Selon un rapport de l’ONG Truth Initiative qui lutte contre le tabac, la cigarette à l’écran connaîtrait une recrudescence importante, notamment dans les séries et films très populaires. L’ONG pointe principalement du doigt Stranger Things et Orange is the New Black, deux séries produites par Netflix.

Entre 2018 et 2019, Truth Initiative a constaté une augmentation importante de la présence du tabac à l’écran. Le principal coupable ne serait autre que la plus populaire des plateformes de streaming, Netflix. Selon l’OGN, le géant du streaming comptabiliserait pas moins de 866 cas de tabagisme au sein de son contenu, contre 299 l’an dernier.

Une augmentation qui aurait exposé environ 28 millions de jeunes à des contenus contenant des cigarettes ou ses variantes, selon les estimations de l’OGN – Netflix communique rarement sur ses audiences. Malgré les nombreuses campagnes antitabac, cette exposition banalisée, voire valorisée par son côté « cool », pourrait avoir des effets négatifs sur les jeunes.

Le cas de la série phénomène Stranger Things est très parlant. Le très apprécié personnage de Jim Hopper est un fumeur invétéré et nombreuses sont les scènes où le voit une cigarette à la bouche. Lorsqu’il en finit une, il en rallume une autre aussi sec. Le personnage de Billy Hargrove, le badboy sulfureux, fume également très souvent.

Selon Truth Initiative, Netflix et les autres plateformes de streaming populaires ont une responsabilité sur leurs productions originales. Netflix avait déjà fait l’objet de nombreuses critiques quant à la série 13 Reasons Why. Certains accusaient le service de streaming de banaliser et de glamouriser le suicide.

Netflix a rapidement réagi face à la polémique. Un porte-parole a fait une déclaration auprès d’Entertainment Weekly dans laquelle le service s’engageait à changer la situation :

« Netflix soutient fortement l’expression artistique. Nous reconnaissons également que le tabagisme est nocif et que, lorsqu’il est présenté positivement à l’écran, il peut nuire aux jeunes. À l’avenir, tous les nouveaux projets pour lesquels nous aurons commandé des classifications de TV-14 ou moins pour les séries ou de PG-13 ou moins pour les films seront sans fumée ni cigarettes électroniques – sauf pour des raisons de précision historique ou factuelle. Pour les nouveaux projets mieux notés, il est interdit de fumer [des cigarettes ou autres] ou de fumer des cigarettes électroniques, à moins que cela ne soit essentiel pour la vision créative de l’artiste ou que cela définisse son caractère (important sur le plan historique ou culturel). De plus, à compter de la fin de l’année, des informations sur le tabagisme seront incluses dans nos évaluations du service Netflix afin que nos membres puissent choisir en connaissance de cause ce qu’ils regardent ».

Une promesse d’engagement important de la part de Netflix qui ne signifie pas que le tabac disparaîtra totalement de ses contenus. Dans sa déclaration, le service de streaming souligne que le tabagisme sera toujours présent dans certains cas artistique et historique.

Une exception dans laquelle rentre la série Stranger Things puisqu’elle prend place dans les années 80, décennie où la cigarette était banalisée et autorisée dans les lieux publics. Malheureusement, cette présence à l’écran est « normale » étant donné son contexte, c’est d’ailleurs ce qui est reproché à Netflix.