À l’occasion de l’annonce de la nouvelle extension de The Elder Scrolls Online, intitulée Greymoor, nous avons eu la chance de discuter avec Rich Lambert, directeur créatif du jeu.

Geeko – Pouvez-vous nous en dire plus sur la nouvelle extension de The Elder Scrolls Online ?

Rich Lambert – Il s’agit d’une toute nouvelle histoire qui sera développée tout au long de l’année via des DLC. Elle s’intitule Greymoor et nous plonge dans les terres enneigées de Skyrim, plus précisément dans les souterrains de Greymoor. Ce chapitre est très excitant pour nous, car il introduit de nouvelles choses vraiment chouettes, notamment en termes d’expérience de gameplay. Les joueurs vont expérimenter la solitude dans Greymoor, ils vont être poussés à explorer la carte du jeu comme jamais auparavant, afin de progresser dans l’histoire.

Le nouveau chapitre semble beaucoup plus sombre que la dernière extension, Elsweyr, pourquoi avoir fait ce choix ?

On voulait faire quelque chose de totalement différent pour que le joueur ait l’impression de découvrir un tout nouveau jeu. Greymoor est sombre tant dans son univers que dans ses personnages ou son histoire ce qui contraste beaucoup avec la précédente extension, Elsweyr. Dans ce nouveau chapitre, on retrouve de nombreux éléments gothiques qui viennent souligner l’atmosphère pesante.

Doit-on s’attendre à de nouveaux personnages ou monstres épiques, tels que des dragons, dans ce nouveau chapitre ?

Il n’y a pas à proprement parler de nouveaux personnages, mais l’extension exploite des espèces existantes de The Elder Scrolls Online qui incarnent la noirceur des profondeurs de Skyrim. Ainsi, les joueurs seront davantage confrontés aux vampires, aux loups et aux sorciers. Nous avons développé leurs compétences, principalement celles du vampire et notamment la manière dont il se nourrit. De nouveaux éléments naturels spectaculaires sont également de la partie ; les Tempêtes faucheuses.

Greymoor introduit une nouvelle épreuve, l’Égide de Kyne, qui oppose 12 joueurs. Il y a aussi un nouveau jeu que l’on peut comparer à une version Indiana Jones de The Elders Scrolls Online. Il s’agit d’un système d’antiquités qui pousseront les joueurs à identifier l’emplacement d’anciennes reliques afin de lancer des fouilles « archéologiques » à travers des mini-jeux.

L’univers de The Elder Scrolls Online s’inspire de certaines cultures et croyances, notamment les légendes des dragons, qu’en est-il de Greymoor ?

On retrouve des aspects d’intrigues politiques, comme dans la vraie vie. Des faits qui se sont passés il y a très longtemps ont encore des répercussions aujourd’hui. On aborde également les croyances des peuples du Nord. Les joueurs de longue date retrouveront des éléments liés à l’histoire de The Elder Scrolls V : Skyrim. Il faudra terminer les 4 DLC pour s’en rendre compte.

Vous publiez une nouvelle extension chaque année. Comment faites-vous pour décider de ce que vous allez proposer aux joueurs ? Comment se déroule l’étape créative ? 

La plupart du temps, on observe la carte d’ESO pour savoir quelle partie du monde on va développer. On essaye de choisir une région très opposée à ce qu’on a déjà fait par le passé pour que les joueurs aient l’impression de découvrir un nouveau jeu. Ici, on a choisi Skyrim parce que cette région est très différente d’Elsweyr.

Les game director vont alors discuter des sentiments qu’ils souhaitent exploiter dans la nouvelle extension. Ils se mettent d’accord sur une thématique, un mot qui sera la base de la nouvelle aventure. Pour The Elder Scrolls Onlince : Greymoor, le mot d’ordre était : revanche. Ensuite, on réfléchit à ce qu’on peut intégrer à ce nouveau chapitre, ce qui pourrait coller au thème, notamment les personnages et l’histoire.

À l’heure des battle royale et des jeux solo toujours plus populaires, les MMORPG semblent être un peu passés de mode. Comment expliquez-vous que The Elder Scrolls soit toujours aussi populaire ?

The Elders Scrolls Online tient en partie sa popularité de l’univers dont il est tiré, The Elders Scolls qui a plus de vingt ans. La version online repose sur les mêmes bases, le même univers et les exploite en profondeur. Avec la version Online de The Elder Scrolls, tout est toujours plus grand, le jeu propose toujours plus de liberté. Les joueurs peuvent vraiment faire ce qu’ils veulent, explorer le monde et incarner n’importe quel personnage. Même au niveau du gameplay, ils sont libres, ils ne sont pas cantonnés à un niveau qu’ils doivent absolument passer pour pouvoir voir le monde. S’ils souhaitent faire une pause dans la quête principale pour aller explorer le monde, se battre contre d’autres joueurs puis revenir à l’histoire, ils le peuvent. De plus, il y a des aspects qui sont similaires au monde réel et je pense que ça plaint aux joueurs.

Il est vrai que The Elders Scrolls Online dispose d’une histoire très riche qui n’est pas toujours facile d’accès pour de nouveaux joueurs. Certains ne sont d’ailleurs pas forcément très intéressés par, justement, des histoires et des univers riches, comment faites-vous pour satisfaire l’ensemble des joueurs ?

Il est vrai qu’il y a différents types de joueurs et on essaye de combler une majorité d’entre eux. Ceux qui aiment les histoires longues sont servis, pour les autres, on essaye toujours d’intégrer des aspects qui pourront leur plaire. Dans The Elder Scrolls Online, il y a une multitude de donjons que les joueurs peuvent explorer pour massacrer des monstres – Greymoor en introduit de nouveaux -, il y a de très nombreuses quêtes annexes, ainsi qu’un mode PvP (joueurs contre joueurs) très populaire. On est toujours très attentif afin de proposer des nouveautés de gameplay ou d’enrichir ce qu’on proposait déjà. C’est pour cela que Greymoor introduit une nouvelle épreuve à 12 joueurs et un nouveau système d’antiquités.

The Elder Scrolls Online : Greymoor est prévu pour sortir le 18 mai sur PC et le 2 juin sur PlayStation 4 et Xbox One. Les joueurs devront explorer le Cœur noir de Skyrim afin de repousser le Seigneur Vampire qui tente d’asservir Tamriel. Le nouveau chapitre d’ESO débutera déjà en mars avec un premier DLC, Harrowstorm, et se prolongera en juin, puis en août et novembre.