Trois éditeurs français, Gallimard, Flammarion et Albin Michel, ont remis une assignation pour contrefaçon au géant américain Google auquel ils reprochent la numérisation sauvage de milliers de titres dans le cadre de son projet de bibliothèque universelle.

Cette assignation, révélée mercredi par le magazine spécialisé Livres Hebdo, a été délivrée le 6 mai au Tribunal de grande instance (TGI) de Paris. Elle vise la filiale française de Google et la même assignation sera adressée à la maison-mère. Les trois éditeurs français réclament 9,8 millions d’euros de dommages et intérêts au moteur de recherche pour la numérisation sans autorisation de 9.797 livres.

Ce montant “correspond à un tarif fixe de 1.000 euros par oeuvre numérisée dont les éditeurs possèdent les droits. Nous nous sommes limités à celles dont nous étions sûrs qu’elles avaient été reproduites”, a expliqué à l’AFP le service juridique de Gallimard, plus grand éditeur indépendant français qui célèbre cette année son centenaire. Ce chiffre change d’ailleurs tous les jours puisque Google continue de scanner les oeuvres, ajoute-t-on.

Le juge va maintenant fixer un calendrier et ce sera à Google de fournir les conclusions-réponses.

Google surpris

Le géant américain Google s’est dit mercredi “surpris” de recevoir une assignation pour contrefaçon de la part de trois importants éditeurs français qui lui reprochent la reproduction sans autorisation de milliers de titres. “Nous sommes surpris de recevoir cette nouvelle assignation que nous sommes actuellement en train d’examiner, alors même que nous travaillons déjà avec les éditeurs français depuis un certain temps pour trouver des moyens d’augmenter les audiences et les sources de revenus pour les éditeurs, les auteurs et les libraires”, a indiqué le géant américain dans un communiqué.

Nous demeurons en tout état de cause convaincus de la légalité de Google Livres et de sa conformité avec les lois françaises et internationales en matière de droits d’auteur“, ajoute Google. “Nous entendons poursuivre notre collaboration avec les éditeurs afin de développer leur offre numérique et rendre leurs oeuvres accessibles aux internautes en France comme à l’étranger”, conclut le moteur de recherche.

Contesté dans le monde entier, le gigantesque programme de numérisation du moteur de recherche s’effectue aux Etats-Unis en partenariat avec les bibliothèques universitaires américaines. Google a déjà numérisé environ 12 millions d’ouvrages sans l’autorisation des éditeurs et contre l’avis des ayant-droits.

1 COMMENTAIRE

  1. Google est peut-être “contesté dans le monde entier”, mais il est en même temps adoré dans le monde entier aussi. Et pour beaucoup plus de personnes…

    Je ne comprends pas cette animosité contre Google. A mon avis aucune autre société d’informatique a fait 10% de ce que fait Google pour nous tous.

    • “A mon avis aucune autre société d’informatique a fait 10% de ce que fait Google pour nous tous.”

      surtout au niveau de la censure et de la réorientation des recherches , ainsi que de la vente de nos données personnelles collectées sans notre consentement

      google a autant fait que les autres relativement , même si “il” est sur-représenté par ses part de marché et donc sur-utilisé

  2. Mouais, il y aura toujours des personnes jalouses du succès des autres qui chercheront à tirer profit par des méthodes déloyales.

    C’est quelque chose qui est malheureusement fortement implanté dans la culture française et belge.

  3. On peut citer ceux qui “contestent” Google (en l’espèce ils sont à trois!), on ne peut pas imaginer ceux qui l’adorent! C’est comme des grains de sable. Cherchez l’erreur… Bravo google, et bon courage! Grâce à toi, plusieurs personnes peuvent lire, critiquer et FAIRE AVANCER la science. C’est cela aussi l’objectif des maisons d’édition qu’on site, alors bonsoir!

  4. On peut nommer ceux qui “contestent” Google (en l’espèce ils sont à trois!), on ne peut cependant pas imaginer ceux qui l’adorent! C’est comme des grains de sable. Cherchez l’erreur… Bravo google, et bon courage! Grâce à toi, plusieurs personnes peuvent lire, critiquer et FAIRE AVANCER la science. Si c’est cela aussi l’objectif des maisons d’édition qu’on nous cite, alors bonsoir!