Depuis 1979, année de sortie du premier Alien, la franchise mettant en scène les xénomorphes s’est étendue à six longs métrages canoniques, deux crossovers, quelques courts et des centaines de produits dérivés (jeux vidéo, BD, etc.). De quoi alimenter cette rubrique de quelques anecdotes « venues d’ailleurs ».

Alien ou La bête des étoiles

Alien

Dan O’Bannon, qui est le scénariste à l’origine d’Alien, avait travaillé en étroite collaboration avec John Carpenter sur Dark Star, sorte d’Alien avant l’heure adoptant un ton parodique. Ayant une version plus sérieuse et angoissante de Dark Star sous la main, il développe avec Ronald Shusett un scénario intitulé StarBeast dans lequel un extraterrestre décime les membres d’un vaisseau spatial.

Après s’être rendu compte qu’il utilisait à plusieurs reprises le mot « alien » (l’étranger) dans les pages de son script pour dénommer sa créature, il décida finalement de changer le titre en Alien.

Une créature qui s’inspire de la guêpe

Giger Facehugger

L’une des inspirations du Facehugger, l’alien dans sa première forme, est la guêpe parasitoïde qui pond ses œufs dans une larve hôte, tuant cette dernière pour prendre sa place. C’est ainsi qu’est née l’idée du Facehugger, qui s’accroche au visage d’un hôte pour lui injecter un embryon qui deviendra rapidement, après gestation, un xénomorphe de taille adulte.

C’est HR Giger qui a designé les œufs et le Facehugger ainsi que la créature dans sa forme adulte. L’artiste suisse avait néanmoins imaginé un Facehugger beaucoup plus imposant, ce qui aurait pris trop de temps à réaliser. La tâche fut alors confiée à Roger Dickon en vue d’un aspect plus « compact », respectant néanmoins l’univers organique de Giger. Ce dernier s’est alors concentré sur le xénomorphe, adaptant son dessin qui avait tapé dans l’œil de Dan O’Bannon et Ridley Scott en rendant sa créature moins érotique.

Ripley, un personnage masculin

Ellen Ripley

Le rôle du lieutenant Ripley était dans la première ébauche du scénario un personnage masculin. Ce n’est que plus tard qu’il a été décidé d’en faire une femme, lorsqu’un des producteurs suggéra de briser un peu les habitudes en faisant du héros une femme. Pour incarner Ellen Ripley, le responsable de la distribution avait alors proposé deux noms : Sigourney Weaver et Meryl Streep. Mais cette dernière ne fut pas auditionnée car elle venait de perdre une amie proche.

Par ailleurs, Veronica Cartwright était persuadée d’obtenir le rôle principal, pour lequel elle avait passé des essais, mais elle n’a réalisé qu’à l’étape de l’essayage des costumes qu’elle avait été finalement choisie pour tenir le rôle de Lambert.

Relations amoureuses au sein du Nostromo

Ripley et Dallas

Le réalisateur Ridley Scott avait un temps envisagé que l’équipage du vaisseau Nostromo développe des relations gay du fait de leur vie en promiscuité durant une longue période passée dans l’espace. Dans les commentaires audio du DVD Alien – Director’s cut, le réalisateur a même déclaré que s’il devait refaire le film aujourd’hui, c’est probablement un aspect qu’il développerait.

De même, il existait dans le script original une scène de sexe entre Dallas et Ripley, mais celle-ci n’a jamais été tournée.

Ripley est contre les armes

Aliens

Pour les besoins du second opus de la franchise, Aliens, un nombre conséquent d’armes à feu a été utilisé. Sigourney Weaver étant une militante engagée contre l’utilisation d’armes à feu, elle fut surprise d’apprendre qu’elle devrait en utiliser lors de scènes d’action musclées. Mais elle avait déjà signé son contrat et elle ne put y échapper.

Pour Alien 3, elle a alors négocié, acceptant d’y participer uniquement si elle ne devait porter aucune arme. Ce que la production a accepté.