Sidecar faisait partie des concurrents américains d’Uber.

© AFP
© AFP

Après un récent investissement dans Lyft, le groupe automobile américain General Motors a confirmé mardi la reprise d’actifs et de salariés d’un autre concurrent d’Uber, Sidecar, qui vient de faire faillite.

«En connexion avec l’arrêt des opérations de Sidecar, nous pouvons confirmer que nous avons attiré des salariés de Sidecar qui seront intégrés à l’équipe de mobilité urbaine de GM, et acquis certains actifs liés», a indiqué un porte-parole du groupe automobile dans un courriel à l’AFP.

Sidecar faisait partie des concurrents américains d’Uber, service de réservation par smartphone de voitures avec chauffeur, mais il avait déposé le bilan en fin d’année dernière.

GM n’a pas donné de détails supplémentaires dans l’immédiat.

Le groupe avait toutefois déjà annoncé début janvier un investissement de 500 millions de dollars dans un autre concurrent américain d’Uber, Lyft, et conclu avec ce dernier une alliance stratégique visant entre autres à développer une flotte de voitures autonomes qui pourraient être proposées à la demande aux consommateurs.

GM, comme d’autres constructeurs automobiles, tente ainsi d’anticiper le changement de la relation des consommateurs à la voiture dans un avenir plus ou moins proche.

Son concurrent Ford assure lui aussi vouloir mettre davantage l’accent à l’avenir sur les services liés à la mobilité, en plus de son activité traditionnelle de fabrication de voitures.

Avec AFP.