La sécurité en ligne est un problème récurrent pour les organismes bancaires. On se souvient des diverses failles, qui avaient frappé aussi bien des banques belges que des multinationales. Pour Neal O’Farrell, le directeur de l’Identity Theft Council, le problème serait intimement lié aux applications bancaires sur mobiles. 80% des applications de ce type présenteraient des problèmes de sécurité.

Pour l’Identity Theft Council, une société à but non-lucratif spécialisée dans la sécurité en ligne, 80% des applications bancaires présenteraient des problèmes de sécurité pouvant mener à des vols de données. “Il y a eu plus de failles de sécurité qu’il n’y avait de citoyens américains l’année dernière” a commenté son directeur, Neal O’Farrell.

Pour lui, personne n’est à l’abri, et certainement pas les utilisateurs de Mac ou de smartphones. Neal O’Farrell attire en particulier l’attention sur ces deux segments, soulignant que beaucoup de gens croient les Mac inviolables et les smartphones sécurisés. “Apple est les banques ne veulent pas que vous sachiez que 8 applications bancaires sur 10 présentent des problèmes de sécurité.” Si on poursuit son raisonnement, tout cela devrait conduire à des failles de sécurité majeures, qui pourraient faire réagir enfin les banques et géants de l’informatique. En attendant, Neal O’Farrell conseille au public de crypter un maximum ses données, lorsque c’est possible, et insiste pour que les organismes bancaires prennent des mesures pour assurer la sécurité de leurs clients. Il souligne également que la majorité des failles de sécurité sont liées à la réception d’emails louches ou de pertes d’appareils, qui tombent ensuite entre de mauvaises mains.

Reste qu’en l’absence de données, il est difficile de calculer l’exactitude des propos de Neal O’Farrell, la plupart des organismes ayant tendance à avancer des chiffres sensiblement différents les uns des autres.

On en parle sur le forum.

[ Source : CultofMac ]

3 Commentaires

  1. Loin de minimiser le risque des apps bancaires, ces chiffres sont à prendre avec un certain recul.

    Il s’agit vraisemblablement d’une étude américaine qui, on imagine couvre sans doute uniquement le marché américain. En tout cas, il n’y a aucune mention sur la portée de l’étude.

    Les mesures et pratiques de sécurité sont très différentes sur ce marché – moins strictes en générale qu’en Belgique. Même au niveau européen, on voit de nombreuses différences.

    Par exemple, l’usage d’un digipass pour l’identification / activation / signature n’est pas une norme dans de nombreux pays – ce qui est le cas en Belgique.

    Ces chiffres ne s’appliquent certainement pas chez nous – rien ne le prouve en tout cas…

Comments are closed.