Certains y cherchent leur maison, d’autres y visitent leur future destination de vacances et puis certains y repèrent une termitière huit fois plus vaste que la Belgique : Google Earth a permis à des chercheurs de faire la plus grande découverte de leur existence.

Ce n’est pas moins que “la plus grande structure construite par une seule espèce d’insecte jamais découverte à ce jour” que des chercheurs de l’Université de Salford ont identifié dans le nord-est du Brésil, alors qu’ils parcouraient la surface de la Terre sur Google Earth.

Malgré ses 17 ans d’existence, le logiciel n’a permis aux scientifiques de découvrir la termitière que très récemment. “Avant, on voyait juste du vert et du marron. Depuis environ huit ans, Google Earth améliore la qualité de ses images et j’ai enfin pu reconnaître sur les photos satellites les monticules“, indique Roy Fanch, l’un des chercheurs.

Grande comme 4000 pyramides, vieille d’autant d’années

Les chiffres de cet édifice entièrement construit par des termites donnent le tournis : les galeries terrestres occupent un espace de 10 kilomètres cubes, soit l’équivalent de 4000 pyramides de Khéops, la plus grande des pyramides de Gyzeh. C’est d’ailleurs grâce à sa taille si imposante que les chercheurs sont parvenus à repérer l’ouvrage depuis les satellites de Google dans l’espace.

Grâce à des prélèvements, les chercheurs ont pu déterminer l’âge des monticules formés par les termites. Ils sont vieux de 690 à 3820 ans, un âge comparable aux plus anciennes termitières connues à ce jour. Si les termitières sont restées intactes si longtemps, c’est grâce au climat semi-aride de la région. La mégapole d’insecte est d’ailleurs toujours fonctionnelle et habitée. Toutefois, cela pourrait ne pas durer, l’ouvrage des insectes ayant été dévoilé à ciel ouvert par la déforestation qui pourrait encore s’accélérer au Brésil.

D’autres découvertes scientifiques ont déjà eu lieu grâce au logiciel de Google. En 2009 par exemple, des chercheurs britanniques avaient mis la main sur une forêt encore inconnue en explorant virtuellement le nord du Mozambique. Des expéditions avaient par la suite été organisées, permettant d’y découvrir de nouvelles espèces animales totalement inconnues.