Le fonds d’investissement Qatalyst Partners tenterait de pousser Fitbit à revendre son activité à Google.

Si Fitbit se porte bien, le géant des trackers d’activités a récemment revu à la baisse ses objectifs pour 2019 de près de 100 millions de dollars. L’entreprise américaine, qui avait racheté la startup Pebble en 2016 pour investir le secteur des montres connectées, a dû faire face à une très rude concurrence cette année sur le secteur des montres connectées. Si sa Fitbit Versa a rencontré un certain succès, le modèle Lite a connu un cuisant échec.

L’entreprise, qui jouissait autrefois pratiquement d’un monopole sur le secteur des trackers est aujourd’hui mise sous pression par la concurrence chinoise qui casse les prix du secteur avec des trackers à 20€.

Sur le secteur des montres connectées, Fitbit serait actuellement en quatrième position, avec 5,5% de parts de marché, loin derrière Apple (35,8%), Samsung (11,1%) et le groupe chinois imoo (9,2%). Il devance en revanche Amazfit (3,7%), Huawei (2,8%) et Fossil (2,5%).

Fitbit reste l’une des très rares acteurs à enregistrer une nette progression de ses ventes en 2019. Mais les résultats restent inférieurs aux attentes et surtout, le secteur n’a pas connu l’explosion des ventes qui était attendue.

Selon Reuters, le fonds d’investissement Qatalyst Partners tenterait aujourd’hui de pousser Fitbit à dialoguer avec d’autres acteurs en vue d’une possible revente de ses activités. Un acteur en particulier s’intéresserait aux activités de Fitbit : le géant Google. Depuis des années, Google tente de se lancer sur le marché des montres connectées. Il a récemment racheté une partie des activités du groupe Fossil et est supposé avoir travaillé durant des mois sur un projet de montre connectée, annulé en cours de route en raison des mauvais résultats obtenus dans les tests. Bien positionné sur ce secteur, Fitbit offrirait une porte d’entrée idéale sur le marché pour le géant du web. Seul bémol : l’entreprise américaine n’a jamais intégré WearOS, le système d’exploitation de Google, à son offre, préférant développer son propre OS pour ses montres.

L’entreprise vient de lancer sa nouvelle montre, la Versa 2, qui intègre quelques innovations parmi lesquelles un assistant virtuel intégré, la possibilité de stocker ses morceaux de musique sur la montre et un système de paiement mobile. On le sait toutefois, ce secteur évolue très vite et face au rouleau compresseur Apple, Fitbit n’a que peu de marge de manœuvre. L’année 2020 pourrait donc représenter un tournant dans l’histoire du groupe.