mécanismes du jeu. Le système de jeu est loin d’être accessible et pour peu que vous ayez déjà approché un Shin Megami Tensei, vous prendrez un pied formidable à apprendre à le maîtriser. Le premier contact pour les débutants sera un peu plus brut, le jeu n’étant pas forcément des plus accessibles.

Coté progression, le jeu parvient à surprendre en s’inspirant notamment des Persona, avec des donjons qui forceront le joueur à bien intégrer les règles de jeu en vigueur dans le niveau pour progresser.

L’univers du jeu est travaillé.

Intelligent dans sa conception, Tokyo Mirage Sessions parvient à montrer une réelle profondeur de jeu et devrait à ce titre se présenter comme une véritable bouffée d’air frais pour les amateurs de JRPG. On regrettera toutefois que si la formule fonctionne plutôt bien, le projet manque clairement d’ambition au niveau de sa réalisation, avec des décors souvent très vides, des modélisations sommaires et aucune amélioration graphique dans ce portage un poil paresseux. On est très clairement resté au niveau de 2016 ici.

La bonne nouvelle, c’est que si les graphismes n’ont pas subi de lifting, les développeurs ont toutefois pris la peine d’apporter quelques retouches au jeu, ajoutant notamment une traduction française et réduisant les temps de chargement. L’expérience de jeu n’en est que meilleure.

On notera également que tout le contenu des DLC qui étaient sortis séparément sur WiiU est livré avec le jeu de base ici. Le jeu se voit également offrir un donjon inédit et plusieurs éléments cosmétiques de la série des Fire Emblem. De petits ajouts sympathiques qui feront peut-être craquer les fans. Reste qu’au vu du prix de cette réédition, on était clairement en droit d’en attendre plus sur Switch.

Conclusion

Sorti sur WiiU en 2016, Tokyo Mirage Sessions n’avait jamais eu droit aux honneurs d’une traduction en français. Le JRPG d’Atlus débarque aujourd’hui sur Switch dans une édition remasterisée qui intègre plusieurs contenus inédits et retouches mineures, notamment au niveau des temps de chargement raccourcis. Le jeu, qui s’inspire de la série des Shin Megami Tensei, propose une expérience de jeu totalement atypique avec son univers JPOP, ses compositions musicales colorées et ses graphismes kawaii. Très clairement, Tokyo Mirage Sessions s’adresse à un public de passionnés. A condition d’accrocher au concept, la recette fonctionne plutôt bien. On regrettera toutefois qu’Atlus n’ait pas remis au gout du jour les graphismes du jeu pour cette réédition qui est pourtant facturée au prix plein sur Switch… 

Tokyo Mirage Sessions #FE Encore

7.1

Gameplay

7.5/10

Contenu

7.5/10

Graphismes

6.0/10

Bande son

7.0/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Une jolie direction artistique
  • L'univers, très séduisant
  • C'est fun et plutôt dynamique
  • Quelques jolies améliorations par rapport à la version WiiU
  • Des traductions françaises, enfin!

Les - :

  • Trop d'allers-retours
  • Un portage d'un jeu WiiU vendu au prix plein
  • Une réalisation graphique décevante
  • Un gameplay répétitif