« Paf le chien », star montoise du jeu

Création La société Fishing Cactus, numéro un des jeux gratuits pour téléphones portables

Fishing Cactus. Kézako ? Un nom de bateau ? Une boutique d’articles de pêche ? Que nenni ! Avec son logo décalé – un cactus désespérément accroché à un hameçon –, ce studio de développement de jeux vidéo situé dans le parc Initialis de Mons est devenu, en trois ans, un petit phénomène. D’aucuns n’hésitent d’ailleurs pas à parler de success story pour cette start-up créée en 2008.

Un succès qui prend encore une autre ampleur depuis peu. Grâce au fameux « Paf le chien ». Issu d’une blague de potache, « Paf le chien » est très vite devenu un jeu à succès créé par la société lilloise Adictiz qui a séduit plus de 7 millions d’utilisateurs sur Facebook. La suite n’est qu’une question de flair.

« C’est le genre de jeu défouloir auquel on a envie de s’adonner dès qu’on a un peu de temps libre, commente Laurent Grumiaux, responsable du business development chez Fishing Cactus. Il faut réussir à amuser les gens en moins d’une minute. Connaissant notre savoir-faire dans le domaine, Adictiz nous a donc contactés pour développer le jeu sur les différents types de téléphones portables comme les i-Phone ou les Android. »

Et ça marche. Lancé le 15 avril dernier, « Paf le chien » a déjà été téléchargé plus de 500.000 fois gratuitement sur l’AppStore et le Google Market. « Nous avons été numéro 1 des téléchargements en Belgique, en France et en Suisse, poursuit Laurent Grumiaux. Et le jeu génère de l’argent. À peu près 4.000 dollars par jour. »

Le principe du jeu est simple. Il suffit de donner un bon lancé à « Paf le chien » à l’aide des doigts pour le faire s’envoler le plus loin possible tout en rebondissant sur les poules qui parsèment le parcours. Bref, « Paf » ne demande qu’un peu d’habileté pour exploser les records de distance. Pour agrémenter le jeu, il est ensuite possible de personnaliser son « Paf » et d’améliorer ses performances avec divers gadgets.

Mais que l’on ne s’y trompe pas. Fishing Cactus crée des jeux, certes. Ce n’est pas pour autant que la vingtaine de jeunes développeurs passent leur temps à jouer. « Ce sont tous des spécialistes, des passionnés, des génies, précise Laurent Grumiaux. Quand nous sommes dans un projet, on peut y travailler seize heures par jour pour le faire aboutir. » En trois ans, Fishing Cactus a déjà reçu deux récompenses. Un sacré début.

Profil

Biographie

Née en 2008 sur les cendres de la société allemande Ten Tacle, Fishing Cactus a commencé ses activités en 2009 avec quatre personnes. Elle compte aujourd’hui vingt employés.

Portage

L’une des trois activités de la société. Elle adapte des jeux vidéos pour téléphones mobiles.

Advergaming

Des jeux sont créés pour des campagnes de publicité ou de sensibilisation.

Serious game

L’avenir. Il s’agit de jeux qui ne sont pas ludiques mais qui servent à apprendre. Certains portent sur la sécurité en entreprises, d’autres sur la revalidation d’un blessé.

DELEPIERRE,FREDERIC