À l’occasion de la Japan Expo à Paris, nous avons eu la chance de rencontrer Naoki Yoshida, le producteur et directeur créatif japonais qui a permis la renaissance et la pérennité de Final Fantasy XIV, avec l’édition A Realm Reborn. Six ans plus tard, le jeu compte plus de 16 millions de joueurs à travers le monde. 

C’est dans un petit patio d’un luxueux hôtel 5 étoiles parisien que nous avons pu nous entretenir avec Naoki Yoshida. Un cadre agréable pour une interview, même si la présence de quatre assistants – dont une traductrice japonais-anglais – pour cadrer l’entretien ne faisait que souligner l’importance de notre interlocuteur.

Crédit : J.M

Vous êtes décrit comme celui qui a réussi l’exploit de sauver Final Fantasy XIV grâce à une refonte totale du titre. Aujourd’hui, Final Fantasy XIV compte plus de 16 millions de joueurs à travers le monde, un véritable succès. D’après vous, est-ce que cette reconnaissance personnelle est légitime ?

Naoki Yoshida : Cela a été un véritable travail d’équipe, je ne peux pas m’octroyer tout le mérite et je ne le souhaite pas. Tout le monde a travaillé dur pour remettre FF XIV sur les rails, que ça soit du côté des développeurs ou de Square Enix. Nous voulions sauver la réputation de la licence Final Fantasy.

De plus, malgré sa déception, la communauté a toujours été là. Nous avions la volonté de répondre aux attentes des fans, de leur apporter du divertissement de qualité afin de reconstruire une communauté stable pour le bien de FF XIV, mais aussi pour la suite du titre.

C’était une refonte profonde, tant au niveau graphique, gameplay que de l’histoire. Cette longue étape s’est en réalité terminée avec la sortie de la dernière extension, Heavensward. Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous allons véritablement de l’avant.

La nouvelle extension Shadowbringers (sortie le 2 juillet) introduit de nombreuses nouveautés. Comment considérez-vous Shadowbringers au niveau du jeu et des autres extensions dans leur ensemble ? Est-ce un simple ajout de contenu ou une manière de développer l’univers de FF XIV ?

Naoki Yoshida : Shadowbringers n’est pas un DLC, mais une véritable extension proposant un réel contenu aux joueurs qui permet de développeur l’univers de Final Fantasy XIV. Après avoir réussi à retrouver la confiance des fans, on s’est demandé comment leur apporter de nouveaux divertissements. Shadowbringers est la vraie première extension autonome, qui ne rentre pas dans la stratégie de reconstruction de Final Fantasy XIV, mais qui développe réellement l’univers du jeu avec un contenu immense.

Bien que ça soit un MMORPG, le scénario de FF XIV tient une place importante dans le jeu. L’ajout d’extension est l’occasion de développeur toujours plus l’univers du jeu, d’offrir des nouveautés aux joueurs et de l’excitation pour découvrir cela. C’est aussi le moyen de toucher de nouveaux joueurs grâce à ses nouveautés.

Cette extension introduit entre autres deux nouvelles cités (Cristarium et Eulmore), ainsi que deux nouveaux jobs (Pistosabreur et Danseur), en plus de nombreuses autres nouveautés.

Dans Shadowbringers, vous introduisez un nouveau système de jeu, le Trust System, qui permet à un joueur de parcourir des donjons en recrutant des PNJ (personnages non jouables) plutôt que d’attendre des joueurs. N’est-ce pas le moyen de prendre ses distances avec l’essence même du MMORPG ?

Naoki Yoshida : Je suis moi-même un grand amateur de MMORPG et des mécanismes de jeu que l’on retrouve dans la plupart des titres du genre, mais je sais que ce type d’univers ne correspond pas à tout le monde. Avec le Trust System, on a essayé de proposer plus de liberté aux joueurs.

Ceux qui souhaitent parcourir l’univers de Final Fantasy XIV sans devoir attendre de former une équipe idéale pour explorer les donjons peuvent désormais compter sur les PNJ. L’aspect communauté est toujours là, mais parfois il peut aussi être intéressant ou plus facile de parcourir les différents donjons de FF XIV seul.

C’est également l’occasion pour ceux qui préfèrent se concentrer sur l’histoire de pouvoir s’en sortir dans le jeu. Final Fantasy XIV repose d’ailleurs sur un scénario conséquent, plus que dans d’autres MMORPG, c’est pourquoi cette liberté s’avère utile. Les joueurs plus discrets pourront aussi y trouver leur compte.

En constante évolution, Final Fantasy XIV a eu droit à de multiples mises à jour, patchs et événements, dont des crossovers avec des licences très populaires (Final Fantasy XV, Monster Hunter). Lors du Final Fantasy XIV Fan Festival, il a également été question d’un crossover avec NieR Automata, peut-on en savoir un peu plus à ce sujet ? [question de PxlBBQ, présent avec nous]

Naoki Yoshida : On travaille effectivement avec les équipes de NieR Automata pour intégrer l’univers du jeu vidéo dans Final Fantasy XIV. Ça prend du temps parce qu’on ne veut pas faire une simple apparition des personnages du jeu dans FF XIV.

Notre volonté est de respecter les œuvres originales, que ça soit FF XIV ou NieR Automata, et de proposer un crossover profond, avec un réel intérêt et une vraie histoire.

Le créateur de NieR Automata, Yoko Taro, s’est notamment occupé du scénario de ce crossover. La rencontre des deux univers prendra vie avec le patch 5.1 et les joueurs peuvent s’attendre à y trouver (ou non) des personnages familiers, mais je ne peux pas le garantir pour le moment.

Visuel du crossover Final Fantasy X NieR Automata intitulé “YoRHa: Dark Apocalypse”