Un couple de chercheurs a réussi à concevoir une intelligence artificielle permettant d’identifier l’authenticité d’une œuvre d’art, à commencer par celles de Rembrandt, avec une précision d’au moins 90 %.

Ces deux chercheurs ont mis au point un système de réseau neuronal conventionnel, une technique courante lors de l’usage d’une IA avec des algorithmes de reconnaissance d’images.

Pour y parvenir, il est théoriquement nécessaire “d’éduquer” cette intelligence artificielle avec des milliers d’images. Il serait en effet nécessaire de pouvoir utiliser au moins 5.000 œuvres originales et autant de copies afin de pouvoir arriver à un résultat concluant.

Or le nombre d’œuvres de l’artiste hollandais n’atteint même pas ce compte et l’on dénombre un peu plus de 600 œuvres comme lui étant attribuées. De plus, une comparaison intégrale des œuvres nécessiterait un temps d’analyse bien trop important.

Les informaticiens ont donc contourné ce problème en mettant au point un moyen de redécouper numériquement chacune des œuvres à identifier. Ils ont aussi bien utilisé des œuvres officiellement reconnues comme étant de l’artiste, mais également d’autres, formellement identifiés comme étant des copies.

Au bout du compte, cette technique leur a permis d’obtenir 13.000 pièces comparatives et l’intelligence artificielle a su distinguer un vrai Rembrandt d’un faux avec une précision de 90,4 %. La mise au point de réseau neuronal leur a également permis de découvrir les zones les plus importantes pour identifier si une peinture est bien originale.

Bien qu’étant un couple de chercheurs amateurs, leur technologie est étudiée par l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), une organisation s’occupant de la publication de revues scientifiques aux États-Unis.