Des chercheurs du MIT ont mis au point une intelligence artificielle capable de déceler des détails que l’œil humain ne pourrait voir et de prédire l’évolution problématique de certaines cellules. Cette AI est principalement dédiée dans la prévention du cancer du sein.

Pour mettre au point cette intelligence artificielle, les chercheurs du MIT ont constitué une base de données de 60.000 scans de mammographies en précisant quelles patientes ont développé un cancer du sein dans les 5 ans après le dépistage. Une étape cruciale pour l’intelligence artificielle qui a pu analyser et déduire des marqueurs de cellules potentiellement cancéreuses.

C’est une avancée médicale et technologique de taille puisqu’en plus de prédire le cancer du sein à un stade précoce, l’intelligence artificielle est capable de prendre en compte les disparités raciales des patientes et d’adapter son analyse en fonction de ces données. Un élément important à prendre en compte pour diagnostiquer et suivre l’évolution de la santé de patient. « Il est particulièrement frappant de constater que le modèle fonctionne aussi bien pour les Noirs que pour les Blancs, ce qui n’était pas le cas avec les outils d’évaluation des risques antérieurs », explique la Dre Allison Kurian, chercheuse qui a travaillé sur le projet.

Pour l’instant, les principales recommandations pour le diagnostic et le traitement du cancer du sein se fondent sur un panel de femmes caucasiennes, ce qui peut nuire à soins des femmes de couleur.

Bien que l’algorithme n’en soit encore qu’à ses débuts, les chercheurs et médecins sont confiants. Ils espèrent pouvoir bientôt le déployer à plus grande échelle afin de prévenir les cancers du sein, 5e cancer le plus mortel. « S’il est validé et rendu disponible pour une utilisation généralisée, cela pourrait réellement améliorer nos stratégies actuelles d’estimation du risque », explique la Dre Allison Kurian.