La Belgique dans le top 3 des pays les plus visés par les logiciels de rançon

Selon le spécialiste en sécurité informatique Kaspersky, la Belgique figurerait sur le troisième place du podium des pays les plus visés par les logiciels de rançon.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Selon les experts en sécurité informatique de Kaspersky Lab, la Belgique ferait partie des pays les plus visés par les “ransomwares”, ces malwares qui infectent un ordinateur ou un smartphone, en cryptent le contenu et exigent le versement d’une rançon pour décrypter les données.

Au cours du dernier trimestre, Kaspersky a enregistré une hausse importante du nombre de logiciels de cryptage – de l’ordre de 14%. Le nombre d’attaques a également considérablement augmenté (+30% par rapport à fin 2015).

Dans son rapport, Kaspersky indique que la Belgique serait actuellement le troisième pays le plus touché par ces logiciels de cryptage.

Au cours des derniers mois, Petya, Teslacrypt, CTB-Locker, Cryptowall ou encore Locky ont fait des désastres dans le pays.

La plupart du temps, ces logiciels se propagent par le biais d’emails – sous la forme de pièces-jointes -, ou de liens présents sur des sites infectés.

Pour réduire les risques d’infection, mieux vaut éviter d’ouvrir les pièces jointes dans des emails provenant d’expéditeurs inconnus, et éviter de surfer sur des sites présentant de gros risques de sécurité (notamment, les sites de torrents, de téléchargement illégal et les sites pornographiques).

“L’une des raisons pour lesquelles les ransomware sont devenus si populaires réside dans la simplicité du modèle opérationnel utilisé par les cybercriminels. Dès que le rançongiciel se trouve dans le système de l’utilisateur, il n’y a pratiquement aucune chance de s’en débarrasser sans perdre des données personnelles. De même, l’exigence de verser la rançon en bitcoins rend le processus de paiement anonyme et pratiquement impossible à tracer, ce qui explique qu’il soit très prisé des fraudeurs” explique Aleks Gostev, Chief Security Expert au sein de la Global Research and Analysis Team (GReAT).

Rappelons que même si les pirates promettent de débloquer le contenu de votre ordinateur, la plupart du temps ils ne tiennent pas leur promesse une fois le paiement effectué. Si vous êtes victime de l’un de ces maliciels, mieux vaut donc éviter de mettre la main au portefeuille…