On l’a vu avec la publication d’une vidéo d’un viol sur Facebook, le réseau social n’est pas toujours très réactif lorsqu’il s’agit de supprimer une photo ou une vidéo signalée par les internautes. Lorsque plusieurs internautes signalent un élément comme inapproprié, il est néanmoins possible d’accélérer le processus. Explications.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Si Facebook supprime avec une réactivité impressionnante les photos de nu, l’entreprise californienne est beaucoup plus laxiste lorsqu’il est question de violence – qu’elle soit verbale ou physique. La vidéo publiée en début de semaine par deux jeunes français sur leur page Facebook, qui montrait le viol présumé de la compagne de l’un d’eux, illustre parfaitement la politique du groupe américain, qui utilise des algorithmes pour définir si un contenu viole ou non les règles d’utilisation du réseau social. Paradoxalement, ces algorithmes reconnaissent plus facilement la nudité que la violence, parce qu’il est plus facile de reconnaître une poitrine qu’un acte de violence. C’est la raison pour laquelle la vidéo diffusée en début de semaine est passée entre les mailles du filet, et que les requêtes de plusieurs internautes, qui avaient dénoncé le contenu inapproprié de la vidéo, ont échoué.

Il est à priori possible d’accélérer le processus de retrait d’une vidéo sur le réseau social. Logiquement, lorsqu’une image ou une vidéo est signalée comme inappropriée par un grand nombre d’utilisateurs, il y a de fortes chances qu’un employé de Facebook se décide à y jeter un coup d’œil et à la supprimer. Mais le mal est souvent fait, et le retrait peut prendre plusieurs heures, voire même journées… Mais attention, car tous les contenus violents ne sont pas forcément supprimés du réseau social. Comme l’indique l’entreprise californienne, seul le contenu “glorifiant la violence ou encourageant la haine” peut faire l’objet d’un retrait. Un internaute qui aurait filmé un acte de violence et qui publierait la vidéo pour dénoncer cet acte est donc théoriquement à l’abri.

Comment signaler un contenu inapproprié?

Si vous tombiez par inadvertance sur une vidéo ou une image choquante sur le réseau social, vous pourrez cliquer sur la petite flèche qui se situe en haut à droite du message posté pour faire apparaître un menu qui vous permettra de cliquer sur le bouton “signaler la publication”. Lorsqu’il s’agit d’une vidéo ou d’une photo, ouverte en plein écran, il est également possible de signaler le contenu en cliquant sur l’onglet “options”, en bas de l’écran, puis sur “signaler la photo” ou la vidéo. L’utilisateur est ensuite encouragé à expliquer pourquoi il trouve le contenu offensant ou inapproprié.

Quel contenu signaler?

Tout est une question de contexte. Une vidéo de décapitation de l’Etat Islamique publiée sur un site d’information a un caractère purement informatif, et dénonciateur, et ne sera donc, en théorie, pas supprimée du réseau social. En revanche, un djihadiste qui publierait la même vidéo et encouragerait ses amis à répandre la parole du prophète risquerait de voir sa vidéo supprimée et son compte bloqué. Il en va de même pour les manifestations, les émeutes ou les actes de violence. Un journaliste ou un manifestant qui dénoncerait les violences de certains manifestants ne sera sans doute pas sanctionné par Facebook, tandis qu’un manifestant qui encouragerait son groupe à des débordements risquerait de voir sa vidéo supprimée du réseau social.