La raison principale reste le coût du service.

 © AFP
© AFP

Pouvoir surfer sur le web est normal et habituel pour beaucoup. Cependant, de nombreuses familles ne bénéficient pas d’une connexion Internet et n’ont pas le loisir de se connecter à Facebook, Twitter, Instagram, à des sites d’informations, de sports… et bien d’autres encore.

C’est un rapport de l’ONU qui stipule que plus de la moitié de la population mondiale n’a pas accès à Internet et la cause principale de cet état de fait est le coût du service. Dans son rapport, l’ONU se base sur les chiffres de l’Union internationale des télécommunications. Il en ressort que, sur les 7,4 milliards d’habitants qui peuplent notre monde, seulement 3,5 milliards ont accès à Internet. Parmi ceux qui n’ont pas de quoi accéder au web, on retrouve principalement les individus qui vivent dans des conditions plus précaires. Pour reprendre les termes du rapport, ce sont surtout chez “les femmes, les personnes âgées, les populations les moins éduquées, les plus pauvres et les habitants des zones rurales” que l’on retrouve le moins d’utilisateurs.

Si chez nous, le prix peut, selon les opérateurs, encore être considéré comme “abordable”, ce n’est pas le cas dans toutes les régions du monde. D’ailleurs, le rapport établit que le coût moyen d’une connexion fixe à haut débit en 2008 était de 75€ pour un mois et est aujourd’hui de 50€, un prix qui reste tout de même encore assez élevé. Qui plus est, les documents de l’ONU précisent que dans certains pays, le prix mensuel à débourser pour avoir accès au web équivaut à la moitié du salaire annuel moyen.

Le rapport souligne aussi le fait que les abonnements mobiles peuvent être une solution mais là aussi, il faut être en mesure de payer le smartphone dont il est question et l’abonnement.