Frontback : un coup de buzz sans lendemain

Gros succès sur l’App Store, l’application Frontback a failli disparaître pour de bon la semaine dernière avant d’être ressuscitée sur le rasoir par un partenaire-mystère. Frédéric della Faille, l’entrepreneur belge à l’origine de la jeune startup avait par le passé décliné une offre de rachat de 40 millions de dollars de Twitter.

frontback

Véritable phénomène de mode, l’application Frontback n’a malheureusement jamais connu le succès escompté auprès des mobinautes. Son créateur, le Belge Frédéric della Faille, avait reconnu la semaine dernière l’échec de l’application, peu de temps après avoir annoncé la mort du service sur la toile.

Expatrié aux Etats-Unis, le jeune entrepreneur, qui était également à l’origine de CheckThis, n’a malheureusement pas su rebondir sur le succès inattendu du service, explique Spencer Chen, l’ex-directeur du département marketing de Frontback, à nos confrères de Business Insider. “Quant je suis arrivé là fin décembre (2013), le hype commençait déjà à s’évanouir. C’était un peu comme l’effet Tequila. Des personnes l’avaient essayé une fois et ne l’aimaient pas la seconde fois.” Selon Spencer Chen, Frontback a tout simplement manqué d’attraper la balle au rebond. “Quand vous avez un tel succès entre vos mains, vous devez le faire évoluer très rapidement.” Malgré quelques ajouts, Frontback n’a malheureusement pas beaucoup évolué au fil des mois.

L’application, qui permettait de placer côte à côte un cliché pris avec le capteur frontal du smartphone et un cliché pris avec le capteur dorsal du smartphone, a su surfer durant quelques temps sur la vague des “selfies”, sans jamais parvenir à se renouveler. Visiblement, de nombreux utilisateurs avaient du mal à saisir le concept de Frontback. Très vite, le phénomène de mode a disparu, laissant l’équipe de développement face à un véritable dilemme.

Paradoxalement, Frédéric della Faille serait passé à côté d’un deal en or en refusant une offre de rachat de Twitter de 40 millions de dollars. L’entrepreneur belge aurait à priori voulu tenter sa chance avec son réseau social, après avoir réussi une première levée de fonds de 4 millions de dollars, bien que cette information n’ait jamais été confirmée par le principal intéressé. Fort heureusement, un nouvel acquéreur aurait investi un montant pas encore communiqué dans la jeune startup, le lendemain de l’annonce de sa fermeture, offrant une deuxième chance à Frontback et à ses effectifs. Si Frédéric della Faille refuse de communiquer l’identité du repreneur, il indique cependant que celui-ci se fera connaître “le moment venu”.