Des vitres pour bloquer les ondes électromagnétiques

La croissance de la “pollution électromagnétique” inquiète de plus en plus de personnes. En conséquence, les recherches concernant ses éventuelles conséquences sur la santé se multiplient.

“Pour des raisons de confidentialité, de bien-être et de compatibilité électromagnétique (CEM), il existe une demande croissante pour empêcher la transmission de rayonnements électromagnétiques indésirables dans les environnements intérieurs”, présente Wave by AGC sur son site. La société faisait partie des 35 exposants de la délégation belge du Mobile World Congress. Le salon s’est déroulé à Barcelone, du 28 février au 3 mars.

À l’occasion de cet événement, l’entreprise a présenté sa nouvelle technologie.

Des filtres made in Belgium

En tout, 80 % des appels mobiles seraient reçus et émis depuis l’intérieur, constate l’entreprise Wave by AGC. Elle a ainsi décidé de créer les WaveThru, une technologie par laser optique développée dans le centre de recherche de Gosselies, en Belgique.

Le principe est simple. Ces filtres se posent sur des vitrages existants et laissent passer la lumière naturelle. Leur objectif ? Offrir une couverture mobile nettement meilleure, sans compromettre les performances des fenêtres. Autrement dit, ces filtres améliorent et renforcent la couverture des signaux à l’intérieur des bâtiments.

Un dispositif laser 

En clair, WaveThru est un traitement de surface appliqué aux fenêtres qui permet une meilleure transmission des radiofréquences. Selon la société, posé sur un double vitrage, il permettrait de réduire la perte du signal radio de 30 à 3 décibels.

Pour atteindre ce résultat, Wave by AGC utilise un laser pour traiter la surface du verre. À savoir que le processus n’affecte pas les cadres des fenêtres, ne crée pas de dégâts et ne nécessite l’installation d’aucun équipement.

L’équipement est adaptable à quasiment toutes les fenêtres des bâtiments. Et ce, “en fonction de la position du bâtiment et des exigences du client” indique le site.

Quels résultats ? 

En collaboration avec l’IMEC, l’Université de Gand a réalisé une étude à propos de ce dispositif laser. Le but était d’examiner l’impact de WaveThru sur les ondes radio. Les mêmes ondes que les utilisateurs de téléphones mobiles absorbent à l’intérieur des bâtiments.

Grâce au WaveThru, “davantage de signaux entrent dans le bâtiment, ce qui améliore la communication entre la station de base et le téléphone”, indiquent les chercheurs. Concrètement, une fois connecté à la station de base, le téléphone sollicite moins son antenne. Par conséquent, il utilise moins d’énergie, et “moins d’énergie signifie moins d’ondes générées”.

Ainsi, l’étude montre qu’avec ce traitement de surface, le téléphone émet un quart de la quantité d’ondes. Ce qui entraîne une réduction de 76 % de la dose totale absorbée par le corps entier d’un utilisateur. “Par rapport aux vitrages à revêtement à faible émissivité omniprésents dans les bâtiments passifs modernes, le vitrage WAVETHRU™ RF-transparent a clairement amélioré la connexion radio intérieure-extérieure pour la 2G et la 4G”, conclut le document.

Un vitrage spécifique

Selon les recherches de la société, le type vitrage jouerait aussi un rôle dans le blocage de la pénétration des ondes radio à l’intérieur.

Ainsi, elle propose son vitrage WaveTrap. Celui-ci est invisible pour les occupants du bâtiment. À savoir que “n’a pas d’impact sur l’isolation du verre ou les performances thermiques“, précise la société.

Quels risques face à l’exposition aux radiofréquences ?

Les champs électromagnétiques (CEM) sont des zones d’énergie invisibles, également appelées ondes ou rayonnement. Dans sa fiche d’information sur les champs électromagnétiques et la santé de 2014, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit les téléphones mobiles comme des “émetteurs de radiofréquences de faible puissance”. Quelques années plus tôt, en 2011, le Centre international de recherche sur le cancer, une agence spécialisée de l’OMS, avait classé les champs électromagnétiques radiofréquences comme “peut-être cancérogènes pour l’homme”.

À noter que “l’opinion scientifique reste divisée sur la possibilité d’un lien entre le rayonnement des téléphones portables et la santé, et les résultats de la recherche sur les effets sur la santé ont été interprétés différemment selon les points de vue”, nuance le Parlement européen.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.