Comme chaque année, la société belge Ogone, l’un des principaux fournisseurs de services de traitement des paiements en ligne, a fait ses comptes. Ou plus exactement ceux des sites de vente en ligne belges qui recourent à ses services, soit environ 85 % du marché. D’où il ressort que l’e-commerce a connu un coup d’accélérateur l’an dernier. « C’est plutôt une bonne nouvelle, explique Bruno Brusselmans, directeur marketing d’Ogone. On a progressé de 28 % tant en nombre (10,7 millions) qu’en montant des transactions (903 millions d’euros). Cela veut dire que la Belgique est en train de rattraper son retard par rapport aux pays voisins, où le secteur du commerce en ligne a déjà atteint la maturité. » Conséquence de ces hausses : le montant moyen de la transaction (84 euros) est resté inchangé par rapport à 2009, alors qu’il avait tendance à baisser ces dernières années. « Avec l’accroissement de l’offre, je pense qu’on atteint une sorte de plancher », constate Bruno Brusselmans.

Merci la neige

Ogone pointe par ailleurs deux segments qui ont été particulièrement porteurs pendant l’année 2010. Le premier est celui du « social shopping », avec des sites comme promocity.be, dollop.be ou groupolitan.be, où les consommateurs bénéficient d’offres limitées dans le temps pour autant qu’un nombre minimum d’acheteurs soit réuni. « Ces sites dits “deal of the day” ont bien intégré la dynamique des réseaux sociaux, comme Facebook, où l’utilisation du bouton “J’aime” permet de diffuser rapidement l’offre vers l’ensemble des “amis” d’un consommateur », note Bruno Brusselmans. L’autre phénomène, c’est celui des « ventes privées », réservées aux seuls membres (snapstore.be, outlet-avenue.be, vente-exclusive.com) qui ont poursuivi leur progression entamée en 2009.

« Et puis il y a eu le mois de décembre, avec les 20 jours de neige, explique Bruno Brusselmans. Les marchands ont fait preuve de maturité, notamment en rallongeant un peu les délais de livraison pour ne pas faire de fausses promesses, ce qui a permis de convaincre beaucoup de monde. »

Enfin pour 2011, Ogone s’attend que l’e-commerce maintienne son accélération, en s’appuyant notamment sur les transactions mobiles sur smartphones. « Nos solutions de paiement sont prêtes. C’est avant tout une question de taux d’équipement », conclut Bruno Brusselmans.

Bernard Padoan

1 COMMENTAIRE