Durant l’été, la rédaction de Geeko vous propose de suivre sa nouvelle série où elle mettra chaque jour en avant une personnalité belge, issue de différents milieux (politique, entrepreneuriat, humoristique, etc.) et l’utilisation de son smartphone.

Copyright : L'amateur de cigare
Copyright : L’amateur de cigare

Pour poursuivre cette série, voici maintenant le témoignage de François Weyergans , auteur belge, prix Goncourt 2005 et membre de l’Académie Française.

– Décrivez-nous votre smartphone.

 J’en ai plusieurs, on m’en a donné certains. J’ai un Galaxy S4, un Galaxy Note II, un Blackberry, et un vieux petit Nokia qui me plait assez par une sorte de dandysme : quand tout le monde sort des iPhone, j’aime montrer mon petit Nokia qui me rend les services essentiels, les SMS, les appels. Le Galaxy Note II, c’est un cadeau récent, pour mon anniversaire, je suis né en août, je suis encore en train de lire le mode d’emploi!

– Quelle est la première application que vous utilisez en début de journée ?

Je regarde les SMS. Je ne suis pas très applications, on nous incite à en télécharger, mais ça m’encombre, je trouve inutiles toutes ces choses, ça vous rend plus inattentif qu’attentif.

– Utilisez-vous votre smartphone au restaurant et au repas de famille ?

Je fuis ça comme la peste, c’est très impoli. L’autre jour, au restaurant, il y avait une famille, les parents et leurs deux adolescents, les quatre concentrés sur leurs téléphones, ils ne se parlaient pas, les plats refroidissaient, drôle de famille!

– Quelle est l’application que vous utilisez le plus souvent ?

Je n’utilise pas les applications, je me sers d’un smartphone pour recevoir et envoyer des SMS, téléphoner. J’ai même négocié un contrat d’édition par SMS…Parfois j’utilise les mails, en cas d’urgence, mais je préfère les lire sur ordinateur.

– Votre meilleur score à Angry Birds ou Tetris ?

Je ne joue jamais à des jeux sur smartphone. Je fais parfois des parties de Temple Run sur l’iPad à la demande expresse de Léonore, ma petite fille de quatre ans qui en raffole. Elle fait des scores vingt fois supérieurs aux miens.

– A choisir, votre smartphone ou votre voiture ?

Je n’ai pas de voiture, il y a des taxis pour ça, donc le problème est réglé: smartphone dans le taxi.

– Quelle est l’application “utilitaire” que vous utilisez souvent, et pourquoi ?

Je n’en utilise aucune. Toujours décevant. La météo passe son temps à se tromper ou à vous déprimer.

– Quelle est votre fonctionnalité rêvée sur votre futur smartphone ?

Très bonne question. On a l’habitude de se contenter des services qu’ils offrent. Je regrette le mépris des accents circonflexes, on ne les a pas toujours dans les SMS.  C’est très curieux, ils apparaissent quand j’écris le SMS mais disparaissent une fois le message envoyé, c’est désagréable, alors j’essaie d’éviter les mots avec accents circonflexes. J’ai l’impression que c’est parce qu’il y a très peu de langues qui les utilisent, mais ce ne serait pas compliqué de demander à un informaticien d’intégrer de façon fiable ces accents, au lieu de nous surfacturer les appels de l’étranger!.

– Imaginez-vous votre vie sans lui ?

Oui, oui, ce serait un changement tout à fait amusant. Ce serait comme arrêter de fumer ou de boire, ce serait une épreuve, mais c’est faisable. Sauf que les smartphones n’aggravent pas le taux de mauvais cholestérol, mais attaquent peut-être sournoisement le cerveau, qui sait?

– Êtes-vous plutôt Facebook ou plutôt Twitter ?

Ni l’un ni l’autre, je suis hostile à ça : j’ai regardé ce qui s’y passe et c’est un encouragement à la débilité. Twitter, c’est d’une banalité, et je trouve que ça marche mal, quand on me retweete un lien, je n’arrive pas toujours à ouvrir le lien. Facebook a l’air de passionner les adolescents: à chaque adolescence son truc.

– Le dernier morceau de musique écouté ?

Je préfère la musique en concert! Ce n’est pas de la musique qu’on entend sur un smartphone, le son n’est pas bon, c’est du bruit, du tintamarre, ce qu’on voudra. Si on se contente de basses et de rythmes simplets qui anesthésient le tympan, pourquoi pas?

– Votre dernière photo prise avec votre smartphone ?

