L’entreprise souhaitait démontrer les possibilités infinies de sa technologie Cast en se reposant sur la puissance de calcul des smartphones. Une seule journée de développement a été nécessaire.

quake3-chromecast

Lors de la dernière conférence I/O, Google a discrètement exécuté un test grandeur nature en faisant tourner Quake 3 sur une Chromecast. En réalité, le moteur de rendu, le contrôle de l’éventuelle manette et le calcul des déplacements et des actions sont entièrement traités par le processeur du téléphone connecté. Le résultat est, lui, envoyé dans une zone d’affichage externe compatible avec Google Cast. L’écran du smartphone, de son côté, peut présenter des informations complémentaires ou, tout simplement, passer à autre chose et placer l’application en arrière-plan.

L’initiative permettait de constater qu’en quelques heures, il est possible d’ajouter un bouton Cast et envoyer un jeu relativement puissant sur une télévision.

Toutefois, Google ne précise pas si le smartphone est entrée en ébullition et si l’autonomie n’a permis qu’une demi-heure d’amusement. La démonstration souligne à tout le moins le futur de la microinformatique qui consiste à concentrer l’ensemble des calculs sur un seul appareil mobile et à diffuser les informations sur plusieurs écrans.