Test-Achats : “Il n’est nulle part défini ce qu’est une tablette”

Une récente action promotionnelle du célèbre site de défense des consommateurs propose de recevoir une tablette en s’abonnant. Malheureusement, la tablette en question ne serait qu’un lecteur multimédia non-tactile.

Capture d'écran du site de Test-Achats © DR

Face à cette désillusion, un consommateur a déposé plainte contre le site. Le JEP (Jury d’éthique publicitaire) a statué qu’en vertu de la loi relative à la protection des consommateurs et du code en matière de publicité de la Chambre de commerce internationale, Test-Achats aurait trompé ses clients. Le Jury a donc demandé au magazine de modifier sa publicité ou de la retirer.

Mais qu’en-est il réellement de cette “tablette” tant décriée ? Suite à l’article du Soir.be , Geeko a mené l’enquête.

Décrite selon le site comme une “ingénieuse tablette de 7 fonctions”, le gadget a de quoi surprendre. Avec un écran de 4,3 pouces et une résolution maximale de  640 x 480 pixels, l’engin est décrit comme proposant de nombreuses options : lecteur de musique, lecteur vidéo, appareil photo, radio, enregistreur, e-books, jeu et autres fonctions,… Autant dire que les fonctionnalités représentatives d’une tablette classique y sont représentées.

Seulement voilà, de tablette, il n’en est pas question ici. Par définition, une tablette est une famille d’ordinateurs portables dépourvus de claviers à touches et munis d’un écran tactile. Logiquement, une tablette est également plus grande qu’un smartphone. Le problème ? La tablette proposée par Test-Achats n’est pas tactile et l’écran est plus petit qu’un Samsung Galaxy SIII.

Pour d’autres comparaisons, l’écran d’un iPhone 5 s’étire sur 4,1 pouces et celui de l’iPad Mini sur 7,9 pouces. Autant dire que la taille de “la tablette” est un peu juste.

Capture d'écran du site de Test-Achats © DR

Imaginez la déception du consommateur ayant cru recevoir une tablette et se voyant octroyé à la place un lecteur multimédia non-tactile, sans Wifi, et de la taille d’un smartphone.

Le premier élément inquiétant étant l’absence d’informations relatives au fabricant du gadget : il n’existe nulle part la mention d’une éventuelle marque. Présentée comme un cadeau de ‘haute-technologie”, la “tablette” s’avère finalement être un cadre photo avec quelques fonctions de plus.

Pas de définition claire de ce qu’est une tablette

Selon le directeur marketing de Test-Achats, Mathieu Huybrecht ce dossier serait “complexe” : “Il n’est nulle part défini ce qu’est une tablette. Nous allons attendre la motivation du jury avant de décider comment réagir” a t-il indiqué ce matin au Standaard.

Le JEP a cependant décidé que même en l’absence d’une définition claire de ce qu’est une “tablette”, le consommateur était en droit d’attendre plus “qu’un simple gadget avec des fonctionnalités multimédias“.

Pour Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test-Achats, contacté par nos soins, la décision du Jury d’éthique publicitaire est arbitraire : “Nous avons décidé de faire appel de cette décision, il n’y pas eu de réelle analyse et nos arguments ont étés balayés d’un revers de la main” explique-il. ” Nous n’avons pas trompé le consommateur puisque les caractéristiques de la tablette sont clairement évoquées sur le site” conclut-il.

Un changement donc depuis l’article de ce matin puisque  nous ne savions toujours pas quelle attitude allait adopter le magazine par rapport à cette accusation.

© DR

Mr. Ducart n’a pas été en mesure de répondre à notre questionnement sur la marque du gadget proposé : ” Nous assumons la tablette comme étant la nôtre“, élude-il.

Le porte-parole déploie une parade sous la forme du vocabulaire utilisé : ” Le mot “Tablette” n’est pas une marque déposée, il n’y a pas de définitions à proprement parlé“. Le seul bémol étant que la définition soit axée sur la comparaison avec les autres produits du genre comme les Samsung Galaxy Tab ou les iPad.

Test-Achats semble donc décidé à faire appel et ne compte pas changer le nom de son offre pour le moment. ” J’aimerais ajouter que ce que nous proposons est une offre unique, on peut recevoir le cadeau et résilier le lendemain. Je pense que l’on a tendance à oublier ça“. A la décharge du magazine de défense des consommateurs, il est vrai qu’aucun engagement de la part du client n’est requis afin de recevoir le produit proposé.

Qu’en pensez-vous ? Publicité mensongère ou cabale judiciaire ?

Réagissez sur notre forum.

Le reportage de RTL-TVi :