Je prends beaucoup de photos avec, oui, ça remplace le carnet de notes : dans le temps, quand je visitais un endroit, je prenais des notes, j’achetais des cartes postales pour m’en souvenir, maintenant ce sont les photos qui me servent d’aide-mémoire. Avant, j’utilisais aussi mon appareil photo, mais c’est plus pratique avec un smartphone. Par exemple, dans le roman que je suis en train de finir, une partie se passe à l’hôtel Métropole à Bruxelles, où je loge actuellement : je prends des photos pour les descriptions, comme ça je n’ai pas besoin de ressortir au milieu de la nuit pour voir les décors pendant que j’écris.  Aussi, j’évoque Baudelaire qui a vécu deux ans en Belgique, j’ai refait les trajets qu’il faisait, de son hôtel rue de la Montagne jusqu’à Sainte Catherine, je prends des photos, je vois le temps que ça lui prenait : ça me servira à parler de son séjour bruxellois. La dernière photo que j’ai faite, c’était hier, à 20h30, place de la Bourse, depuis la terrasse du restaurant Exki : c’était un  coucher de soleil sur la Bourse, mais avec des toilettes publiques qui bouchent la vue, je suis choqué par le mobilier urbain qui gâche des lieux comme ça.

– Vibreur ou sonnerie ? (Laquelle ?)

Les deux, ça commence par vibrer avant que ça sonne. Quand ça peut gêner, je coupe. J’ai demandé à un ami musicien de me composer une sonnerie, mais je n’arrive pas à la télécharger! Sinon c’est une Fugue de Bach et j’ai aussi remis une sonnerie à l’ancienne. Ce qui est embêtant, c’est que parfois, dans des lieux publics, d’autres personnes ont la même sonnerie que vous, et vous ne savez pas si c’est votre téléphone ou celui d’un autre qui sonne.

– Votre smartphone vous a-t-il déjà sauvé la mise ?

Non, pas encore, mais tant mieux. Mais cet été j’ai un ami qui s’est cassé une jambe en pleine campagne, il a pu appeler les secours et les guider jusqu’à lui grâce à son téléphone.

– Le Cloud, ça vous parle ? De quelle manière l’utilisez-vous ?

Je m’en sers, pour la musique surtout. On peut déplacer partout sa musique et la transférer sur des lecteurs à l’aide de clés USB, c’est vraiment pratique. A condition que ça finisse sur de bonnes enceintes…

– Google Glass, montres connectées, ça vous tente ?

Ça n’a pas l’air très au point pour l’instant, mais j’irai voir ce que c’est quand ça sortira. Mais c’est plutôt pour faire de l’argent que pour aider, ces choses, il y a cette course à l’invention et au profit en permanence.

– Langage SMS ou “bon français” ?

Très bon français. L’une des grandes acquisitions des sciences humaines au XXe siècle, c’est d’avoir fait le lien entre la pensée et les mots. Si on a des mots raccourcis, on a une pensée raccourcie. C’est toujours mieux de communiquer avec des mots complets, ça prend à peine plus de temps. Au départ c’était pour gagner de la place dans les SMS, pour économiser de l’argent, puis c’est devenu une mode, un prétendu nouveau langage qu’on a vanté par démagogie, à moins que je ne me trompe et passe à côté de quelque chose…

– Utilisez-vous encore votre ordinateur, votre tablette ?

Oui, oui, l’ordinateur est plus confortable, il y a la taille de l’écran. Pour les films, le format est  proche de celui d’un écran dans une salle de montage, c’est plus grand que sur un smartphone, c’est clairement mieux. J’utilise aussi des tablettes,  un iPad mini et une tablette Nexus qui rentre dans la poche d’un manteau. Les tablettes sont pratiques, elles sont mobiles, plus légères, et surtout, contrairement aux ordinateurs, leurs cordons d’alimentation ne sont pas trop lourds, c’est mieux dans un sac de voyage.

On en parle sur le forum.

2 Commentaires

  1. Eh beh, un vieux qui utilise un smartphone, et un Android en plus ! Respect !

    Ca change de cette génération de vieux cons complètement imperméables à l’évolution technologique, reclus dans leur petit appartement minable à répéter encore et encore “c’était mieux avant !” et qui finissent par crever dans un home avec leurs souvenirs de la mine de charbon de l’époque qui devait être tellement mieux qu’aujourd’hui.

  2. Eh beh, un vieux qui utilise un smartphone, et un Android en plus ! Respect !

    Ca change de cette génération de vieux cons complètement imperméables à l’évolution technologique, reclus dans leur petit appartement minable à répéter encore et encore “c’était mieux avant !” et qui finissent par crever dans un home avec leurs souvenirs de la mine de charbon de l’époque qui devait être tellement mieux qu’aujourd’hui.

Comments are closed.