La fonction « Applaudissements » permettra de rémunérer les streamers.

YouTube teste actuellement plusieurs fonctionnalités pour doper la monétisation des streamers et ainsi booster les live sur sa plateforme. Une manière pour la filiale de Google d’attirer et de fidéliser toujours plus de visiteurs.

Neal Mohan, directeur produit au sein de YouTube, précise dans un billet de blog les différentes voies étudiées pour améliorer le système de rémunération des streamers et parmi les fonctionnalités envisagées, on trouve les « Applaudissements ».

Le concept de cette fonctionnalité est relativement simple. L’utilisateur pourra acheter des applaudissements – de 4 sortes – et les envoyer à son youtubeur préféré lors d’un live, afin de lui montrer son soutien. Les applaudissements apparaitront alors sur l’écran du streamer. L’animation affichée sera proportionnée au montant des applaudissements achetés.

Les spectateurs pourront acheter et envoyer autant d’applaudissements qu’ils le souhaitent pour soutenir leur streamer préféré, tant qu’ils ne dépassent pas les montants limites, précise YouTube. Il ne sera pas possible de dépenser plus de 500 dollars – 2.000 dollars par semaine – en applaudissements et autres animations de soutien aux youtubeurs.

Cette nouvelle fonctionnalité est complémentaire aux Super Chat et Super Stickers disponibles durant les live, ainsi qu’aux dons. Actuellement en cours de tests dans plusieurs pays, la fonction Applaudissement devrait être déployée auprès de l’ensemble des créateurs de contenus dans le courant de l’année. Pour l’heure, la fonction n’est disponible que sur la version web et Android de YouTube et uniquement en Australie, Brésil, aux États-Unis, en Inde, au Japon, au Mexique, en Corée et en Nouvelle-Zélande.

En parallèle, YouTube souhaite également permettre aux spectateurs d’acheter directement les objets et produits présentés par les créateurs de contenus dans leurs vidéos en passant par des liens spéciaux. Les achats effectués via ces liens permettront à YouTube et aux youtubeurs de percevoir une commission.

« Une expérience d’achat qui permet aux spectateurs de profiter de la crédibilité et des connaissances de créateurs de contenus en lesquels ils ont confiance », justifie ainsi YouTube. En procédant de la sorte, la plateforme de vidéos ne ferait que s’aligner à ce que d’autres plateformes sociales proposent déjà en termes de shopping.