Le géant américain des sites de vente en ligne est au cœur d’une polémique depuis la diffusion d’un reportage à son propos. L’enquête lève le voile sur la manière dont Amazon se débarrasse, chaque année, de millions de produits neufs.

Un journaliste de l’émission Capital, diffusée sur M6, a enquêté sur la politique des invendus d’Amazon, dans le cadre d’un reportage dédié au gaspillage industriel. Une enquête qu’il a menée de l’intérieur puisque le journaliste s’est fait embaucher par la société américaine, comme manutentionnaire dans l’un des entrepôts français (Loiret). C’est ainsi qu’il a pu s’introduire dans la zone de destruction des marchandises invendues de l’entrepôt.

Muni d’une caméra, le journaliste Guillaume Cahour a filmé les pratiques d’Amazon quant à ces produits invendus. À travers les images du documentaire (extrait en-dessous), on peut voir plusieurs conteneurs remplis d’objets de toutes sortes, notamment des cafetières, des couches neuves, des téléviseurs et des jouets pour enfants.

Un gaspillage industriel qui s’expliquerait par les contrats conclus entre Amazon et les vendeurs tiers. En effet, Amazon propose de stocker les marchandises des vendeurs tiers dans ses entrepôts afin d’assurer une gestion et une livraison plus rapide.

Mais entreposer des marchandises a un coût et le transport aussi. Ainsi, le géant américain des sites de ventes en ligne propose à ses partenaires de leur renvoyer leurs marchandises ou de les détruite, même si elles sont neuves. Une solution qui limiterait les coûts de stockage. Pour des vendeurs situés à l’autre bout de la terre, la destruction revient moins chère que le transport.

Une politique qui aurait provoqué la destruction de 290.000 objets neufs ou presque, dans l’un des plus petits entrepôts français de la firme, en seulement 9 mois. Un chiffre que l’on peut facilement revoir à la hausse si on prend en compte l’ensemble des entrepôts d’Amazon. Ainsi, selon le journaliste de M6, le géant américain détruirait près de 3 millions de marchandises neuves, chaque année.

Il va s’en dire que ses révélations n’ont pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Amazon France s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet sur Twitter, affirmant travailler activement avec des associations pour éviter le gaspillage alimentaire notamment. Une petite partie des invendus serait effectivement détruite, le reste étant recyclé, revendu ou renvoyé.

 

 

2 Commentaires

Comments are closed.