Vous l’ignorez sans doute mais Facebook permet depuis des années à ses membres de prendre part aux décisions importantes du groupe par un  vote. Malheureusement, le système ne fonctionne pas vraiment puisque moins de 0,3% des utilisateurs prennent part aux votes. En quête de réformes, le réseau social propose d’abolir son système de votes en soumettant l’idée à ses utilisateurs…

Depuis des années, Facebook propose à ses membres de voter directement pour certaines mesures. Le concept de démocratie participative avait beau intéresser une partie des utilisateurs, la plupart des votes n’étaient pas pris en compte par manque de participation (0,3%). Visiblement, Facebook s’est lassé de ce système et propose à ses membres de l’abolir en votant…

A la recherche de réformes, les réseau social tente de se décharger de toute responsabilité en évoquant le désintérêt de ses utilisateurs pour cette fonctionnalité. En effet, si le vote existe, peu d’utilisateurs sont au courant, et surtout, Facebook exige un taux de participation d’au moins 30% pour prendre en compte l’avis du public. Un objectif impossible à atteindre dans la mesure où le système de votes n’a aucune visibilité sur Facebook.

Tout en évoquant l’abstentionnisme, Facebook fera donc disparaitre le droit de vote des utilisateurs et pourra à sa guise modifier règles de confidentialité, politique du réseau et fonctionnalités. Une démarche qui en dit long sur l’ambition commerciale du groupe, qui compte définitivement laisser derrière lui ses ambitions démocratiques pour se consacrer aux souhaits de ses actionnaires.

Le 10 décembre prochain, le scrutin sera bouclé et les membres de Facebook n’auront plus le droit de vote. Au total, plus de 146.000 personnes se sont opposées à la réforme, et seulement 15.000 membres ont accepté de perdre leur droit de vote. Des résultats insignifiants aux yeux de Facebook qui exige le vote massif de plus de 300 millions d’utilisateurs pour valider l’avis du public…

Votez pour garder votre droit de vote ici.

On en parle sur le forum.