A l’aune de la diffusion sur DC Universe de la série produite par James Wan (Saw, Aquaman) et de la ressortie en français des planches de Len Wein, Bernie Wrightson et Alan Moore chez Urban Comics, il nous est paru opportun de vous faire découvrir dans ses moindres secrets qui est Swamp Thing, que l’on appelle par chez nous La créature du marais.

Un monstre écolo

Swamp Thing est probablement le plus étrange des héros de l’écurie DC. Ses origines sont liées au docteur Alec Holland, un botaniste qui, lors de recherches au sein d’un marais en Louisiane, est victime d’une explosion et fusionne avec la végétation environnante grâce au sérum bio-régénérateur de son invention. Swamp Thing prend alors vie, nanti de pouvoirs surhumains, dont ceux de régénération et de résistance, tout en pouvant modifier son corps.

En tant que défenseur de La Sève (The Green en vo), un réseau métaphysique qui connecte toutes les espèces végétales sur Terre, il peut également contrôler toute forme de vie végétale. Il partage la conscience collective des végétaux, étant capable de se téléporter partout où il y a une vie végétale et pouvant même créer un avatar physique à partir de végétaux. Un héros 100% vert, donc, qui lutte régulièrement contre les personnes sans scrupule qui ne respectent pas l’environnement et qui peut renaître partout où il y a une forme végétale, même dans un bouquet de fleurs.

Une origin story variable

Né sous la plume de Len Wein et d’abord dessiné par le maître du macabre Bernie Wrightson dans les pages de House of Secrets#92 (1971), Swamp Thing est initialement un jeune scientifique du nom de Alex Olsen qui s’est réincarné en monstre végétal au début du XIXe siècle. En 1972, Swamp Thing Vol.1 sort et l’action recommence à l’époque contemporaine avec pour héros Alec Holland (voir ci-dessus).

Après de nombreuses aventures sous cette identité, Alan Moore prend le relais en 1984 et vient quelque peu chambouler le récit. Jusqu’ici, la créature cherchait un remède pour retrouver sa forme humaine, mais l’auteur des Watchmen déconstruit le mythe en faisant de Swamp Thing une plante, et non plus un humain, qui a muté sous les effets du sérum et a inconsciemment imité la physiologie et la personnalité de Alec Holland. C’est à partir de ce revirement que la créature acquiert pleinement ses pouvoirs liés à la végétation de tout l’univers. Aujourd’hui, c’est Scott Snyder qui œuvre et il a ressuscité Alec Holland au sein de comics plus sombres et violents.

Swamp Thing a battu Batman

Swamp Thing a partagé ses aventures avec différents personnages de l’écurie DC. Notons entre autres John Constantine, Solomon Grundy, Poison Ivy et, bien sûr, Batman. Amoureux de Abigail Arcane, Swamp Thing va la suivre jusqu’à Gotham City lorsque celle-ci est arrêtée pour dendrophilie. La créature envisage alors d’attaquer la ville et se confronte au Chevalier Noir. Mais les pouvoirs liés à « La Sève » de Swamp Thing sont redoutables, celui-ci devenant de plus en plus grand et fort. Incapable de la battre, Batman se résigne alors et fait libérer sa dulcinée.

Swamp Thing a vécu une aventure avec Jésus

A la fin des années 80, Swamp Thing voyage dans le temps sous la plume de Rick Veitch. Lors de ses voyages, la créature voyage à travers diverses époques, rencontrant d’illustres héros et vilains historiques de DC, comme le Sgt. Rock officiant lors de la Seconde Guerre mondiale. Il était aussi prévu que Swampy rencontre Jésus dans une aventure se déroulant en l’an 33 après J-C. Mais l’histoire, intitulée « Morning of the Magicien » n’est jamais parue.

Des rumeurs et interprétations de cette histoire avancent que Swamp Thing formait le bois de la croix sur laquelle Jésus fut crucifié, d’autres que la créature partageait une eucharistie avec le Christ, ce dernier buvant une substance provenant de la créature qui était alors sous forme de plante. Quoiqu’il en soit, l’histoire de Veitch a été repoussée en bloc par l’éditeur à l’époque.

Il existe déjà plusieurs films et séries Swamp Thing

Swamp Thing a rapidement intéressé les studios américains et c’est Warner Bros. qui s’est chargé de la première adaptation cinématographique sortie en 1982 sous la direction de Wes Craven (soit deux ans avant de donner naissance à son célèbre croquemitaine Freddy Krueger). Le scénario y est assez fidèle à l’origin story de Wein et Wrightson mais le résultat ne remporte pas un énorme succès. Ce sera bien pire avec Le Retour de la créature du marais signé Jim Wynorski en 1989 mettant en scène Heather Locklear, la star des séries Dynastie, Hooker et Melrose Place. Un véritable flop, peu aidé par son budget et son scénario tous deux très faibles.

Deux séries télé ont ensuite vu le jour, la première en 1990 qui perdurera durant trois saisons aux Etats-Unis, la seconde en 1991 destinée aux enfants et prenant la forme d’un dessin animé dans la lignée des Tortues Ninja et Toxic Crusaders de l’époque. Un dessin animé qui ne connaîtra que cinq épisodes !